More
    More

      [Interview] The Wombats : nouvel album, concert parisien et clips déjantés

      Nous avons eu la chance de rencontrer courant février The Wombats pour parler de leur nouvel album notamment. En voici l’interview ! 

      The Wombats est un groupe britannique originaire de Liverpool composé de Matthew Murphy (chant, guitare), Dan Haggis (batterie) et Tord Øverland Knudsen  (basse). Ils ont récemment sorti un nouvel opus qui est déjà leur quatrième : Beautiful People Will Ruin Your Life. Lors de leur passage éclair à Paris durant le mois de février, nous avons eu la chance de les rencontrer, on vous dit tout ! 

      © Patrycja Toczek

      • Vous rentrez tout juste d’une tournée à travers les Etats-Unis, c’était comment ?

      – Matthew Murphy : C’était super ! C’était la première fois en quelque sorte que nous avons promu l’album avant sa sortie officielle, donc cette tournée aux Etats-Unis était une nouvelle expérience. C’était vraiment bien.  
      – Dan Haggis : Dans ton pays en plus !
      – Matthew Murphy: Oui. 

       

      • C’est vrai que c’est plutôt atypique de faire une tournée avant la sortie de l’album, et aussi pour un groupe britannique de commencer par les Etats-Unis plutôt que le Royaume-Uni. C’était votre choix ?

      – Dan Haggis : Oui, le nouveau label et notre manager nous ont donné l’opportunité de faire cette tournée en janvier et nous avons pensé que c’était une très bonne idée de le faire. Puis lors de cette tournée nous avions déjà trois singles parus, et c’est pour cette raison que nous avons dit oui car nous voulions jouer de nouvelles chansons devant une audience qui ne les connaissait pas. Donc c’était vraiment bien pour nous de voir la réaction des personnes, ça nous a donné plus de confiance pour la sortie de l’album. Les personnes chantaient déjà en chœur les chansons, c’était super cool. 

       

      • Maintenant, la prochaine tournée, c’est l’européenne. D’ailleurs j’ai été un peu surprise au début de voir qu’il n’y avait aucune date prévue à Paris jusqu’à l’annonce de la Pias Nites le 8 mars prochain. 

      – Dan Haggis : C’est encore une idée du label. On avait seulement trois semaines dans l’agenda pour la tournée européenne et pour certaines raisons ni la France, ni l’Italie, ni l’Espagne n’avaient de concerts prévu. L’Europe est tellement vaste que c’est difficile. Mais on reviendra plus tard pour une vraie tournée européenne. Et la Pias Nites était une opportunité pour venir jouer à Paris et juste avant que la tournée britannique commence. On adore Paris, c’est le premier pays dans lequel nous avons joué en dehors du Royaume-Uni en 2005 je pense, avant les Etats-Unis C’était le premier pays dans lequel on a joué en dehors du Royaume-Uni?
      – Matthew Murphy: Oui … euh non la Norvège!
      – Dan Haggis : Oui, peut-être la Norvège alors car c’est le pays de Tord. Donc Paris était la date juste après et on avait joué à la Flèche D’or, c’était une super belle soirée. 
      – Matthew Murphy: ou peut-être le petit bar Le Sully, ça a été fermé un moment, mais on y a joué pour un concert acoustique et on avait dansé sur le bar. C’était génial. 

      • La dernière fois que vous êtes venus, c’était en novembre 2015 au Trabendo, et je me souviens que l’ambiance était géniale et que le public communiquait vraiment avec vous. Vous pensez avoir une relation particulière avec votre public ? 

      – Dan Haggis: Oui c’est vrai que nous sommes chanceux avec nos fans qui ont toujours une énergie débordante, tout le monde danse.

       

      • D’ailleurs vous allez vous retrouver avec de nombreux fans lors de votre date à l’Alexandra Palace à Londres. C’est une salle magique et mythique, impatients et un peu anxieux ? 

      – Matthew Murphy: Oui, on y a déjà joué une fois auparavant, c’est une super salle. On peut y voir des photos de Mike Jagger et toutes sortes de groupe classiques qui ont joué dans cette salle. Donc oui, on est très excités d’avoir la chance d’y jouer.

       

      • Vous pourrez y jouer votre nouvel album  Beautiful People Will Ruin Your Life. Comment avez-vous trouvé le nom, vous avez un passif avec les belles personnes ?

      (rires)

      – Matthew Murphy: Oui, c’est quelque chose en rapport avec les relations que n’importe qui a pu avoir de manière passionnée avec quelqu’un d’autres comme avec une femme, un ami, un chien, une table, un téléphone. C’est quelque chose qui a avoir avec les relations qu’on a eu dans le passé. 

       

      • Et comment avez-vous fait pour créer cet album car vous êtes tous dans des pays différents ?

      – Matthew Murphy: On s’est retrouvés à Los Angeles où je vis, puis à Oslo car Tord a eu un bébé pour qu’il reste avec sa famille.
      – Dan Haggis: On a partagé le temps comme par exemple petit-déjeuner avec la famille, dîner avec la famille et hop retour au studio. On a fait 4 voyages pour cet album. 
      – Matthew Murphy:  Mais on ne vit plus dans la même ville depuis 9 ans, donc on a l’habitude. 

       

      • Vous aviez des inspirations spécifiques pour cet opus ?

      – Matthew Murphy: Je pense qu’on voulait définitivement faire quelque chose de moins organique mais plus aérer musicalement. 
      – Dan Haggis: On voulait faire des sons différents, plusieurs riffs, plus de guitares, faire plus de choses dans un album que ce que nous avons pu faire dans le passé. Franchir une autre étape et prendre une autre direction en tant que groupe. 

       

      • C’est vrai qu’en écoutant votre album, j’ai pu ressentir que vous aviez évolué, mais surtout votre album donne le sourire à l’écoute, il rend joyeux. C’est quelque chose que vous recherchiez ?

      – Dan Haggis: C’est une chouette réaction de rendre les gens heureux, c’est comme quand on joue lors d’un concert, la foule a toujours un sourire sur le visage et c’est drôle car beaucoup des paroles sont tristes ou profondes. Mais je pense qu’on ne voulait pas faire un album pour procurer une réaction spécifique, on espérait des sentiments, des ressentis. Mais la plupart des chansons sont une sorte de thérapie pour aider à traverser des étapes de la vie comme des ruptures, quand j’e n’ai pas d’énergie pour sortir du lit et ça me donne l’envie de le faire quand même. Et c’est le meilleur compliment qu’on puisse nous faire : payer pour faire de la musique et rendre heureux. 
      – Matthew Murphy: Je pense que la plupart des musiciens cherchent une connexion pour rendre quelqu’un heureux, émotif ou n’importe quelle autre émotion. Du moment qu’ils ont une réponse, le job est fait.
      – Dan Haggis: Même le fait de haïr nos titres (rires). 

       

      • D’ailleurs, vous m’avez fait rire lors de la promotion de votre album,  j’ai adoré quand vous avez fait deviner la tracklist à partir d’emojis. Vous avez une passion pour les emojis ?

      – Matthew Murphy: Je ne sais pas si on peut dire qu’on est vraiment derrière toute cette idée d’emoji, c’est plus la personne qui gère nos réseaux sociaux. Mais celui pour Turn était horrible
      – Dan Haggis: C’était quoi déjà ?
      – Matthew Murphy: Un panneau de signalisation avec une flèche qui indique de tourner. (rires)

      • C’est vrai que j’ai jamais su deviner de quoi il s’agissait pour certaines de vos titres. (rires).

      – Dan Haggis: Ceux pour Cheetah Tongue est génial par contre. 
      – Matthew Murphy: Celui pour Lemon to a Knife Fight est vraiment bien aussi. 

       

      • D’ailleurs en parlant de préféré, quelle chanson est votre favorite sur votre nouvel album ?

      – Dan Haggis: La dernière chanson, I Don’t Know Why I Like You But I Do, j’ai l’impression que c’est quelque chose que nous avons jamais fait auparavant. Mais Cheetah Tongue aussi est l’une de mes préférées. 
      – Matthew Murphy: Je n’ai pas de préférée, je ne peux pas choisir. 

      • Vous avez un titre que vous avez plus hâte de jouer en live qu’un autre ? 

      – Dan Haggis: On a déjà joué 4 nouveaux morceaux en live, et c’était juste fabuleux de voir la réaction des personnes. Puis parfois on pense qu’on va jouer une chanson qui va avoir une super réaction en live et finalement la foule ne réagit pas super bien et le titre va disparaître de la setlist. Donc on va voir… ça va être intéressant.. suspens…

       

      • D’ailleurs vous avez déjà dévoilé 4 singles qui sont également les 4 premiers morceaux de votre tracklist, coïncidence ? 

      – Matthew Murphy: Ah bon vraiment ? 
      – Dan Haggis: C’était vraiment pas voulu, le hasard est pas du tout intentionnel.

       

      • Vous avez dévoilé des clips pour Cheetah Tongue et Lemon to a Knife Fight. Les vidéos ont des scénarios complètement fou comme pour celle de Greek Tragedy sur votre précédent album. Mais d’où vous viennent toutes ces idées ?

      – Dan Haggis: Greek Tragedy est vraiment l’une de nos vidéos qu’on préfère faire et le réalisateur était un jeune irlandais appelé Finn Keenan. Pour le nouvel album, on voulait collaborer avec de nouvelles personnes mais on s’est dit « collaborons encore avec ce mec, il est génial ». Il a les idées les plus folles, on lui a dit tiens c’est la chanson reviens avec quelques idées.
      – Matthew Murphy: Des idées complètement tordues ! 
      – Dan Haggis: Très originales! 

      • Cheetah Tongue m’a d’ailleurs vraiment beaucoup fait rire car c’était tellement inattendu de voir des grands-mères porter leur conjoint. 

      (rires)

      – Matthew Murphy: Oui, c’est trop bizarre. 
      – Dan Haggis: Oui, puis quand on écoute le titre on s’attend pas à ça, mais à la fin de base c’était nous qu’on devait porter mais avec leur mari ça avait plus de sens. 

      • Par contre je dois admettre que pour le clip de Lemon To A Knife Fight, je m’attendais vraiment à une bataille avec un citron en me demandant ce que ça pouvait bien donner. 

      (rires)

      – Dan Haggis: Oui, on aurait pu se taper jusqu’à la mort avec un citron, ça aurait pu être drôle.

       

      • D’ailleurs, d’où vous vient l’idée du titre Lemon to a Knife Fight

      – Matthew Murphy: C’est juste une sorte de métaphore pour une situation où on perd une dispute. Si on avait fait une chanson « I lost my argument », ça n’aurait pas été aussi intéressant. 

       

      • Et pourquoi avoir choisi cette pochette d’album avec un serpent ? 

      – Matthew Murphy C’était de qui ?
      – Dan Haggis: Un français, Lucas Donaud,
      – Matthew Murphy: Il a écouté l’album, puis il a été obsédé avec cette idée de serpent, élément circulaire. 
      – Dan Haggis: J’aime beaucoup aussi l’artwork pour nos singles Turn, Cheetah Tongue, Lemon to a Knife Fight. Mais celle de Cheetah Tongue est ma préféré pour l’artwork.
      – Matthew Murphy:  J’ai une préférence pour celle de Turn avec la vielle cadillac. 

      • On peut espérer de voir votre noms sur la line-up d’un festival français cet été ? 

      – Dan Haggis: On espère !
      – Matthew Murphy: On a encore rien de prévu, mais on va faire en sorte que ça arrive.  
      – Dan Haggis: Si tu peux dire un mot pour nous (rires).  

       

      • Pour finir, vous conseillez quels artistes à écouter en ce moment, qu’est-ce qui figure dans votre playlist en ce moment  ? 

      – Dan Haggis: Bon Iver, c’est pas vraiment un artiste émergent mais j’adore l’écouter.

       

      • En parlant d’artistes émergents, vos premières parties sont vraiment intéressantes vous aviez prévu initialement Blaenavon pour votre tournée américaine, et The Night Café pour celle à travers le Royaume-Uni. Vous choisissiez vous-mêmes vos premières parties ? 

      – Dan Haggis: Non c’est pas nous, on pourrait mais on a pas beaucoup d’amis (rires). The Night Café ont joué pour nous il y a deux ans et ils sont vraiment des mecs sympa de Liverpool jeune et plein d’energie. Slotface aussi va ouvrir pour nous, mais je sais pas qui ils sont. 

       

      • C’est un groupe cool de Norvège. 

      – Matthew Murphy: Cool, on va les écouter…
      – Dan Haggis: C’est une honte car souvent on va en tournée, on veut voir la première partie mais l’emploi du temps ne correspond pas et on a jamais trop la chance de les voir… 

       

      Nous remercions chaleureusement Matthew Murphy et Dan Haggis, membres du groupe The Wombats, de nous avoir accordé cette interview. En attendant leur concert le 8 mars prochain à La Maroquinerie, nous écoutons en boucle leur nouvel album Beautiful People Will Ruin Your Life

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité