Les sommets du manga sont dans The Alpine Climber

0
108

L’éditeur Mangetsu propose dans The Alpine Climber de se pencher sur la carrière de Yasushi Yamanoi… enfin grimper sur sa carrière serait un verbe davantage approprié.

Découvrez l’alpinisme japonais

La passion dans The Alpine Climber
La passion dans The Alpine Climber

Plusieurs grimpeurs français, des Européens et même des Américains ont une renommée mondiale, mais saviez-vous qu’il existe également de grands alpinistes japonais ? Le scénariste Kunihiko Yokomizo vous l’explique dans The Alpine Climber à travers le parcours de Yasushi Yamanoi. Cet aventurier s’est fait connaître en grimpant les monts les plus dangereux et en empruntant des voies encore inconnues.

The Alpine Climber retrace son parcours. Le premier chapitre commence au moment où Yasushi Yamanoi est un collégien. Il est déjà un passionné voyageant seul et sans autorisation pour gravir des cols au Japon. Le premier tome illustre ses difficiles débuts. Il s’entraîne sur des bâtiment abandonnés mais stagne et enrage. Il se fâche avec son père quand ce dernier veut, pour le protéger lui interdire l’escalade. Devant assumer seul ses loisirs, Yamanoi n’a pas l’argent pour s’offrir un équipement récent. Il n’a aucune force et une technique trop limitée. Pourtant, sa rapidité de progression impressionne les adultes. Les chapitres suivants de The Alpine Climber s’intéressent aux compétences qu’il acquiert pour progresser. En dépit de son jeune âge, il s’inscrit dans un club d’escalade. Il rentre chez lui par une corde donnant sur le balcon puis fait de la musculation. On est surpris de la facilité d’accès des montagnes. Yamamoi s’y rend en train.

Le dessinateur Takurô Yamaji montre avec précision les différents éléments du matériel : casques, piolets, cordes… Les traits nombreux donnent une impression de saleté montrant que Yasushi Yamanoi va au bout de lui-même sans se soucier de son image. L’image d’une blessure est gore. On a mal pour Yamamoi. En multipliant les lignes autour du décor, Takurô Yamaji donne du dynamisme par une mise en page classique mais les choix de cadrage apportent de la vitesse à la lecture. Des pleines pages présentent la montagne tandis que des petites cases illustrent la difficulté de la montée. Les détails sont savamment distillés. La montagne est majestueuse et impressionne mais il ne cherche pas à imiter les peintres. L’important est l’humain et le décor est souvent plus inachevé. L’importance des mains dans ce sport est bien rendue. Takurô Yamaji montre très bien comment un enfant peut être si fasciné par une image qu’il rentre dans un documentaire.

Un accro à la neige

Le grimpeur prometteur de The Alpine Climber
Le grimpeur prometteur de The Alpine Climber

Dans The Alpine Climber, la passion de l’escalade est dévorante, proche d’une drogue. Des passagers d’un train prennent Yasushi Yamanoi pour un clochard. Ses proches s’inquiètent pour lui. Il revient blessé d’une expédition, mais déçu de sa performance, il ne s’est même pas rendu compte que son bras était cassé. Le jeune homme ne cherche pas juste la réussite mais veut que l’ascension soit difficile. Encore débutant, Yamamoi se lance dans l’escalade d’un sommet japonais dont l’ascension aurait provoqué plus de morts que l’Everest. Il vise toujours la suite et pense à l’étranger. Au fil des années, son courage impressionne ses collègues de club mais également ses camarades au point que trois d’entre eux s’inscrivent dans la même association. Pourtant, la montagne et l’escalade semblent des activités marginales dans la société japonaise de l’époque.

The Alpine Climber questionne aussi la virilité par la biographie de Yasushi Yamanoi. En primaire, on le trouvait trop doux au point de le prendre pour une femme. Il reçoit cependant une leçon de courage en regardant un documentaire français sur l’alpinisme. Il devient alors physiquement plus conforme à un homme. Yamanoi n’est plus doux mais s’énerve pour faire respecter ses volontés. Il n’a jamais peur et ne doute jamais de son succès tandis que son père fait des cauchemars où il chute. Il fait preuve d’une grande résilience. Il sait gérer la douleur sans défaillir ni pleurer. Yamanoi n’est pas sorti de l’hôpital qu’il songe à la prochaine mission. On pourrait trouver que ce portrait manque de subtilité, mais pour une fois, c’est son père qui veut le protéger alors que sa mère le soutient. Même si elle apparaît prudente, le portrait de sa mère est magnifique. Elle lui fait totalement confiance.

Avec ce nouveau manga de sport, les éditions Mangetsu visent les sommets. Si The Alpine Climber n’est pas encore le top niveau des manga de sport, il propose un premier tome prometteur.

Retrouvez sur le site d’autres mangas sur le sport avec Ao Ashi et All Free !