More
    More

      Buvez le sang des Immortels pour survivre

      Avec le sang des Immortels, Les Humanoïdes Associés poursuivent leur adaptation des romans de Laurent Genefort. Voudriez-vous devenir immortel si vous le pouviez ?

      Voyage en terre inconnu

      Une arrivée surprenante dans le sang des Immortels

      Après Peaux Épaisses publié cet été, Le sang des Immortels est la seconde adaptation d’un roman de science-fiction de Laurent Genefort par la scénariste Françoise Ruscak et le dessinateur Francesco Trifogli. Ce duo propose ici un voyage sur une planète inexplorée par l’humanité.

      Un vaisseau d’exploration en mission sur la planète Verfébro franchit une porte spatiale, rien d’anormal dans le futur sauf que l’équipage n’a plus donné de nouvelles depuis six ans. Encore plus étrange, un seul survivant est à bord mais il est inconscient. Son journal de bord donne la solution. Des animaux ont tué tous les autres scientifiques. Une fois revenu à lui, Rami Glarith explique avoir survécu en mangeant la viande d’un animal local, Drac. Il pense que cette nourriture l’a non seulement fortifié mais que ce sang des Immortels est la source d’une vie éternelle. Sans raison, il se suicide ensuite en se jetant dans le vide spatial après avoir détruit son journal de bord et caché les coordonnées de cette planète. Deux ans plus tard, une équipe part à la chasse au Drac…

      Une chasse au trésor mais quel trésor ?

      Une guérison miraculeuse dans le sang des Immortels

      Par cette expédition à la recherche de la viande miraculeuse, le sang des Immortels retrouve les codes d’une l’île au trésor à l’échelle d’une planète. On découvre tout d’abord les principaux membres de l’expédition. Un homme Affer et une femme Nem’ sont deux spécialistes de la survie, une conseillère scientifique, la docteure Teafor, doit les conseiller et, étrangement, le frère Jock de l’ordre Sandoctien les accompagne. Ce religieux a participé au tiers du financement de la mission alors que le reste vient d’une multinationale du médicament, Selfano. La mission commence très mal car, hormis ces quatre personnes, tous les accompagnateurs meurent quelques minutes après l’arrivée puis le vaisseau coule. Sans moyen de prévenir leur planète, ce quatuor devient des Robinsons dans un monde inconnu entouré de monstres.

      Dans le sang des Immortels, chacun des survivants a sa raison pour découvrir le secret de l’immortalité. La scientifique cherche un remède pour sa fille. Le prêtre craint que l’immortalité signifie la mort des êtres humains qui n’auraient plus de but dans la vie. La multinationale Selfano cherche le profit. Ces objectifs différents donnent lieu à une réflexion et même un débat entre eux sur l’immortalité. Ne plus mourir est-elle une chance pour éviter la mort et la maladie ou une condamnation à l’ennui et à la perte du sens ? Ce récit d’aventure contient donc une aventure financière, la quête de trophées, la recherche scientifique, la quête mystique et la fuite d’un amour brisé. Seul le dernier tiers dévoilera le mystère de cette immortalité. On peut signaler que, contrairement à de nombreux récits de science-fiction, les femmes sont complexes, loin des stéréotypes du genre.

      Le dessin de Francesco Trifogli est très efficace. Sa mise en scène fluide aide à comprendre le sang des Immortels. Le lecteur ressent le plaisir qu’il a eu d’inventer cette faune originale. Comme dans les séries Aldebaran ou Centaurus, on retrouve d’ailleurs ce foisonnement animalier. Le style de Trifogli fait d’ailleurs penser à Leo par les visages et les superbes pages de paysages. Le lecteur peut d’ailleurs en découvrir plus en fin de volume car, comme dans ses trois dernières sorties, l’éditeur ajoute des bonus avec les carnets de croquis et un récit de voyage imaginaire sur la faune et la flore de Verfébro.

      Par les talents conjugués de Laurent Genefort, Françoise Ruscak et Francesco Trifogli, Le sang des Immortels réussit en un tome à proposer un récit d’aventure, l’exploration d’un monde dangereux et une réflexion sur la mort. La réussite de ce récit complet est un bon aperçu de cette série d’adaptation de Laurent Genefort qui donne envie de revenir en arrière pour découvrir Peaux Épaisses.

      Si les récits de science-fiction vous intrigue, n’hésitez pas lire les chroniques sur Amen et Invisible Kingdom.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité