Théo reste L’homme le plus flippé du monde dans le tome 3

0
61

Depuis le tome précédent, la popularité de Théo Grosjean a explosé mais pour autant l’auteur reste L’homme le plus flippé du monde et même en Improvisation totale dans ce troisième tome.

Une nouvelle étape pour un nouveau succès

Tout a commencé sur Instagram pour Théo Grosjean et aujourd’hui son compte atteint plus de 200 000 abonnés. Cette popularité est le moteur principal de ce nouveau volume de L’homme le plus flippé du monde comme le prouve la couverture. Ce volume réfléchit sur les conséquences positives de la célébrité. La popularité de Théo Grosjean dépasse le milieu des lecteurs de la bd car des grands médias viennent l’interviewer et des lecteurs l’attendent aux séances de dédicaces. Ces rencontres pourraient aider Théo mais il stresse encore plus car craint les interactions sociales… sauf que le dernier témoignage d’un fan lui montre combien son œuvre peut être utile. Théo ne lâche jamais et l’angoisse le pousse à donner son maximum.

Par ailleurs, L’homme le plus flippé du monde quitte les réseaux et les bd pour arriver à la télévision. En effet, Canal + diffuse depuis 2022 la série d’animation « Flippé » que l’auteur a réalisée. Plusieurs blagues de ce recueil parlent frontalement de cette nouvelle activité. On voit la petite équipe de départ, l’enregistrement des voix et l’ambiance blagueuse dans l’équipe.

Les dédicaces dans L’homme le plus flippé du monde
Les dédicaces dans L’homme le plus flippé du monde

Théo demeure L’homme le plus flippé du monde

Malgré cette popularité, Théo Grosjean garde la même formule. Il reste seul au commande en tant que scénariste, dessinateur et coloriste. Ce troisième volume demeure une compilation de ses meilleurs posts récents. Des thèmes demeurent car Théo met en scène son angoisse. L’homme le plus flippé du monde a d’ailleurs participé à cette prise en compte de la santé mentale. Théo est le personnage principal de chaque histoire. Il est obsédé par l’omniprésence de la mort depuis la disparition de sa grand-mère. Cependant, on avait pu voir au fil de la série la diversité de ses troubles. Dans ce nouveau volume, une blague liste les moments angoissants pour Théo et il en ajoute comme la peur de vieillir. Au moindre virus, il organise son enterrement. Quand lui demande d’écouter son cœur il craint les maladies cardiovasculaires. Limitant au maximum les interactions sociales, Théo attend que le voisin rentre pour ne pas le croiser. Ces angoisses sont anciennes. Très jeune, il craignait que sa famille meurt. Il a cependant aussi des bons souvenirs qui lui servent lors des insomnies.

Cependant, L’homme le plus flippé du monde présente aussi des membres de la famille Grosjean. Dans le tome deux, on comprenait que sa mère était déjà dépressive, son grand-père timide, sa grand-mère aveugle et sa grande sœur colérique. Théo avait rencontré l’amour avec une dépressive. Dessiner sa famille vise à les sauver de la mort car il restera toujours une trace de ses proches. Ce tome est plus nostalgique avec beaucoup de scènes d’enfance. On découvre son beau-père et comment il transmettait son amour. On poursuit ensuite avec l’université.

L’homme le plus flippé du monde sort de lui-même en montrant l’actualité. Le lecteur redécouvre le confinement et les masques dans la rue et dans les librairies. On voit le manque de remboursement des psy. L’addiction aux vidéos sur internet. Le livre n’est pour autant pas sombre car l’humour demeure dans chaque case. Cet humour n’est pas une fuite pour éviter ses problèmes mais l’art est un moyen de guérir et donc L’homme le plus flippé du monde est un chemin vers la guérison.

Édité par Delcourt, L’homme le plus flippé du monde demeure la plus hilarante séance sur l’angoisse. Le lecteur rit le plus souvent par le regard autocritique de Théo Grosjean sur sa vie mais est aussi ému de son courage et de touchantes scènes d’enfance.

Retrouvez sur le site la chronique du tome précédent et une bd donnant une autre vision de l’homme.