Les journalistes du net sont dans Hacktivists

0
68

Internet se présente comme un espace de liberté mais ces secrets peuvent être dévoilés. C’est en partant de cette réalité que la série Hacktivists propose un polar numérique autour de dix personnages ! Dans ce deuxième tome, découvrez une nouvelle aventure entre la Russie et le Japon.

Les enfants de l’enfer…

Le monde numérique d'Hacktivists
Le monde numérique d’Hacktivists

Tel est le titre de ce nouveau récit d’Hacktivists, série sur un groupe de dix hackers indépendants venus des quatre coins du globe. Ne craignez pas d’être perdus, vous retrouverez leur portraits et une fiche descriptive en ouvrant le livre. Hacktivists propose donc une vaste gamme de personnages : une mannequin afro-américain, un fan de rock en surpoids, un Italien dragueur et croyant… Les hackers étant très différents, les rapports entre eux sont parfois conflictuels mais l’importance des enjeux dépasse ces différences.

En effet, ces pirates du net ont décidé d’utiliser leurs compétences en informatiques pour révéler les secrets cachés dans le darknet. Dans le tome précédent, ils étaient intervenus dans un immeuble de Miami où se cachait une cellule du service de renseignement russe. Très rapidement, ils se retrouvaient confrontés à un tueur de masse. Ce tome cherche à comprendre comment le suspect, Yeti, aurait été à deux endroits à la fois. L’équipe comprend que les services secrets d’informaticiens russes sont derrière ce miracle.

En parallèle, le hacker américain Omen demande l’aide de son confrère britannique Numb. Il veut que ce dernier enquête sur son passé pour comprendre pourquoi il n’a aucun souvenir avant ses onze ans et d’où viennent les cauchemars qu’il fait chaque nuit. De l’autre côté de l’océan Pacifique, à Osaka au Japon, Hana est kidnappée par des yakuzas. Omen et Kaos sont envoyés sur place pour la retrouver.

… créés par trois artistes

Les voyages d'Hacktivists
Les voyages d’Hacktivists

Comme le montre le résumé précédent, même si des personnages reviennent, Hacktivists propose à chaque tome une mission différente. Ce deuxième tome démontre que le virtuel s’infiltre dans le réel. On change de continent et d’enquête en une page mais la lecture est fluide. De plus, chaque enquête est en fait une nouvelle pièce d’une vaste construction scénaristique autour de l’alliance entre l’humanité et la machine.

Le dessinateur d’Hacktivists, Geanes Holland, réussit à donner du rythme à l’enquête et propose des décors très variés. Il n’hésite pas à montrer la violence quitte à l’esthétiser. On peut cependant trouver que le style de ce dessinateur est neutre. De plus, les visages manquent d’expression et de profondeur. Le coloriste Thiago Rocha propose en revanche des couleurs très variées selon les pages qui permettent de bien situer les lieux ce qui n’est pas des plus simples avec trois enquêtes parallèles.

Comme le premier tome, l’écriture est de Laurent-Frédéric Bollée. Cet auteur français est également le scénariste de La Bombe, bd massive et marquante sortie en 2020. Il propose dans Hacktivists une série d’espionnage inspirée de James Bond : on voyage beaucoup, les apparences sont trompeuses et les États manipulent les masses. Pourtant, ce tome ressemble davantage à une récréation. Les dialogues sont parfois très explicites, le personnage de Fukumi peut paraître insupportable et apporte une vision simpliste de la sexualité féminine. La résolution, deux pages avant la fin, se fait par un deus ex machina pratique mais artificiel.

Publié chez les éditions Soleil, Hacktivists dépasse les frontières pour mélanger la science numérique et le polar. Le scénariste réussit à faire vivre un groupe séparé par des milliers de km et vous emporte dans une enquête informatique révélant une menace très contemporaine.

Fan de polar ? Découvrez d’autres bd policières avec Sin City et Immortal Sergeant.