Cléopâtre, une Reine de sang arrive à sa fin

0
430

Reine glorieuse de l’Égypte antique, Cléopâtre a une vie riche et complexe que l’on retrouve en bande dessinée. Le dénouement devient tragique dans le dernier tome de cette série des Reines de sang.

Replacer les Reines au centre de l’histoire

Une Reine de sang, Cléopâtre
Une Reine de sang, Cléopâtre

La série historique des Reines de sang propose de revenir sur les grandes figures féminines de l’histoire. Les éditions Delcourt cherchent ainsi à changer la perception de l’Histoire. Les hommes ne sont pas les seuls acteurs des bouleversements politiques mais des femmes ont pu régner (Njinga et Catherine de Médicis) tandis que d’autres ont influencé des dirigeants (Les Trois Julia). Derrière ce projet global, chaque portrait suit une trajectoire singulière. Pour rendre honneur à certaines femmes illustres, des séries s’étalent. C’est le cas de Cléopâtre dont la biographie arrive aujourd’hui à son terme dans le cinquième tome.

Les tomes précédents ont pu suivre l’éducation de la reine qui devient pharaonne à 18 ans. On a pu voir son caractère dur quand elle s’est successivement débarrassée de ses demi-frères et époux successifs. Son influence grandit jusqu’à ce qu’elle devienne la maîtresse de Jules César. A la mort de son amant, le lecteur s’est passionné par sa fuite de Rome pour revenir en Égypte. Une fois le calme rétabli dans son pays, elle s’implique fortement géopolitique avec une grande habileté. Alors que Marc Antoine est venu la punir, Cléopâtre réussit à le séduire. Ce duo très efficace accumule les conquêtes.

Menacé, César Octave veut obtenir le soutien du sénat pour chasser son rival romain et sa puissante concubine pharaonne. De plus, il ne supporte pas le mariage entre l’égyptienne et Marc Antoine. En face, Marc Antoine et Cléopâtre multiplient les démonstrations de pouvoir? quitte à devenir arrogants. Ce dernier volume montre le talent de la pharaonne. Elle sait manipuler Marc Antoine et garde le contrôle en finançant la guerre. Sa dureté devient cependant une faille. Le scénariste Thierry Gloris montre également la vie privée de Cléopâtre très proche de ses enfants alors qu’Octave délaisse ses deux fils pour la politique.

Le dessinateur Joël Mouclier sait trouver la juste représentations de ces événements historiques. Les décors intérieurs laissés dans un flou volontaire donnent un sentiment de claustrophobie et donc renforcent la tension. Il met en avant les corps dans des tenues très variées. On est entre la vérité de l’époque et la peinture historique du XIXe siècle. Également coloriste, il propose une explosion de couleurs très contrastées.

Mettre Cléopâtre au centre de l’effondrement d’une république

Antoine en spectacle devant Cléopâtre
Antoine en spectacle devant Cléopâtre

Le scénariste Thierry Gloris ne se contente pas de raconter la vie de Cléopâtre mais présente le contexte de l’époque. On est bien loin de l’Égypte pharaonique même si le titre est resté. Ce territoire est un carrefour culturel. Depuis Alexandre le Grand, des Grecs sont au pouvoir. La situation est tout aussi complexe pour Rome. Les menaces sont à l’extérieur comme l’attaque des Parthes écrasés par Marc Antoine. De plus, la république est depuis des décennies touchées par des guerres civiles entre les généraux. La corruption mine les institutions moribonde alors qu’Octave va devenir le premier empereur sous le nom d’Auguste.

Si la bataille d’Actium est justement représentée, Cléopâtre La Reine fatale sort de la succession de batailles pour donner une vision complexe du pouvoir romain. Ni Octave, ni Marc Antoine n’ont un pouvoir absolu mais ils jouent des institutions pour se maintenir au sommet.

Cette guerre est également une opposition entre deux parties de l’empire. La rigueur de l’Occident romain s’oppose au raffinement de l’Orient hellénisé. On peut d’ailleurs comprendre que cette vision romaine de l’Égypte a donné dans l’histoire le mauvais rôle à Cléopâtre : une croqueuse d’hommes prête à tout pour défendre son pays. Cette série montre égalemen10t l’importance de la propagande impériale. Ce volume s’ouvre par une scène de théâtre où Marc Antoine joue le rôle d’un dieu. Mais cette mise en scène est utilisée par Octave pour dépeindre son adversaire en débauché. Certains choix surprennent le lecteur contemporain : Marc Antoine et Octave font de leur très jeune enfant le roi d’Arménie et il est marié à une princesse.

Ce dernier volume de Cléopâtre conclut la vie dramatique de la reine d’Égypte. Le scénario de Thierry Gloris montre sans pesanteur la complexité de l’époque. Il ne sacrifie jamais les rebondissements et la montée vers le drame vous cueille dans la scène finale.

Découvrez sur le site d’autres articles sur cette série avec Marie Tudor ainsi qu’une série sur une pirate.