G.T.O (Great Teacher Onizuka), 10 raisons de voir ou de revoir l’anime

0
236
G.T.O, onizuka

Avec l’arrivée en avril de l’anime G.T.O (Great Teacher Onizuka) sur Netflix, nous avons décidé de vous expliquer pourquoi il ne faut pas passer à côté de cette œuvre de fiction. Basée sur le manga éponyme de Toru Fujisawa, la série retrace les aventures d’un professeur japonais peu ordinaire confronté au quotidien de ses élèves, aux injonctions de sa hiérarchie et à la gestion complexe des parents. Nous vous proposons 10 raisons de vous replonger dans cet anime culte.

1. La face cachée des écoles japonaises

G.T.O châtie les mœurs par le rire. Derrière la farce (un ancien motard, loubard devenu professeur), le manga tire à boulet rouge sur le quotidien des élèves japonais. Entre harcèlement rackets, violence et jalousies, le professeur a fort à faire pour redonner confiance à ses jeunes adolescents. Et pour ce faire, il use de la méthode forte notamment pour remettre dans le droit chemin les dure à cuire.

2. Les parents en folie

L’un des axes centraux de l’œuvre se concentre sur l’éducation transmise par les parents. Notre héros, Onizuka doit gérer autant voire plus les parents que leurs progénitures. Et attention au choc entre des familles qui idéalisent leurs bambins, leur passe tout ou ne s’en occupe pas et cet enseignant qui va leur remettre les idées au clair. Quitte à organiser des réunions parents professeurs assez spéciales..

3. La salle des profs

Si on aime la série, c’est pour le portrait tout en nuances des enseignants. En effet, Onizuka déboule comme un pitbull dans un univers très feutré. Le choc des culture est terrible, drôle, impertinent. D’autant que l’auteur cerne bien la mentalité des enseignants entre passion, doute, jalousie, désordre amoureux. A retenir, la romance entre notre héros et sa jeune collègue pleinement investie dans sa mission.

onizuka

4. Onizuka, un héros hors du commun

Dans G.T.O, Toru Fujisawa construit le professeur que tout le monde aimerait être. Il se donne à fond, transgresse les règles, remet les hypocrites à leur place, ose l’impensable. Imaginer que le même homme inscrit ses élèves à un concours de beauté, finance un voyage à Okinawa, empêche des suicides et affronte le conseil des parents. Avec une règle d’or : amener ses élèves à se transcender.

5. Un anti-héros

Onizuka est aussi un personnage volontairement ambivalent. Il serait un croisement entre tortue géniale, Ken le survivant. Et Nicky Larson. Il aime la violence, est un peu pervers, totalement immature. Il ne respecte pas grand chose. Ce sont ces faiblesses qui le rendent attachants.

6. Une cheffe admirable

G.T.O c’est aussi une relation mère-fils construite dès le début de la série. En effet, Onizuka a été engagé par sa principale, une iconoclaste touchante qui le prend sous son aile. Elle devient une vraie mère le soutenant à chaque moment car elle a décelé en lui le caractère pour prendre en charge des élèves très particuliers.

7. Des souffre-douleurs drôles

G.T.O fonctionne aussi grâce à ses seconds rôles qui subissent les conséquences des actes d’Onizuka. En faisant le bien, il provoque des catastrophes en série. Première victime, l’irascible et touchant principal adjoint et sa ma malheureuse voiture. Seconde victime : le professeur de sport. Troisème victime : mademoiselle Fuyutsuki victime des facéties d’Onizuka. Quatrième victime : le professeur de mathématique amoureux transi de Fuyutsuki. Dernière victime : les élèves timides ou hautains qu’il va sortir de leur zone de confort.

onizuka

8. Le rythme

Si la série se construit autour de quelques grands axes, elle conserve une rythme fort qui rend difficile l’interruption du visionnage. Les arcs narratifs s’entrelacent tandis qu’un esprit malin s’échine à mettre notre héros dans les situations les plus complexes. Un exemple : son projet de sortie à Okinawa qui contraint notre héros à des trésors d’ingéniosité pour tenir sa parole.

9. une merveille technique

G.T.O est un anime des années 2000 et pourtant il n’a pas pris une ride. Coloré, riche en univers, dynamique, beau, il rend hommage au manga d’origine qui accordait une attention particulière au corps et aux environnements. Cela tombe bien car dans G.TO, les moments de bravoure sont multiples : sauvetage, poursuite en voiture, combats contre des Yakuzas, chasse au trésor.

10. Okinawa bien sûr

Comment ne pas parler de l’arc final  !!! C’est le summum de la série, la sortie pédagogique la plus improbable où l’auteur rend hommage autant aux films de sorties scolaires, qu’au film « d’horreur », de pirates, aux comédies romantiques… Le tout dans une ambiance chaleureuse, une vraie ode aux souvenirs d’adolescence.

onizuka

Voici en 10 rubriques autant de raisons de se précipiter sur cet anime qui 20 ans après reste toujours la référence du genre. Pour en découvrir plus sur cette œuvre, vous pouvez lire notre top 5 des épisodes de la série.