[Automne 2017] Girl’s Last Tour : un premier épisode coup de cœur, criant de vérité…

[Automne 2017] Girl’s Last Tour : un premier épisode coup de cœur, criant de vérité…

Cet été, c’est le premier épisode de l’anime Made in Abyss qui nous avait tapé dans l’œil (et dans le cœur). Cet automne, c’est Girl’s Last Tour qui rafle mes faveurs ! Un anime qui se veut l’adaptation du manga éponyme, créé par Tsukumizu. Découvrez avec nous l’histoire de ces deux petites filles pas comme les autres, qui nous entraînent dans un voyage mature et poétique.
 
 

Girl’s Last Tour

 
 

Titre original : 「少女終末旅行」 – Shōjo Shūmatsu Ryokō

Titre alternatif : The End Girl Trip 

Type : Seinen

Genre : aventure, fin du monde, tranche de vie

Période : du 6 octobre au …

Plateforme : Wakanim

Nombre d’épisodes :  ???

Mangaka : Tsukumizu

Studio : WHITE FOX (Grimoire of Zero, Akame ga KILL!)

Scénariste : FUDEYASU Kazuyuki  (Black Clover)

Chara designer : TODA Mai (Shoushin Shoujo Matoi)

Compositeur : SUEHIRO Kenichirô  (RE Zero Shorts, Luluco patrouilleuse de l’espace)

 
 
 
Synopsis
 

Voilà bien des années que notre civilisation et ses trésors ont disparus. Toute espèce vivante semble s’être éteinte, à l’exception de quelques rares êtres humains. Les villes, autrefois complexes et ordonnées, se sont transformées en véritables labyrinthes en ruine. Les machines, désormais dépourvues d’entretiens, ont, quant à elle, peu à peu cessé de fonctionner. Deux jeunes filles parcourent ce monde sans fin, privées de but. À bord de leur autochenille préférée, Chito et Yūri errent au milieu des ruines. Suivez cette dystopie originale sur fond de fantastique qui traite de la fin du monde.

Source : Wakanim

 
 
 
Cet avis ne contient pas de révélations majeures qui pourraient vous gâcher le visionnage du premier épisode de Girl’s Last Tour. Mais à vous de voir si vous souhaitez d’abord regarder l’épisode, avant de lire quelques détails que vous auriez peut-être aimé découvrir avec l’anime. Que nous vous conseillons fortement de regarder !

 

 
 

Deux fillettes et un autochenille. La fin du monde.

 
Des boulons, des tuyaux métalliques, une goutte d’eau qui tombe. Une lumière au loin et se dessine puis laisse apparaître les contours d’un engin qui grossit petit à petit. A bord, deux silhouettes, à peine plus haute que trois pommes. Yūri et Chito sont deux petites filles pas tout à fait comme les autres… Oubliez le monde actuel et torturé tel que vous le connaissez, il n’en reste plus une trace. Dans le monde qu’explore les deux enfants, tout n’est que débris, amas et ruines. Un monde aux lumières et à l’ambiance de fin guerre. Froid. Austère. Sans âme. Si ce n’est celles de nos deux exploratrices en herbe. 
 
Beaucoup de mystères entourent ce monde, où les balles jonchent le sol enneigé et où les lumières artificielles des villes ne sont plus. Qu’a t’il bien pu se passer pour que le genre humain soit en voie d’extinction ? Pourquoi la guerre a t’elle éclaté ? Que sont devenus tous les autres ? Comment sont-elles arrivées dans ce drôle d’endroit où nous les découvrons pour la première fois ? Un vieux proverbe, dont la véracité est à prouver, à propos des trous. C’est la seule question à laquelle nous pouvons répondre à l’heure actuelle. Pour le reste, il faudra faire preuve d’un peu de patience. Yūri et Chito y répondront sans doute bien assez tôt.
 
Girl's Last Tour guerre
©TSUKUMIZU,SHINCHOSHA,GIRLS LAST TOUR PARTNERS
 
Avec un scénario pareil, Girl’s Last Tour tape déjà dans l’œil et saura attirer son public très rapidement. Un public qui devrait se révéler plus que conquis et emballé par ce premier épisode et ses richesses qui promettent pour la suite… Vous aussi, laissez-vous embarquer à bord de l’autochenille pour suivre les aventures des jeunes Yūri et Chito ! 

 

Un duo attendrissant pour un regard juste

 

Yūri est blonde, extravertie et bonne tireuse. Elle adore dormir. Chito est brune, pragmatique, discrète et elle possède une technique secrète pour tirer Yū de son sommeil. À elles deux, elles forment un drôle et attendrissant duo, dont on ne sait pas grand chose. Si ce n’est rien. Mais déjà, la magie opère et nous sommes sous le charme de ces deux petits êtres qui doivent survivre au bord de la fin du monde. Il n’en fallait pas plus pour nous enchanter.
 
Girl's Last Tour Yuri et Chito
©TSUKUMIZU,SHINCHOSHA,GIRLS LAST TOUR PARTNERS
 
Mais ces deux petites filles dont nous ne savons rien, elles, savent beaucoup de choses. Et ont, malgré leur jeune âge apparent, déjà acquis une certaine expérience de la vie. La guerre ne semblent pas les avoir épargné, mais elles ont su saisir leur chance et survivre, là où peu d’autres hommes sont encore vivants. Avec intelligence et brio. Deux petites filles qui en ont dans la caboche et qui expriment librement leur sentiments, au fil de l’exploration qu’elle mène en autochenille. La sensation désagréable de faim, le froid du réveil ou l’excitation de la découverte, tout y passe. Avec des mots simples, des sensations habilement décrites qui nous font ressentir les choses instantanément. Comment ne pas succomber au charme évident de Chito et Yūri, mignonnes, courageuses et téméraires face à la fin du monde, qui ne semblent pas éprouver de peur. Même les ténèbres, faiblement repoussées par le phare unique de leur autochenille, ne semblent pas les effrayer.
 
 Pourquoi les hommes font la guerre ?
 
Comme les enfants de leur âge, Yū et Chi posent les questions. Sans détours, avec une précision incisive. Une question d’actualité récurrente ces dernières années, que nous n’avons pas fini de soulever. Et à la réponse complexe. Et pourtant parfaitement évidente quand c’est Yūri qui y répond. Et c’est là que l’anime nous fait comprendre à quel point il sera profond et mature. Et que nous avons énormément à apprendre de ces deux enfants.
 
 

Une ambiance poétique et mature

 
 
Girl’s Last Tour s’annonce comme l’un de mes plus gros coups de cœur de l’année – avec Made in Abyss, vous l’avez compris depuis le temps. Une découverte magique, comme une envolée, un intervalle où le temps semble s’interrompre pour laisser Yū et Chi nous guider à travers la vie. Car Girl’s Last Tour pourrait devenir un véritable guide de vie. A la fois utile, précieux et précis.
 
Précieux dans ses moments magiques. Ces instants où la nature nous touche, résonne en nous. Une nuit étoilée, où l’univers nous fait sentir plus petit qu’un grain de sable dans son immensité. Des paysages sublimés par une animation magnifique et poétique, proposée par le studio WHITE FOX. Ce moment infime mais précieux de partage, d’une bonne soupe chaude, qui réchauffe le corps et l’âme. Yū et Chi ont le pouvoir de nous rappeler ces instants banals, qui finalement prennent un sens important si on prend le temps de les vivre.
 
 
Utile et précis. Girl’s Last Tour, c’est aussi un guide de survie. Rationalité et économie pour ces deux petites filles qui traversent un pays proche de la fin du monde. Apprendre à économiser les vivres et les composants. Apprendre à se repérer dans les tréfonds. Apprendre à partager. Et à pardonner. Une déambulation kawaii dans un monde post-apocalyptique qui risque de nous en apprendre beaucoup sur la vie.
 
On salue également le merveilleux travail du compositeur , qui donne une dimension vibrante et poétique à cet anime. Sans cette bande-son émouvante, l’animation perdrait de sa justesse et de sa beauté. J’ai vraiment hâte d’en entendre plus sur ces OST de toute beauté qui ont déjà fait chavirer mon cœur !
 
 
Autant de raisons qui nous font adorer ce premier épisode de Girl’s Last Tour ! On attend la suite des aventures de Yū et Chi sur Wakanim avec grande impatience !
 
 

 

Laissez votre commentaire