Orange Blossom au Divan du Monde

Orange Blossom au Divan du Monde

Après 10 ans d’absence, c’est le grand retour sur scène du groupe Orange Blossom qui n’a pas finit de nous faire voyager entre musique orientale et électro. 

Orange Blossom, c’est tout d’abord une rencontre en 1993 entre PJ Chabot, violoniste et Jay C., percussionniste. Ce coup de cœur mutuel va s’enrichir d’autres musiciens au fil des années 90 et de nombreuses influences viendront teinter leur musique. Leur premier album sort en 1997 et amène le groupe à collaborer avec plusieurs artistes étrangers comme Yelemba d’Abidjan ou le collectif égyptien Ganoub. Après une première tournée, Jay C. quitte le groupe pour de nouvelles aventures et en 2005, sort un nouvel opus avec de nouveaux membres.

Presque 10 ans plus tard, la formation a encore évoluée. Le groupe est aujourd’hui constitué de Carlos Robles Arenas à la batterie, Hend Elrawy au chant, Rasim Biyikli au clavier, Sylvain Corbard à la basse et Fatoma Dembele aux percussions. PJ Chabot, conduit cette petite troupe sur le devant de la scène avec son violon. C’est en septembre 2014 qu’est sorti Under the Shade of Violets, sous le label Washi Washa.

IMG_0956-72IMG_0317-72IMG_0486-72IMG_0687-72

 

 

 

 

 

 

 

C’est dans un Divan du Monde plein à craquer que le groupe s’est produit jeudi dernier. Une ambiance colorée et épicée à la fois posée et entraînante. Tous les musiciens on un rôle essentiel dans le groupe et c’est véritablement l’union de leurs talents et de leurs singularités qui fait la force et la puissance musicale du groupe.

Hend a une vraie présence sur scène, malgré un jeu plutôt statique. Ce n’est que vers la deuxième moitié du concert qu’on la verra danser. Son sourire et son visage agréable pose de la sérénité sur la scène là où PJ Chabot s’agite comme un diable. Le violon sur l’épaule, il saute, danse, s’agite comme un électron libre. Derrière eux, Carlos et Fatoma se déchaînent et c’est un vrai bonheur de les voir se défouler sur les percussions au milieu du concert. Petit moment de complicité, ils embarquent le public dans un jeu de rythme auquel tout le monde se prête avec joie.

Le concert a débuté par des morceaux planants comme Ya Sidi et va crescendo jusqu’à la transe. Dans le public, ça se balance et ça danse, ça se trémousse et ça applaudit. On se laisse facilement emporter par la musique et l’ajout des machines, la touche électro, transcendante cette ambiance de mille et une nuit. On a l’impression d’être parti loin et le retour est un peu difficile. Malgré les rappels, il faut bien quitter les lieux et les aficionados traînent la patte avant de sortir, échangeant encore leurs impressions.

IMG_0543-72

IMG_0888-72

IMG_0535-72

C’est un magnifique voyage que nous propose le groupe, un instant privilégié dans lequel on savoure douceur et chaleur orientale. Un vrai mélange culturel et un superbe message de paix et de fraternité en ces temps troubles. Orange Blossom sera de nouveau en concert prochainement ; une séance de rattrapage est prévue pour le 8 juin au Trianon pour les absents. Venez nombreux !

Laissez votre commentaire