[Critique] Angèle : « Brol », une thérapie sans bémols

[Critique] Angèle : « Brol », une thérapie sans bémols

Des vidéos clips aux millions de clics, des dates de concerts sold-out, et un album à l’attrait fou. 2018 pourrait bien être rebaptisée l’année Angèle.

Angèle, une thérapie

23 octobre 2017, date à laquelle La Loi de Murphy est sorti de son nid, marque le début d’un essor florissant. Belge d’origine, la jeune artiste aux 22 années Angèle Van Laeken, est adoptée par la francophonie en quelques notes de musique. La Loi de Murphy a un charme fou, comme Je Veux tes Yeux ou la plus jeune Jalousie en ont tout autant. Avec Brol, la chanteuse est parée pour séduire la foule, car écouter Angèle c’est un peu s’offrir une thérapie de quiétude.

A croire que chanter sonnait presque comme une évidence. Fille de Marka (chanteur belge, ndlr), et sœur d’une révélation rap nommée Roméo Elvis, Angèle a toujours eu soif de musique. Dès 2015, elle partage sur ses réseaux des vidéos où elle reprend les grandes Katy Perry, Lily Allen ou Rihanna avec un filet d’humour. 3 ans après, son premier album Brol est dans les bacs.

Auteure-compositrice-interprète, artiste aux talents multiples

Brol, possiblement traduit par « bordel », c’est la chanteuse elle-même qui l’a écrit et composé dans sa quasi totalité. Ses mots sont honnêtes, sa voix est de miel, Angèle colorie en dépassant, et s’arme inconsciemment pour triompher.

Elle engage La Thune sur des airs de sonnerie téléphonique avant d’allonger son œuvre par une pointe de reggae, poursuit sur une plume féministe (Balance Ton Quoi), et évoque les Matins en solitaire, où les pleurs sont ses alliés. Elle teinte son opus de mélancolie en s’emparant d’un piano sur Nombreux, et balance sa lucidité en criant haro sur les filtres du virtuel dans Victime des Réseaux : « Pourquoi faire semblant de bien aller […] c’est tentant de leur montrer même si c’est pas vrai ».

Angèle vise davantage les « jours sans » que ceux « avec » (Flemme, La Loi de Murphy), chante Tout Oublier avec son frère, et berce sa voix sur Ta Reine en abordant l’homosexualité : « Tu voudrais qu’elle soit ta reine ce soir, toi les rois tu t’en fous c’est pas ce qui te plaît ». Après l’imparable Je Veux tes Yeux, elle dénonce son ennemie la Jalousie, et clôture son œuvre sur des notes rythmées ironiques et autobiographiques (Flou) : « Tout le monde te trouve géniale alors que t’as rien fait / Tout est devenu flou, un peu trop fou, pour moi ».

Les 12 titres de Brol sont son propre miroir et s’inscrivent dans l’ère actuelle. Avec une pointe d’ironie, beaucoup de sentiments, et de simplicité en totalité, Angèle marie ses propos à sa musicalité sans artifices, en se défaisant de tout cadre radiophonique formaté. 


9/10
A écouter : Tout Oublier, Ta Reine, Jalousie

Découvrez le clip de Tout Oublier !

Angèle engagera une tournée le 23 novembre avec un Trianon parisien (complet, ndlr), posera ses instruments à Montpellier, Marseille, Nantes, pour terminer à l’Olympia le 13 mars 2019.