Critique du tome 12 de Shy : le coeur du mal

0
3147
shy

Le volume précédent de la série Shy avait fait entrer nos héros dans une période de turbulences. Ce 12ème tome continue de les confronter à des choix difficiles et de remettre en question leur certitude. Porté un dessin toujours aussi précis et un scénario dont la richesse ne se dément pas, cet opus nous bouleverse autant qu’il déconstruit brillamment nos croyances.

Darkside of the moon

Amalarilk peut-il être vaincu ? La récente confrontation entre les super-héros et les super vilains a laissé entrevoir une victoire possible. Mademoiselle Foufou, lieutenant du sinistre Stigma, a été capturée et Shy, l’héroïne du Japon, entreprend de la convaincre de revenir sur la voie de la raison. Ses étonnantes aptitudes et son amour semblent guérir l’âme meurtrie de son ennemie. Mais c’était sans compter l’intervention de Stigma.

Le mystérieux chef d’Amalarilk parvient à pervertir à nouveau son agent et à la faire retomber dans les ténèbres. L’échec est douloureux pour nos héros. Notamment pour Shy, qui doit mener désormais de front deux missions. Poursuivre Stigma et découvrir le sens de son projet Neverland. Enquêter sur les raisons de la mort de sa sœur, Shine, l’héroïne précédente du Japon, à l’origine de la vocation de nombreux héros. Or ces deux missions vont se révéler être très liées.

shy

Shy : opération Neverland

Dans ce volume, Bukimi Miki nous présente le nouveau plan de Stigma. Toujours fasciné par le contrôle du coeur, la manipulation des émotions, l’antagoniste a réuni ses lieutenants pour lâcher sur le monde une arme terrible : la frénésie émotive. Chacun de ses membres contrôle en effet une onde particulière : la jalousie perpétuelle, la peur éternelle. Les sujets affectés perdent alors toute maîtrise de leurs sentiments.

Une tempête affective balaie alors la terre ce qui donne des scènes drôles, quand la paresse d’empare des adultes, plus sombres quand la colère totale rencontre la jalousie incontrôlable. Tous les humains ne sont pas affectés de la même façon mais le mal progresse tandis qu’une île mystérieuse, tenue par Amalarilk émerge dans le Pacifique. Prison ou refuge, nul ne connaît encore son rôle. Une seule certitude, elle abrite un étrange parc d’attraction. Et l’autrice joue à fond sur le malaise que dégage cet endroit.

shy

Et si le mal ne pouvait pas être guéri

Shy depuis son premier volume insiste sur la notion de rédemption. C’est cette croyance qui anime l’héroïne japonaise et motive ses actions. Or, si cette thématique est un ressort classique des shonen, Bukimi Miki vient à la remettre en doute. En effet, elle donne la parole aux vilains et les présente comme de parfait nihiliste. Le bonheur n’est pour eux qu’une illusion entraînant que peine et frustration. Leur conception de la vie est à l’opposé de celle portée par Shy.

Cette réflexion est renforcée par la première partie de ce volume qui se penche sur la figure de Mademoiselle Foufou. L’autrice utilise la métaphore du clown pour nous expliquer les ressorts de ce personnage. Inversant les rôles, elle en fait presque une « héroïne » dédiée uniquement à sa mission : faire rire. Mais ce rire lui interdit d’être heureuse car le public aime quand le clown tombe et non quand il marche normalement. Cette plongée dans la psyché de l’ennemi renforce l’impression d’impuissance de nos héros.

shy

Shy : des révélations fracassantes

Ce 12è volume vient bouleverser une partie des certitudes du lecteur. Toute sa seconde partie se construit, en effet, comme une enquête où nous découvrons le passé de Shy, ses liens avec sa sœur et les doutes de cette dernière. Pour notre héroïne, c’est le moment de se rappeler que sa sœur, son modèle avait aussi des blessures. C’est l’occasion aussi de se rendre compte qu’elle s’est trompée en voulant copier sa sœur. Il est temps de construire son propre chemin.

Pour accompagner notre héroïne dans ce long chemin, Bukimi Miki utilise le personnage d’Iko, la lycéenne et amie de Shy. Les éléments évoqués dans le tome 11 prennent ici tout leur sens et transforment à la fois la nature et la fonction de ce protagoniste. Il devient la passerelle entre l’ombre et la lumière, capable de percevoir la globalité des problèmes et de guider Shy. Cette évolution augure d’un rôle très central dans la suite du récit.

Avec ce 12è tome, Shy continue sa transformation en shonen toujours plus adulte. Magnifiquement mis en image, brillamment écrit, il maintient intact notre fascination pour cette histoire de super-héros vraiment intelligente. Retrouvez l’intégralité des volumes publiés sur le site de la maison d’édition Kana.