The Eminence in Shadow, critique des cinq premiers épisodes de la saison

0
273
the eminence in shadow

Produit par le studio Nexus en 2022, l’anime The Eminence in Shadow s’inspire du light novel écrit par Daisuke Aizawa en 2018 et adapté en manga par Anri Sakano la même année. Fortement intrigués par sa bande annonce, nous avons commencé le visionnage de la série pour notre plus grand bonheur.

Je veux devenir une personne puissante dans l’ombre 

Cid est un adolescent menant une double vie. Au lycée, c’est un élève réservé qui ne cherche pas à attirer l’attention sur lui. La nuit venue, il devient un justicier masqué qui châtie les kidnappeurs et se bastonne avec les bandes de motards. Mais sa dernière mission l’a déçu et il décide de changer de voie : il deviendra un héros de l’ombre. Or, suite à un accident, le voici propulsé dans un monde parallèle où règne la magie.

Cid profite de ce nouveau départ pour s’inventer une nouvelle vie. Il invente une histoire où il mène en secret une guerre contre une organisation maléfique. Se présentant comme l’éminence de l’ombre, il recrute des jeunes filles, leur ment, les forme avant de les entraîner dans sa lutte. Or, ses mensonges se révèlent être bien réels. Une force mystérieuse menace son nouveau monde et Cid doit mener de front son combat tout en préservant son identité secrète.

the eminence in shadow

The Eminence in Shadow : entre Kickass et Batman

Voici une série qui sait prendre des risques. En effet, le premier épisode va en surprendre plus d’un par son ton radicalement différent du reste de la saison. Il commence comme une comédie scolaire centrée autour de la star du lycée qui n’est pas sans rappeler certains personnages de G.T.O. Mais voilà, Cid n’est pas du tout sensible à son charme, cela exaspère la belle jusqu’à son enlèvement et l’intervention musclée de son sauveur masqué : Cid. Les combats sont âpres dignes de Kickass et semblent nous diriger vers une série de « vigilante ».

Mais le décor change très vite. Suite à un événement mystérieux  dont on ne vous parlera pas pour ne pas gâcher la surprise, Cid bascule dans un monde parallèle, rappelant l’Europe du 18è-19è siècle, la magie en plus. Héritier d’une petite famille noble, il se mue en Bruce Wayne : étudiant moyen de jour, chef de bande la nuit en lutte contre une organisation tentaculaire. Et la série exploite à fond ce changement abrupt, utilisant à merveille les flashbacks, les sauts temporels pour nous faire entrer de plein pied dans une nouvelle timeline.

the eminence in shadow

Malentendus en cascade

The Eminence in Shadow est une série qui joue sur les ruptures de ton, les situations cocasses et les malentendus constants. En effet, Cid se doit de passer pour un loser pour surtout ne jamais se faire remarquer. Mais comment maintenir cet anonymat quand une princesse décide vous courtiser ? Cela donne un passage hilarant où Cid essaye de faire capoter ses rendez-vous. On rit aussi beaucoup des deux acolytes de Cid, de magnifiques boulets qui servent parfaitement sa couverture.

Mais Cid, c’est aussi un Bruce Wayne qui est vite dépassé par ses propres mensonges. Quand sa fable devient de plus en plus réel, le voici contraint de gérer l’impatience de ses alliées quitte à risquer de les perdre. D’ailleurs, toute une ambiguïté tourne autour de son groupe : pourquoi que des filles ? Quelles relations entretiennent-elles avec lui ? Comment vont-elles prendre son idylle naissante ? Lui-même cultive une image mystérieuse, à la limite de la caricature mais extrêmement drôle et captivante.

the eminence in shadow

The Eminence in Shadow : ça déménage

Comédie scolaire, The Eminence in Shadow est aussi une série d’action qui envoie du très, très lourd. Les combats alternent techniques martiales et explosion magique. Cid et sa bande ont fort à faire face à des démons, des chevaliers dévoyés, des scientifiques fous. Lors des affrontements, les ennemis saignent, les membres sont tranchés. La série, comme Kickass, ne recule pas devant une certaine  « violence » graphique qui accompagne bien le propos de l’œuvre. Cid a déclenché une croisade contre le Mal et ses agents ont donc tout pouvoir pour se déchaîner.

Derrière son ton drôle, parfois parodique, la série se permet aussi d’aborder des thèmes extrêmement forts. Il y a d’abord un fil rouge centré sur les femmes, véritables héroïnes de ces premiers épisodes mais aussi victimes d’enlèvement, d’agressions sexuelles et de mariages arrangés. Il y a ensuite la plongée dans un monde magique où les apparences sont trompeuses : castes, mépris de classe, corruption des élites.

The Eminence in Shadow est un petit O.V.N.I qui en cinq épisode nous a totalement séduit. Très belle, très drôle, très grave aussi, la série joue en permanence avec nos émotions pour notre plus grand plaisir. La série est disponible sur la plateforme ADN.

Si vous souhaitez découvrir une autre série totalement déjantée, découvrez notre chronique de Miss Kuroitsu from the monster developpement.