Hopeless, thriller néo-noir sud-coréen de 2023

0
106
Hopeless

Hopeless est un film réalisé et écrit par Kim Chang-hoon. Il a été présenté en première dans la section Un Certain Regard au Festival de Cannes 2023. Le film est sorti en salles en Corée du Sud le 11 octobre 2023.

Synopsis

Un adolescent, Yeon-gyu, souhaite échapper de toutes ses forces à sa réalité infernale: un beau-père qui le bat avec une batte de base-ball, des élèves qui le harcèlent très violemment à l’école, la misère de sa vie… Il rencontre le chef intermédiaire d’un gang local, Chi-Geon, qui vole des motos et se retrouve éjecté dans le monde du crime. Ce qu’il croyait être une porte de secours s’avère être un enfer duquel il semble impossible de sortir.

Distribution

Hong Xa-Bin : Yeon-Gyu
Song Joong-Ki : Chi-Geon
Bibi : Hayan
Jung Jae-Kwang : Seung-Mu
Jung Man-Sik : Propriétaire du restaurant chinois

Impressions

En espagnol, il existe une expression qui dit que si tu es né pour être un marteau, les clous te tombent du ciel. Le jeune Yeon-Gyu rêve d’aller vivre en Hollande. Il voudrait fuir une vie misérable qui semble prendre un malin plaisir à tourner en rond. Le titre coréen « 화란 » qui veut justement dire « Hollande », donne tout de suite une impression de possible échappatoire, alors que le titre international « Hopeless » – désespéré(s), nul(s), sans espoir – fait allusion à un état. Il s’agit d’un adjectif très lourd dont la question de lumière à la fin du tunnel ne se pose même pas.

Tous ces films coréens, pour la plupart d’art et essai, dont le sujet est une jeunesse abandonnée et maltraitée par la vie, dégagent une sensation de froid au sens propre du terme. Des taudis sans chauffage aux portes cassées, des couvertures à même le sol, des vieux habits qui semblent être portés depuis des siècles, des jeunes qui évoluent comme des anges déchus, au milieu d’une nuit dense et obscure… le directeur de photographie Lee Jae-Woo (I Hear Your Voice, Fashion King entre autres) nous transmet une ambiance opaque derrière une fenêtre sale, un prisme de crasse et de noirceur en écho avec cette froideur et cette détresse qui transperce l’oxygène.

hopeless 03 Hopeless, thriller néo-noir sud-coréen de 2023
hopeless

Hopeless nous étouffe. La violence étanche de ce microcosme est dirigée par des lois incrustées dans la pierre et si l’on essaye de les transgresser, on risque de perdre la vie. Ou une main. Ou un ongle. La violence est une énorme boule de neige qui dévale la montagne à toute vitesse, entraînant tous ceux qui ont le malheur d’entraver son chemin.

Inutile de s’attendre à ce bon vieux style, surtout hollywoodien, qui prône une régularité et une organisation parfaites, menées par un personnage principal, dont les objectifs résument l’intrigue en somme. Ici il n’y a pas d’espoir, il n’y a donc pas d’ordre non plus. Ce scénario accusé de décousu par les critiques – c’est souvent le point faible des premiers films d’un réalisateur – n’a pas la prétention de résoudre un problème quelconque mais, sa logique à des années-lumière de notre raisonnement, s’avère d’une structure difficile à suivre. Ce n’est pas ce film à l’atmosphère si épaisse qui pêche d’un mauvais montage, mais c’est surtout la vie de ces êtres désespérés dont il est question. Et la monotonie stable du quotidien n’est pas de toute évidence à l’ordre du jour.

Hopeless s’épanche dans son statut de drame néo noir, nous présentant toute une série de faits épisodiques qui semblent souvent venus de nulle part. Parfois nous sommes totalement dans le flou, parfois nous sommes témoins de scènes comprises seulement par les initiés, c’est-à-dire les personnages en question et, généralement, le dénouement nous laisse perplexes. Le questionnement autour de toutes ces séquences souvent inexplicables, nous amène vers une vaste diversité d’interprétations. Mais ce qui compte finalement, mis à part tout le raisonnement que nous voudrions lui attribuer, est l’histoire de ce jeune homme qui nage à contre-courant, et dont le choix de rives devient de plus en plus ingrat.

Hong Xa-Bin et Song Joong-Ki se fondent dans cette maladie chronique, dans cette histoire sans fin. Leur interprétation est extraordinaire et leur synergie vaut la peine d’être nommée car elle rehausse et renforce cette histoire délabrée et sans espoir.

Hong Xa-Bin, qui a reçu le prix du Meilleur nouvel acteur aux Blue Dragon Film Awards 2023, s’est vu attribuer le rôle d’acteur principal pour la première fois. Il incarne le rôle de ce jeune homme, de ce « Maknae », écorché par la vie qui s’accroche à un fer brûlant pour sortir de cette spirale de violence. Il incarne le désespoir, un chemin dont le retour semble de plus en plus s’éloigner. Sans complexes, il nous fait ressentir le tourment, la souffrance d’un adolescent qui trouve encore moyen de se faire harceler au sein de celui qui lui a tendu la main. Qui voudrait prendre les bonnes décisions mais qui s’enfonce de plus en plus.

hopeless 044 Hopeless, thriller néo-noir sud-coréen de 2023
Hopeless

Song Joong-Ki, qui n’a pas voulu toucher de cachet pour ce film, dégage cette fois-ci une sensation d’évoluer dans ce froid dont nous parlions en début d’article. Il s’agit en fait, d’une solitude accablante qui transpire tout le long de l’histoire. Avec son beau visage d’enfant et sa voix sensuelle, nous aurions pu craindre que Song Joong-Ki ne soit pas à la hauteur de ce rôle de gangster. Il a mûri de toute évidence, car il s’agit de sa première fois dans ce genre de rôle. Avec ses yeux inexpressifs, ses intentions incertaines et le charisme qui lui est propre, il nous prouve une fois de plus son immense talent en tant qu’acteur.

Bibi, que nous avons vu dernièrement dans le drama génial « Aux côtés du mal », donne un punch inattendu au déroulement du scénario. Pourquoi inattendu ? Parce que depuis le début, elle transmet l’impression d’être la typique nana qui est là pour mettre des bâtons dans les roues de tout le monde. Comme pour « Aux côtés du mal », elle semble avoir été placée parmi ce casting de luxe, juste pour meubler un petit peu l’espace. Mais il n’en est rien. Comme pour les deux rôles, sa force, sa présence se démarquent et démarquent ainsi ses deux performances.

Réalisateur

Dans Hopeless, Kim Chang-Hoon se sert des clichés pour renforcer, avec élégance, ce désespoir suffocant qui décolore une ambiance plus que claustrophobique. Comme dans un huis clos, le monde extérieur semble ne pas exister. Peut-être que le montage laisse un tout petit peu à désirer. Voulu ou maladresse ? Le fait est que le scénario ne pouvait pas s’attendre à une structure « trop facile », parce que plus que l’histoire en soi, ici il est question d’une description méticuleuse du désespoir à l’état pur. Et pour une première réalisation, Kim Chang-Hoon s’est bien donné les moyens pour dépeindre ce monde underground qui lutte de plus en plus pour être reconnu.