Critiques de Madame Web, La Passion de Dodin Bouffant et Ricky Stanicky

0
108

Madame Web – « Ma mère coupait mes croûtes quand j’étais petite »

Cassandra Webb développe le don de prescience.

Déjà, le concept d’étoffer l’univers de Spider-Man sans Spider-Man est calamiteuse. Les filles qu’est censée défendre l’héroïne, sont affreusement caricaturales et gonflantes. Ne vous fiez pas à la bande-annonce, car il y a peu ou prou de femmes portant de masques. Le métrage atteint un apogée consumériste en faisant se dérouler la scène finale sur un panneau publicitaire Pepsi. Les dialogues sont affligeants, à l’instar de mon titre. Néanmoins, je voudrais signaler qu’on est loin de la catastrophe décrite par les médias et les réseaux sociaux ; il possède même une scène qui peut se targuer d’être inquiétante (celle dans le train qui est des plus cocasses en même temps, car elle n’a pas véritablement lieu).
IMG 0272 Critiques de Madame Web, La Passion de Dodin Bouffant et Ricky Stanicky
La Passion de Dodin Bouffant – « L’homme doit au vin d’être le seul animal à boire sans soif »

Eugénie tombe malade. Daudin étrenne en mitonnant des repas à sa dulcinée.

Je n’ai pas compris l’objectif du métrage si ce n’est énoncer une myriade de mets aux appellations hautement pédantesques telles potage au xérès sec, purée soubine ou encore consommé à la moelle d’esturgeon ; ou bien peut-être un but féministe qui montre prosaïquement des hommes cuisiner pendant deux heures et quart. De plus, il n’y a aucun enjeu seulement une aspiration ornementale de la gastronomie. Néanmoins, il est cocasse qu’Eugénie ne veut pas être « sa femme » mais sa cuisinière.
IMG 0273 Critiques de Madame Web, La Passion de Dodin Bouffant et Ricky Stanicky
Ricky Stanicky – « On n’en serait pas là si tu ne sentais pas le matelas d’hospice »