Critique du tome 2 de The Far East incident : Tokyo zone de guerre

0
3851
The far east incident

C’est une petite bombe qui a débarqué au catalogue des éditions Vega-Dupuis. Imaginé par Ohue Aguri, The Far East Incident est un seinen original mêlant uchronie, super-pouvoirs et plongée dans des moments sombres de l’histoire japonaise. Conquis par le premier tome, nous attendions avec hâte la suite de ce récit.

Un Nouveau Japon

Septembre 1945, l’empire japonais a capitulé. Le pays est occupé, ses instituons passent sous contrôle états-unien tandis que l’occupant et une poignée de fonctionnaire locaux essaient de reconstruite un système politique. Mais dans ces temps difficiles où réfugiés, orphelins, soldats démobilisés errent dans les rues, une poignée de nostalgiques de l’empire défunt rêve de revanche. S’appuyant sur les variants de la milice Kiheitai créés par l’unité 731, ils mènent une guérilla violente.

Pour les contrer, les forces états-uniennes ont monté une section spéciale associant un ancien soldat japonais, un être modifié par les médecins de l’unité 731 et des militaires de l’oncle Sam. Leur mission, éliminer les variants et démanteler la milice Kiheitai et accompagner le Japon dans la voie de la neutralité. Ce chemin est semé d’embûches d’autant que leur ennemi a de puissants relais dans la société et n’hésite pas à frapper les civils. Tokyo se transforme très vite en champs de bataille.

The Far east Incident 2

The Far East incident : manipulation

Ce second opus propose d’abord d’approfondir encore son intrigue de départ. L’affrontement entre les deux groupes débordent maintenant dans les rues. Et si cette sanglante guerre sert les intérêts des fanatiques, elle nuit au travail de pacification de nos héros. C’est pourquoi il leur faut trouver de nouveaux alliés ou au moins traquer ceux qui soutiennent les terroristes. Car dans cette lutte, une multitude d’acteurs intervient facilitant ou entravant le travail des forces états-uniennes.

Le récit va donc s’intéresser à ceux qui gravitent dans cette zone grise : trafiquants d’armes, mafias. Ici point d’engagement idéologique mais la recherche du profit. Le récit décrit très bien ce Japon de l’après guerre où le chaos profite aux plus malins, aux plus retors qui exploitent la misère, la désorganisation. De même, l’histoire prend une tournure surprenante en analysant les motivations de la Kiheitai. Ses chefs ont-ils tous les mêmes objectifs ? Faire renaître le Japon impérial a-t-il vraiment du sens ?

The Far east incident tome 2

L’Incident du 26 février revisité

Ce volume laisse beaucoup de place à de l’action. Dès la première page, le ton est donné. La ville devient un champs de bataille. Cette fois-ci, les terroristes ne prennent plus de gants et mènent leur opération sans couverture. Tout le final de cet opus décrit un quasi coup d’état où la ville est secouée par des combats meurtriers. Le pouvoir civil ne tient plus qu’à un fil. Et c’est là qu’interviennent nos héros dans des combats épiques à l’arme à feu, au sabre. Une poignée d’hommes et de femmes contre une horde fanatisée.

Ce qui rend l’action de The Far East incident encore plus passionnante, c’est que l’auteur s’appuie sur des événements qui se sont réellement passés au Japon. Il y a d’abord la tentative de coup d’état, l’incident de Kyujo, intervenu dans la nuit du 14 au 15 août dans le but d’interdire la capitulation. Il y a surtout celui intervenu le 26 février 1936 (en réalité du 26 au 29 février) qui vit des officiers et soldats ultra-nationalistes assassiner plusieurs hommes politiques et prendre, pendant quelques heures, le contrôle du centre de Tokyo avant d’être réprimés.

The Far east Incident l'incident du 26 février 1936

The Far East incident : Quête d’identité

Ce manga très riche en références historiques, magnifiquement mis en image, s’appuie enfin sur beaucoup d’émotion. Dans le précédent volume, l’auteur nous a présenté le passé du soldat revenu de la guerre. Dans celui-ci, il va s’intéresser au personnage de Saika, la variante qui aide à vaincre ses congénères. Nous allons en apprendre plus sur son identité et sur le processus de déshumanisation qu’elle a subi dans les griffes de l’unité 731. En quelques cases, Ohue Aguri la remet à sa juste place : celle d’une enfant jetée dans les braises de la folie humaine.

Cette quête d’identifié irrigue d’ailleurs tout le volume. Que ce soit du côté des alliés, des forces d’occupation que de celui de leurs ennemis ou des neutres, une même interrogation apparaît : êtes vous tournés vers le passé ou vers le futur ? Serez-vous acteurs ou victimes du cours des événements ? Ceci va donc expliquer les choix, trahisons, les engagements des multiples personnages qui traversent ce second opus.

Le tome 2 de The Far East incident fini par nous convaincre de la qualité immense de cette série. Reposant sur un savant équilibre entre action, réflexion et histoire, elle se pose comme une uchronie de référence.

Retrouvez ici d’autres critiques des œuvres éditées par Dupuis.