Anne de Bretagne s’invite dans une pièce de théâtre puissante et réussie

0
140

(Re)découvrez les intrigues de la cour de France avec « Anne de Bretagne, partie 1 », une pièce de théâtre du dramaturge Nanoq Atuinnaq, qui nous transporte dans les méandres de la vie de l’une des figures les plus fascinantes de l’Histoire française… Et pour une fois, c’est une femme. Dans un savant mélange de drame historique et de tragédie intime, cette œuvre nous ouvre les portes d’un monde où le pouvoir et l’amour se croisent et se déchirent, à l’apogée de la Renaissance.

Au cœur de cette fresque historique se trouve Anne de Bretagne, duchesse couronnée deux fois reine de France, qui, par la force de son caractère et les caprices du destin, incarne la quintessence de la souveraineté confrontée aux tumultes de l’existence. Son mariage, ses deuils, ses luttes pour préserver l’indépendance de sa Bretagne natale et son rôle au sein de la cour royale composent cette épopée riche en émotions et en rebondissements.
Mais loin de se contenter de nous narrer les exploits de la Reine, la pièce de Nanoq Atuinnaq tisse autour d’elle un réseau dense de personnages, des plus nobles aux plus modestes, chacun apportant sa pierre à l’édifice complexe de l’intrigue. Entre les manigances politiques de la cour, les romances interdites et les alliances fragiles et douteuses, « Anne de Bretagne » délaisse l’épique et les guerres bien clichées pour se concentrer sur les émotions et les sentiments de ses personnages. En résulte une pièce hautement humaine, qui prouve que, derrière les grands noms que l’Histoire nous laisse, ce sont aussi des êtres humains comme nous, malgré la distance temporelle qui nous sépare.

Malgré nos deux époques éloignées l’une de l’autre, les messages n’ont pas de date de péremption

À travers des dialogues relativement bien écrits et des scènes qui s’enchaînent de façon fluide, cette pièce se fait le miroir d’une époque révolue… Qui reste pourtant en écho à nos propres questionnements contemporains sur la politique, l’amour, le sens du devoir et enfin la liberté individuelle… Sommes-nous vraiment maîtres et maîtresses de notre destin ? Certains rangs et rôles semblent empêcher cette possibilité. Même si la Couronne fait rêver, elle est aussi synonyme de sacrifice et la réalité est loin de ressembler aux contes de fées.
Chaque acte, chaque réplique, nous rapproche un peu plus de ces personnages historiques, les rendant étonnamment proches et profondément humains. La magie de la pièce réside dans sa capacité à allier rigueur historique et sensibilité artistique, faisant de cette œuvre un excellent choix de lecture pour les amateurs d’histoire, de littérature et de théâtre.

Focus sur Anne de Bretagne : qui est-elle vraiment ?

Anne de Bretagne est une figure historique qui a toujours captivé l’imagination collective, tant pour son rôle politique significatif dans l’Histoire de France que pour son caractère trempé. Dans cette pièce de, cette fascination est explorée et développée à travers une narration dramatique qui met en lumière la profondeur de son personnage. Cette pièce nous offre un portrait intime et politisé d’Anne : une femme qui n’a d’autre choix que de se plier au protocole, tout en se rebellant à sa manière.
Le voyage d’Anne dans cette œuvre commence dès le prologue, où nous sommes introduits à un royaume de France en plein tumulte politique, le cadre parfait pour introduire d’Anne en scène.
Dès le premier Acte, Anne de Bretagne est présentée comme une reine de France, mais aussi comme une duchesse déchirée entre son devoir envers son pays natal et son rôle au sein de la couronne française. Le reste de la pièce explore les tourments du personnage, notamment à travers sa relation complexe avec le roi Charles VIII, avec qui elle partage de vrais moments de vulnérabilité. Leur mariage est complexe, comme toutes les unions de grands personnages. Son statut ne l’exempt pas de tragédies, bien au contraire. Le deuil et la perte font partie du quotidien de la grande Anne. La mort de son fils et les circonstances autour de cette perte sont explorées avec une réelle sensibilité. On croit, à tort, que les puissants personnages de l’Histoire sont déshumanisés : on les aperçoit sur des tableaux, dans des films. Mais ce qu’ils ressentent est souvent passé au second plan, alors que c’est en réalité important de leur conférer un aspect réaliste. Dans la pièce, l’héroïne-reine doit combattre contre ses propres alliés, dont Marguerite.

Comme un petit air de « Marie Stuart » …

Cette œuvre de Nanoq Atuinnaq trouve un écho particulier dans la pièce « Marie Stuart » de Friedrich Schiller. Ces deux récits dramatiques traitent de deux reines qui ne règnent pas sur le même pays, mais dont les ambitions sont très proches l’une de l’autre. Tandis qu’Anne nous emmène à travers les défis et les intrigues de la cour française que doit affronter Anne, « Marie Stuart » explore le destin tragique de Marie, Reine d’Écosse, emprisonnée et finalement exécutée par sa cousine, Élisabeth 1re d’Angleterre.
Tout comme Anne, Marie est imprégnée de la lutte pour le pouvoir et de la trahison au sein des cours royales. Anne lutte contre les complots et les alliances fragiles de sa cour, tout en luttant pour maintenir son influence et protéger son héritage breton.
De même, Marie met en scène les manœuvres politiques d’Élisabeth et les tentatives désespérées de Marie pour récupérer son trône d’Écosse. Dans ces deux pièces, l’on se confronte à deux portraits de femmes fortes, dans un monde dominé par les hommes. Elles doivent constamment prouver leur valeur et leurs compétences. Anne et Marie, chacune à sa manière, défient les attentes de genre de leur époque et luttent pour leur droit à régner. Cette thématique est particulièrement évidente dans la manière dont Anne de Bretagne s’affirme face aux pressions et dans la résistance de Marie Stuart face à sa captivité et à son procès.
Enfin, les deux œuvres interrogent l’héritage laissé par ces figures royales. Dans « Anne de Bretagne », la préoccupation pour la succession et la survie de la Bretagne en tant qu’entité distincte au sein de la France est un leitmotiv, tandis que « Marie Stuart » se penche sur les répercussions de la chute de Marie sur l’Histoire de l’Écosse et de l’Angleterre…
Finalement, nous avons beaucoup à apprendre de pièces historiques. Tant pour leur aspect humain que leur aspect divertissant. Cela prouve, encore une fois, que les œuvres historiques ne sont pas simplement des « cours » ou des leçons, mais de vrais tableaux du passé.

Découvrir la pièce de théâtre sur ce lien.