[Critique] Notre avis sur les six premiers épisodes de Marvel’s Iron Fist

[Critique] Notre avis sur les six premiers épisodes de Marvel’s Iron Fist

[Critique] Notre avis sur les six premiers épisodes de Marvel’s Iron Fist

Scénario

Acteurs

Réalisation

Summary:
Le comics est plutôt respecté, l'ambiance est propre à la série et les personnages sont bons. Que demander de plus ?

83%

Une belle entrée en matière !

Marvel’s Iron Fist s’inscrit dans la pleine lignée de ses grandes sœurs Daredevil, Jessica Jones et Luke Cage. Notre critique des six premiers épisodes.

 

A chaque fois que sort une nouvelle série estampillée Marvel sur la plateforme Netflix, l’attente des fans est conséquente. En effet, depuis la sortie en 2015 de Daredevil, nous connaissons le plan de la Maison aux Idées : faire en sorte que les quatre héros se rencontrent tous dans la série The Defenders, une alternative télévisuelle aux Avengers du grand écran. Pour les trois premières, nous ne reviendrons pas dessus (surtout que vous pouvez retrouver nos avis par ici !). Place aujourd’hui à Iron Fist, quatrième super-héros à rejoindre l’écurie. A t’il sa place dans l’équipe ?

 

Un orphelin de retour au pays

522919.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxLa réponse est un grand… OUI ! Malgré les avis négatifs qui nous proviennent des Etats-Unis depuis quelques jours, force est de constater, avec le visionnage de la première partie de la saison, que c’est une réussite. Nous retrouvons une ambiance propre au personnage et c’est ce qui fait la force de chaque série. Nous faire découvrir à chaque fois un nouvel univers et une nouvelle ambiance. Notre point d’entrée est le personnage de Danny Rand. Orphelin depuis la disparition de ses parents, le jeune homme est de retour à New-York. Danny est quelqu’un qui a longtemps vécu à l’autre bout du monde, coupé de toute innovation technologique. Nous découvrons un homme en apparence plutôt frêle mais qui renferme en lui un immense pouvoir. Rien de très novateur dans ce démarrage mais pourtant, nous ressentons un plaisir immense à découvrir au fil des épisodes son histoire et son apprentissage. Le personnage pourrait passer pour quelqu’un de naïf et de candide mais il n’en est rien. Il faut saluer le jeu de Finn Jones, vu dans la série Game of Thrones. Son côté un peu nonchalant colle parfaitement à Danny.

Et le retour du personnage ne va pas forcément faire plaisir à tout le monde. C’est là qu’entre en jeu Harold Meachum et ses enfants. Ancien ami de la famille, Ward a repris les rênes de Rand Industries et ne compte pas laisser l’héritier récupérer son bien. Du côté des enfants, nous ne savons pas trop quoi en penser. Entre Joy, la fille, ravie du retour de son meilleur ami et son frère Ward, tout n’est pas encore très clair à ce stade-là de la série.

 

Un ennemi tapi dans l’ombre

267648.jpg-r_640_600-b_1_D6D6D6-f_jpg-q_x-xxyxxMais ceux qui nous sont présentés comme les méchants potentiels s’avèrent être juste un obstacle que devra franchir Danny Rand avant de comprendre que le mal porte un tout autre visage : la Main. Ce groupe de ninjas que nous avons déjà rencontré dans la série Daredevil est le véritable méchant que devra affronter Iron Fist. Avec Mme Gao comme dirigeante, la Main compte bien provoquer le chaos dans la ville de New-York. Ce qui s’annonce comme une lutte féroce pourrait bien aussi servir de tremplin à la réunion des Defenders dans leur propre série, puisque nous savons que le personnage d’Elektra sera de retour !

Ces six premiers épisodes (sur treize rappelons-le) ont le mérite de poser des bases solides. Les scénaristes n’hésitent pas à jouer avec les codes des comics. Nous ne voyons pas tous les personnages mais la plupart sont cités, ce qui est, nous l’espérons, un signe de leur apparition dans la seconde moitié de la saison. Au contraire des trois autres séries qui nous montrait l’évolution des pouvoirs de chacun, Iron Fist n’hésite pas à se servir de son poing dans cette première salve. Ce qui est distillé avec parcimonie, c’est la façon dont il les a obtenus. C’est ce qui nous tient en haleine et nous donne envie de revenir. Alors oui, Danny Rand reste l’élément central et moteur de la série, mais la galerie de personnages autour de lui est relativement bien développée, à l’image du personnage de Colleen Wing (mention spéciale à l’actrice Jessica Henwick !).

 

En conclusion, ces six premières heures de Marvel’s Iron Fist possèdent leur propre ton. Nous savons que nous regardons une série Marvel/Netflix et nous l’identifions rapidement. La réalisation est soignée et la ville de Ne-York gagne encore un nouveau visage. Il faut espérer que la seconde moitié de la saison monte crescendo pour nous livrer un final à la hauteur et surtout ouvrir la porte vers The Defenders

Laissez votre commentaire