More
    More
      Array

      La Petite Fille de M. Linh, au OFF d’Avignon : à voir, ou à revoir !

      de Philippe Claudel
      14h – Espace Roseau


       

      m. linhMonsieur Linh a perdu tous les siens dans son pays ravagé par la guerre – peut-être le Vietnam. Il doit fuir avec son bien le plus précieux, sa petite fille, Sang Diû, âgée de quelques semaines. Une étrange enfant très calme qui ne pleure jamais, qui ne réclame jamais rien. Ils arrivent dans un pays d’accueil qui pourrait être le nôtre, « un pays sans odeur », dans lequel Monsieur Linh n’a qu’un seul espoir: sauver et protéger sa petite fille, à moins que cette petite fille…

       L’histoire de Philippe Claudel pourrait paraitre somme toute banale, mais elle nous conte la douleur de l’exil, de la solitude, de la folie avec une telle finesse qu’elle reste en mémoire pendant longtemps.

       C’est avec un jeu tout en finesse que Sylvie Dorliat, seule en scène, nous fait avancer avec le personnage principal vers le dénouement de ce conte qui semble aussi fragile et simple que n’est l’esprit de Monsieur Linh. Qu’elle soit Monsieur Linh ou son ami, Monsieur Bark, Sylvie Dorliat a toujours le ton juste, la voix chaleureuse et l’attitude ciselée, remarquable prouesse qui tient le spectateur en haleine jusqu’au dénouement redouté mais surprenant. Il est bien rare qu’une petite larme ne vienne pas mouiller l’œil du spectateur ému par tant de délicatesse.

       La mise en scène de Célia Noguès est sobre, entre lumière et ombre, elle souligne la délicatesse des sentiments et la sensibilité de la poésie de ce conte.
      A voir ou… à revoir !

      Extrait vidéo

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.