My Hero Academia tome 38 : Rassemblement

0
167
My-Hero-Academia-T38

La série My Hero Academia approche de son dénouement. Depuis quatre volumes, l’affrontement final atteint des sommets d’intensité et tous les personnages de l’univers sont réunis pour cet acte final épique. Servi par un dessin toujours efficace et nerveux, porté par une action toujours aussi démentielle, ce 38ème volume réserve, en plus, des surprises de taille en invoquant tout le panthéon de personnages créés par Kohei Horikoshi et son équipe.

Il reste encore un espoir

Dans l’univers de My Hero Academia, 80 % de la population possède un pouvoir appelé un alter. Certains en usent pour faire le bien, d’autres pour servir le Mal. L’alliance des Super-vilains dirigée par All for One a lancé son ultime offensive. Jouant sur les peurs, les égoïsmes des citoyens, elle a réussi à faire vaciller les héros. Ces derniers pour éviter d’être emportés par la marée ont choisi de se diviser et d’attirer leurs ennemis dans plusieurs combats singuliers.

Les pertes sont lourdes et chaque petite victoire conduit à de nouveaux dilemmes. Car les super vilains ne reculent devant rien pour assouvir leur vengeance, sans égard pour les civils. Ainsi Himiko, la redoutable adversaire, utilise le sang de Twice pour lancer sur le Japon une armée de clones. All for One, quant à lui, essaie de s’extraire de son combat pour rejoindre son jeune élève Tomura, opposé à Deku. S’ils parviennent à se réunir, le sort de la bataille risque de basculer à tout jamais.

My-Hero-Academia-T38

My Hero Academia : l’univers étendu convoqué

L’auteur du manga ne ménage pas a peine pour nous offrir des affrontements titanesques qui se renouvellent sans cesse. Beaucoup de personnages centraux sont tombés, les pertes sont terribles. Or pour maintenir intacte l’attention et l’intensité de son histoire, il puise à foison dans l’immense vivier de personnages qu’il a créés depuis 38 tomes. Ce volume est particulièrement plaisant par la convocation de figures oubliées.

Le lecteur retrouve ou se rappelle alors de héros secondaires évoqués dans les premiers tomes et oubliés ; de vilains un temps apparus et dont la trace avait été égarée. The Gentle, Lady Nagant, The Lover, ces noms de vous disent rien ? Pas de panique, l’auteur glisse régulièrement dans ce volume une petite page humoristique nous indiquant dans quel volume retrouver leur première apparition. Signe de la grande maîtrise de l’ensemble, ces personnages ont connu une évolution, cachée, en parallèle de l’intrigue principale, qui explique leurs actes présents.

My-Hero-Academia-T38

Déontologie et pouvoir de l’image

Dans le volume précédent, l’auteur avait glissé une critique sévère des démagogues et populistes qui manipulent les foules en masquant leur véritable attention. Il poursuit dans ce tome cette satire de notre monde actuel en se concentrant sur le pouvoir des images. Ce sont elles qui font et défont les héros, qui justifient leur statut aux yeux de la population. Les défenseurs de la justice se retrouvent dès lors face à un dilemme : ils doivent communiquer en permanence, produire du visuel pour continuer à bénéficier du soutien de la population.

Or, cette omniprésence de l’image a été utilisée par les vilains pour les affaiblir. Sans recul nécessaire, le public absorbe leur propagande et va rejeter les héros à la moindre faillite ou bavure. My Hero Academia pointe alors du doigt autant les consommateurs de contenu que les diffuseurs, les médias avides de scoops et de buzz qui ont contribué à ce chaos. Il est temps pour les journalistes de se comporter à leur tour en héros, de prendre leur responsabilité et de réparer les torts causés.

My-Hero-Academia-T38

My Hero Academia : Gagner du temps

Ce 38ème volume se dévore d’une traite. En effet, le lecteur suit une course contre la montre lancée par les vilains. Il faut aux héros endiguer l’invasion d’une horde de clones, empêcher la chute de Yuei sur la ville, contrôler le réveil d’un géant et s’opposer au retour de  All for One. L’action nous transporte entre plusieurs lieux différents avec l’intervention de tous les héros survivants. Plusieurs sauvetages épiques rappellent des passages de comics. Celui de Yuei par exemple est digne du final d’Avengers 2, l’ère d’Ultron.

Et dans ce sprint final, l’auteur réserve toute une série de surprises : l’arrivée d’anciens élèves des classes superhéroïques, des changements d’alliance voire l’évocation des autres héros du monde (vus notamment dans le 3ème long métrage). Mais le meilleur arrive en toute fin de récit : un retour aussi inattendu qu’émotionnellement fort qui vient fermer la boucle du récit en tissant un lien avec le tout premier tome.

Le plaisir est donc immense à la fin de la 38ème tome. L’auteur joue brillamment avec nos attentes en nous faisant lentement glisser vers le dénouement. La série est à déguster sans modérations aux éditions Ki-Oon.