Découvrez le Godzilla nord-coréen dans Le dictateur et le dragon de mousse

0
111

Le cinéma fourmille de situation absurdes et de projets fou. Cependant, rien ne vous prépare à ce que vous allez découvrir dans Le dictateur et le dragon de mousse. Pénétrez par cette chronique dans la dictature la plus fermée du monde.

Un couple volé

La Corée du Nord dans Le dictateur et le dragon de mousse
La Corée du Nord dans Le dictateur et le dragon de mousse

Le dictateur et le dragon de mousse est écrit par Fabien Tillon. Ce scénariste et essayiste s’intéresse aux destins hors-normes puisque Roi du Vent, son œuvre précédente, décrivait le destin d’un explorateur gascon ayant fondé le Royaume d’Araucanie et de Patagonie. Dans cette nouvelle bd, Tillon vous emporte en Asie pour suivre l’histoire vraie de deux vedettes de cinéma. Le réalisateur Shin Sang-ok est un réalisateur sud-coréen. Hélas, sa carrière est brisée car sa liberté de ton déplaît à la dictature militaire. Plus personnellement, il est très inquiet pour son ex-femme. En pleine gloire, Choi Eun-hee est parti vers Hong Kong. Elle a reçu une proposition faramineuse, mais elle s’est totalement volatilisée depuis son arrivée sur l’île britannique. Son ex-mari mène l’enquête. Cette disparition cache en fait un piège organisé par les services d’espionnage nord-coréen. Il est kidnappé et envoyé en Corée du Nord.

Shin Sang-ok est dans une résidence surveillée. Le dictateur et le dragon de mousse prend le temps de montrer un homme brisé par la torture morale et physique. En effet, le bourrage de crâne dure cinq ans. Refusant son kidnapping, Sang-ok tente à plusieurs reprise de s’enfuir. Sans être prévenu, il est préparé pour rencontrer le président. Devant servir le régime comme conseiller national pour le cinéma, il dispose d’un financement illimité pour créer une industrie cinématographique à la hauteur des films de Hong Kong et d’Hollywood.

Même si le destin de Shin Sang-ok et Choi Eun-hee est exceptionnel, Le dictateur et le dragon de mousse est inscrit dans la réalité historique. La société sud-coréenne est patriarcale car la presse rend Choi Eun-hee responsable du divorce alors que son ex-mari avoue l’avoir trompée de nombreuses fois. La violence de la police de Hong Kong est sous-entendue mais le plus effrayant est la vision de Kim Jong-il : effacer la réalité par le cinéma de propagande.

Une plongée dans une cinéphilie invisible

Un cinéaste kidnappé dans Le dictateur et le dragon de mousse
Un cinéaste kidnappé dans Le dictateur et le dragon de mousse

Le dictateur et le dragon de mousse décrit les jeux complexes entre les clans au sein de la dictature nord-coréenne. Le régime de Kim Jong-il pratique la kidnapping de masse dans de nombreux pays. Des associations estiment que près de 100 000 personnes auraient été enlevées sans donner de nouvelle si bien que leurs familles ne savent pas qu’ils sont en Corée. En arrivant en Corée du Nord, Shin Sang-ok suit des cours d’éducation politique. En racontant en détail sa vie, il doit faire son auto-critique. On tente même de le convaincre que le kidnapping n’était qu’un voyage réalisant un souhait sous-jacent de vivre dans un pays communiste.

Le dictateur et le dragon de mousse nous permet de découvrir le cinéma de cette époque. À Hong Kong, Shin Sang-ok visite les studios Shaw Brothers, lieu de naissance des films d’arts martiaux. Le lecteur voit d’ailleurs Bruce Lee pendant le tournage du Secret des Poignards Volants. John Woo est cité et Shin Sang-ok discute avec Tsui Hark. Invisible hors des frontières. on découvre des films de Corée du Nord qui sont totalement anachroniques. Il faut attendre 1985 pour voir le premier baiser dans Amour, amour, mon amour. Le film réalisé par Shin Sang-ok, Pulgasari !, semble être une blague mais on peut le trouver en version originale sur Daily Motion.

Le dictateur Kim Jong-il, père du dirigeant actuel, possédait plus de 20 000 films. Il a voulu proposer une version nord-coréenne : un monstre communiste montrant les vertus du régime. Le dictateur et le dragon de mousse montre combien Shin Sang-ok et Choi Eun-hee ont créé une vague de modernité. Pourtant, chaque pellicule doit servir la propagande communiste et fait l’éloge de la famille Kim. On comprend également tout cela par les bonus très complets en fin de tome.

Édité par La Boîte à Bulles, Le dictateur et le dragon de mousse est un voyage dans le pays le plus fermé du monde. A travers deux personnages, le lecteur réalise l’horreur d’un régime totalitaire. Cependant, on voit également que l’humanité dépasse l’autorité. Shin Sang-ok et Choi Eun-hee servent le régime mais ne cessent de penser à la fuite.

Découvrez d’autres livres sur la Corée du Sud avec Quand arrive l’aube nautique et Babybox.