More
    More

      Last Night in Soho : quand Edgar Wright se lance dans le cinéma horrifique

      Après une carrière davantage portée sur la comédie, avec des films comme Scott Pilgrim, la trilogie Cornetto et plus récemment Baby Driver, Edgar Wright décide de se lancer dans un nouveau genre : l’horreur. C’est par ce prisme inédit que le cinéaste britannique met en scène Last Night in Soho. A travers cette aventure sombre et inquiétante, le réalisateur propose le récit d’une jeune femme de la campagne qui déménage à Londres. Celle-ci, passionné de mode, va alors rencontrer son idole qui vivait dans les années 1960 : chaque nuit elle semble remonter le temps. Pour porter son premier film d’horreur, Edgar Wright a choisi les jeunes Thomasin McKenzie et Anya Taylor-Joy. Le reste de la distribution se compose notamment de Matt Smith et Terence Stamp.

      Last Night in Soho : Edgar Wright à l’attaque du cinéma d’horreur

      Last Night in Soho est incontestablement le film le plus sombre de son auteur. Jamais Edgar Wright n’était allé sur une pente aussi dark au cours de sa carrière. Le cinéaste de 47 ans décide donc de livrer à ses fans son tout premier film d’horreur. Sans être parfait, Last Night in Soho est un crescendo plutôt bien géré, qui offre ainsi une montée perpétuelle dans l’effroi.

      Last Night in Soho : quand Edgar Wright se lance dans le cinéma horrifique
      Thomasin McKenzie dans la tourmente

      Edgar Wright, même s’il maîtrise un peu moins bien l’horreur par rapport à la comédie, offre une fois de plus une mise en scène léchée et créative, dont il a le secret. Evidemment, il s’éloigne un peu de son approche clipée habituelle, ponctuée d’un montage vif et sur-cuté façon trilogie Cornetto. Ici, Edgar Wright est plus calme, plus mystérieux, plus lancinant. Sa vision artistique trouve sa quintessence dans les superbes jeux de miroir entre Thomasin McKenzie et Anya Taylor-Joy. Comme d’habitude, Edgar Wright impose une mise en scène réfléchie, en témoigne la séquence d’ouverture, totalement hors du temps. Une scène dans laquelle le spectateur est incapable de situer l’époque, pensant être dans le passé, avant que le cinéaste ne révèle que cette introduction se déroule dans le présent de la campagne anglaise. Un joli tour de passe-passe propre à la méthode Wright, qui déroute d’entrée de jeu l’assistance.

      Le cinéaste maîtrise moins bien le sujet

      Pour autant, Edgar Wright est plus efficace dans ce qu’il sait faire habituellement. Last Night in Soho est globalement moins créatif, et surtout moins impactant que ses précédentes œuvres. En effet, le cinéaste utilise des clichés parfois assez grossiers pour exprimer ses ressorts horrifiques. Moins habile dans l’expression de l’épouvante, le metteur en scène opte pour une matérialisation attendue des démons. Les spectres, grossièrement traités, reviennent régulièrement et trop souvent pour inspirer une véritable peur. De même, le final tourne parfois un peu en dérision, tant Edgar Wright ajoute des éléments sur des éléments, et une succession de twists globalement téléphonés. Effectivement, le grand final de Last Night in Soho est malheureusement très prévisible.

      Last Night in Soho : quand Edgar Wright se lance dans le cinéma horrifique
      Anya Taylor-Joy et Matt Smith avant le drame

      Heureusement, Edgar Wright peut compter sur la présence d’un casting impressionnant. Thomasin McKenzie et Anya Taylor-Joy crèvent tout simplement l’écran, et prouvent que ce sont deux très grandes actrices en devenir. Ainsi, Last Night In Soho est le film le plus dark de son auteur. Edgar Wright signe un thriller horrifique sous tension, qui doit beaucoup à ses deux interprètes principales. Et même s’il tombe parfois dans la caricature, il propose un tour visuel à la hauteur de son talent.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité