À la découverte de Scok, le casteur officiel de Rainbow Six Siege !

À la découverte de Scok, le casteur officiel de Rainbow Six Siege !

Vous connaissez Rainbow Six Siege (R6S) ? Vous connaissez l’eSport sur Rainbow Six Siege ? Vous connaissez  Player Unknown BattleGround (PUBG) ? Vous connaissez Twitch ? Alors, vous connaissez, sans aucun doute, Scok. Nous avons eu la possibilité de l’interviewer, voici pour vous :

Scok, peux-tu te présenter ?

Alors, je m’appelle Guillaume, j’ai 28 ans, je suis originaire de Nevers en plein milieu de la diagonale du vide et je suis maintenant à Toulouse. J’étais prothésiste dentaire et maintenant je suis casteur et streameur. Mon pseudo est un très vieux pseudo, d’il y a une bonne douzaine d’années, avec des potes, tout simplement.

Tu n’étais pas du côté de Nantes ?

Non non, je suis à Toulouse et le projet c’est qu’on déménage à Nantes avec ma copine.

Pourquoi Nantes ?

Ben pourquoi pas en fait, c’est surtout ça la question ! On y a passé quelques jours, on a trouvé ça super cool. Je t’avoue aussi que les 33° de Nantes me plairaient plus que les 36 de Toulouse actuellement.

Sinon, tu peux venir à Lille, il fait encore moins chaud …

Oui, non mais Lille on n’a pas encore d’habits d’hiver.

L’étranger ?

Ah ! Ça peut être très très bien aussi.

twitch

Comment l’idée de streamer vient ?

J’ai commencé un peu avant d’arriver sur Toulouse, il y a environ 3 ans. J’ai découvert Twitch avec le jeu StarCraft 2 auquel je jouais et du coup, j’ai commencé à regarder les compétitions. J’ai découvert Twitch et l’eSport en même temps et, j’adorais ça. J’adorais le fait de pouvoir regarder les casts que faisait Ogaming tout comme j’adorais regarder les matchs. Au début je regardais vraiment les matchs et puis petit à petit je me suis rendu compte que j’aimais beaucoup le cast, ce que faisaient les casteurs.

Alors, j’ai commencé sur Twitch à faire des petites parties de StarCraft 2, parfois du Rocket League. Puis, petit à petit, je me suis mis à caster du StarCraft 2  (devant 30 personnes au grand maximum).

Finalement, Twitch ça s’est lancé un peu tout seul avec la découverte de StarCraft 2 et de l’eSport.

Tu as donc commencé le stream il y a 3 ans, tu as arrêté de travailler tout de suite ?

Non, ça c’est arrivé bien après. Pour moi, au début, Twitch c’était vraiment du loisir, c’était marrant.  Et puis R6S est arrivé … Au début, je voulais être joueur, faire de la compétition et en fait ça ne marchait pas trop. Je commençais à ne plus être trop « jeune » pour me lancer dans un tel projet. Donc, je me suis dit que j’allais arrêter.

Certains joueurs de la communauté française de R6S m’ont alors dit « Pourquoi tu n’essaierais pas de caster ? Il y a le mode spectateur qui vient de sortir, tu as une voix qui passe bien » [Nous confirmons !]. J’ai donc essayé de caster, ça m’a beaucoup plu. En parallèle je me suis mis à streamer et j’ai vu qu’il y avait de très bons retours, ça m’a donc beaucoup encouragé à continuer et c’est ce que j’ai fait.  De fil en aiguille, ça a grossi, grossi, jusqu’à … jusqu’au mois de juin 2016 où j’ai décidé de quitter mon ancien travail pour faire ça à plein temps et essayer de vivre de ça.

Scok
Scok – Crédits @R3siak

Donc, c’est vraiment R6S qui t’a fait t’envoler autant

Ah oui ! Ah oui, complètement !

Les subs sont arrivés …

Oui, tardivement. Puisque j’avais commencé à streamer à partir de février/mars 2016 et les subs sont arrivés en septembre 2016. C’est là que ça a commencé à devenir entre guillemets « rentable ». À partir de ce moment-là, il y avait une vraie dimension financière derrière, le stream pouvait donc devenir un métier.

Sur Twitch on retrouve pas mal de « personnages » (Dr Disrespect, etc.), mais, toi, finalement, on a l’impression que quand tu streames, tu es comme dans la vie de tous les jours …

Oui, je me suis rendu compte de ça. Sur Twitch tu as plusieurs manières de séduire les gens, soit en ayant un personnage qui les fait marrer, les émeut du moins, soit en étant « clair comme de l’eau de roche ». Avec mon rôle de casteur, il était peut-être compliqué de me créer un personnage. J’ai donc décidé d’être naturel, avec mon côté bisounours, mes coups de gueules (qui m’ont parfois fait défaut) en essayant d’être aussi droit que possible … et ça a l’air de plaire.

Mon but n’est pas d’avoir un jour 20000 viewers et 12000 euros de salaire Twitch, je suis content du niveau actuel où ça plaît à une petite communauté qui grossit et qui vient passer des bons moments.

Une « petite communauté » de 400/600 personnes …

Oui, j’en suis content. Ce qui me plaît dans ma façon de faire, c’est quand les viewers viennent me dire « on a passé un bon moment » où ils ont pu rigoler, parler, se sentir écoutés, ça c’est un truc qui se perd beaucoup sur le Twitch France : écouter ses viewers  quand tu es en stream et sa communauté en dehors. 

En règle générale, j’essaie de répondre à tous les MP Twitter. Répondre à tous les tweets c’est difficile, mais les mp en tout cas je le fais. J’essaie d’être le plus accessible possible parce que moi, ce que ne j’aimais pas quand je regardais des streams, c’est quand je venais à contacter le streameur pour apprendre des choses, mais, pour lui tu es « rien », tu es simplement un mec comme ça, tu es un random … Il ne faut quand même pas oublier que nous, si on est streameur, c’est grâce aux gens qui nous regardent. 

Tu as eu une phrase un jour, ça m’avait presque « choqué » parce que tu étais pas mal absent (déménagement, etc). Tu remerciais tes subs, tu disais, que tu étais très peu présent en ce moment et que ça t’embêtais beaucoup, je n’avais jamais vu ça avant … et c’était sincère !

On vit dans un monde où pour manger, il  faut travailler et si tu t’absentes de ton travail, tu n’as pas de salaire, donc tu ne manges pas. Là, j’étais choqué du fait que, oui il y avait des mois entre mai/juin/juillet, où sur un mois j’ai dû streamer au maximum 30 heures … c’est rien !  Pourtant, le nombre de subs est resté très haut et … j’ai halluciné. Je m’attendais à une grosse perte, elle a été importante, mais beaucoup moins que ce que j’imaginais. Et donc oui, c’était obligatoire de remercier ces gens qui continuent de te soutenir alors que tu ne leur proposes plus rien.

youtube

Tu as une chaîne YouTube, on a quand même  l’impression que ce n’est pas ta priorité

Non du tout. Avant, bien avant Twitch, j’avais essayé de lancer une chaîne YouTube avec un pote (jAhk) que je connais depuis longtemps. Puis, je me suis rendu compte que j’aimais bien mais ce n’était pas ma tasse de thé non plus dans le sens où il y a déjà ; le montage, c’est un truc qui ne me dérange pas spécialement mais ce n’est pas non plus une passion ; et l’interaction avec les viewers qui ne me plaît pas. Le fait que des gens regardent et laissent un commentaire, non, je préfère vraiment faire du direct. Donc je m’en sers pour des best of, pour les vod de matches, mais je ne fais pas de vidéo comme les youtubeur R6S peuvent le faire, ce n’est pas du tout mon but et  je ne pense pas y venir. Ils partent d’une vidéo où ils jouent et eux arrivent à en faire une vidéo, à la raconter, à la rendre interactive, ce n’est pas un truc que je sais faire
Youtube c’est vraiment secondaire, pour les gens qui n’ont pas pu voir les lives et qui veulent du contenu sur YouTube. Moi-même, je ne consomme du YouTube qu’occasionnellement, par exemple le soir, quand je vais me coucher sur le téléphone, quelques vidéos et voilà.

Ton métier, c’est donc plutôt casteur ou streameur ?

C’est vraiment les deux. Le temps est partagé entre les deux. Je passe de plus en plus de temps sur les casts puisqu’avec l’évolution de tout ça, le fait que ça grossisse, il faut vraiment le professionnaliser de plus en plus. Là, aujourd’hui plus qu’avant, je me rends compte de la quantité de travail qui doit être faite en amont pour proposer un cast qui plaira vraiment aux personnes voulant apprendre des trucs et voulant aller plus loin qu’un simple commentary de match. Les streams aussi prennent beaucoup de temps. Vraiment donc, les deux, casteur et streameur. 

Tu parles de la préparation en amont des casts, tu peux en dire un peu plus ?

Mon objectif ultime est d’être capable de proposer un cast sur lequel je pourrais parler d’anecdotes stratégiques concernant les deux équipes, de leur style de jeu dans le passé, comment celui-ci a évolué, comment il est aujourd’hui, des anecdotes sur les joueurs, les connaître, chacun, pouvoir dire où ils étaient avant, ce qu’ils faisaient. Avoir le maximum de connaissances pour que, toi, quand tu viens en tant que joueur, t’apprennes un truc. Tu vois un match et en plus de ça tu vis une histoire avec l’équipe que tu suis.

Scok
Scok et Furious – Crédits @R3siak

Tu as donc un contrat avec Ubisoft ? CDI ? CDD ?

Oui. Rien de tout ça, c’est de la prestation de services concernant les casts que je leur fais. 

Tu ne fais « que » caster pour Ubisoft ?

J’ai fais plusieurs trucs pour Ubisoft, je caste la pro league, et plusieurs événements français (Summer challenge, Six cup, etc.). J’avais également fait le lancement du jeu For Honor où j’étais invité à animer la soirée avec Olivier Morin qui travaillait au canal eSport club. Mais, il n’y a pas aucune op, quand je fais des streams sur le lancement de jeux (For Honor, Ghost Recon) c’est vraiment du plaisir personnel. Ubisoft ne m’a jamais demandé de streamer leurs jeux, on n’est pas du tout dans ce genre de contrat.

Tu es très présent sur Twitter, très présent sur Snapchat. Est-ce que c’est quelque chose qui va te faire progresser professionnellement parlant ?

Twitter me sert à deux choses, à alimenter toute ma communauté, à pouvoir leur répondre s’ils le souhaitent et à être contacté. Twitter, c’est aussi une vitrine pour le côté professionnel puisque c’est la vitrine dans l’eSport et dans le cast.  Snapchat c’est vraiment du loisir, pour faire plaisir à la communauté. Facebook je m’en sers pas, je trouve le système de pages très mal conçu, je ne peux même pas aller voir les messages privés, les notifications parce que ça rame pour ouvrir ce genre de truc.

Tu es un peu « l’ambassadeur » de R6S en France, tu es un peu la référence quand on parle de R6S sur le Twitch Fr.

Oui, Ubisoft, quand ils se sont lancé la dedans, c’était  leur première fois en eSport pour ce qui est de la France, donc ils m’ont laissé « carte blanche » sur la façon de gérer les streams, la diffusion de la pro league etc. Donc, oui, cette place « d’ambassadeur », je l’ai un peu prise. Me laisser « carte blanche » était à la fois une bonne chose et … une moins bonne chose, dans le sens où j’ai fait des erreurs, comme par exemple donner mon avis sur des choses alors je n’aurais pas dû m’en mêler. C’est quelque chose qui m’a beaucoup été reproché il y a quelques mois (par exemple il y a un an, j’ai pris parti pour un joueur qui était banni pour triche en pensant qu’il était innocent. C’est une erreur, je n’aurais jamais dû faire ça en tant que casteur.). La « carte blanche » était une très bonne idée, mais pas forcément évidente à gérer correctement quand tu que tu sors de nul part comme c’était mon cas.

Tu y joues depuis quand à R6S ? 

Environ deux ans. C’était sur l’alpha (mars/avril 2015)

Finalement qu’est-ce qui te plaît autant dans ce jeu ?

Un tas de trucs … un tas de trucs !

  • Les opérateurs qui, pour moi, ont un design et une conception totalement génial. Les gadgets qu’ils proposent sont tellement variés c’est vraiment intéressant.
  • Les maps sont magnifiques et très développées, que ce soit sur la verticalité, les murs à détruire, les renforts…
  • Ce concept de 5v5 avec une once de réalisme sans que ça ne détruise trop le gameplay.
  • Les armes qui sont bien équilibrées entre accessibles à tous mais faut pouvoir master pour être bon.
  • Le suivi de l’équipe Ubisoft, l’écoute de la communauté.
  • La sortie de nouveaux contenus gratuits tous les trois mois.

Quand R6S est sorti, ça a été un coup d’air frais. Ce jeu me fait vibrer depuis 2 ans, ça fait très longtemps que je n’avais pas eu un jeu qui me fasse « kiffer » comme ça. Si je suis autant à fond sur ce jeu ça n’a rien à voir avec le fait que ça me permette de vivre, c’est avant tout parce que ça me plaît. 

Quelles sont les choses que tu n’aimes pas ou que tu aimerais améliorer dans R6S ?

Le mode spectateur qui n’est pas encore satisfaisant. À l’avenir, avoir la possibilité de voter pour une map quand on enchaîne des matches face à une même équipe. Finalement, des petits trucs, mais pas de gros changement/améliorations.

Certains disent parfois que tu te fais carry par les joueurs pro, tu perçois cela comment ?

Sur mes débuts  je prenais assez à cœur ces remarques. Ça me gênait. Maintenant, ça me passe par-dessus la tête, puisque je ne joue pas pour un niveau, pour prétendre à quoi que ce soit, je joue pour faire plaisir aux gens qui regardent. Donc, oui, je me fais accompagner parfois de gens du circuit pro, parce que c’est ceux avec lesquels je travaille et que je fréquente le plus et avec qui, surtout, je m’entends bien. Je joue avec les gens que j’aime bien.

Après, concernant mon niveau, cette saison, beaucoup plus que les saisons précédentes, j’ai joué en solo et j’ai quand même terminé Platinium 1. Donc, si je me fais carry … Moi ce que je vois c’est qu’il y a des gens qui prennent du plaisir à venir  regarder, qui apprennent des trucs même si je suis mauvais. Si les gens ne comprennent pas que jouer en stream et jouer tout seul ça n’a rien à voir, je leur conseille d’aller faire une game en répondant à quelques questions … en terme de concentration, c’est compliqué.

 Pour vraiment conclure ce genre de critique, je me dis que si je n’apportais rien aux gens qui viennent regarder, les gens ne reviendraient pas.  Donc s’il y a du monde, c’est que ça plaît et  ce n’est donc pas une histoire de niveau.

Scok
Scok – Crédits @R3siak

Quel avenir pour R6S ?

Ouh là ! Gros avenir. Je pense que ça doit  faire un an que je tiens ce discours et à chaque fois qu’on vient me poser la question après que j’ai déjà répondu un truc comme ça, j’y crois encore plus que la fois précédente. Ça grossit lentement mais ça grossit. En deux ans bientôt, le jeu a fait beaucoup. Proposer au bout d’un an et demi des compétitions majeures aux trois quarts de la planète, c’est énorme.

La comparaison, régulière, à Counter Strike (CS) n’est pas valable. CS, ça fait 20 ans qu’il existe, ce n’est pas vraiment la même échelle. Je pense qu’il  y a un vrai avenir. Même avec cette saison sur Opération Health, tout le monde s’est plaint mais tout le monde est encore là ! La base de joueurs est même encore plus grande  qu’avant. C’est un jeu qui fait beaucoup parler de lui, puisque comme les développeurs sont très accessibles et ouverts à la critique, les joueurs s’ouvrent à la critique également et ça parle fort de tous les côtés. On a vu la sortie d’Overwatch qui n’a pas fait mal au jeu, tout comme la sortie du BF1. Très franchement je pense que R6S va continuer à grossir à la fois pour les joueurs qui viennent juste faire du simple pour s’amuser avec leurs potes et à la fois pour les joueurs qui sont dans l’eSport.

Pourquoi ne pas avoir réussi à passer joueur professionnel sur R6S ?

C’était une question de temps à l’époque puisque j’avais mon boulot. C’était  une question d’âge aussi parce que je venais de StarCraft 2 et sur StarCraft 2 la carrière d’un joueur professionnel s’arrête à 25 ans, après ton corps commence à fatiguer avec notamment les tendinites au poignet. Donc je me suis dit, j’ai  26/27 ans, je ne suis pas une machine de guerre, je n’ai pas de don, donc il y a beaucoup de boulot à faire là-dessus, est ce que valait vraiment le coup ? Non  je n’avais pas la motivation et je ne me sentais pas capable d’atteindre le niveau professionnel avec le temps que j’avais à disposition.

Maintenant j’imagine que ça t’intéresse plus du tout ?

Ça m’amuserait aujourd’hui si on me disait « Allez, tu as six mois pour devenir un joueur professionnel, donne-toi à fond ! ». Je le ferai, mais il est hors de question que je quitte le cast. Mais, comme je ne pourrais pas faire les deux en même temps, la question ne se pose pas et ça ne génère pas spécialement de frustration.

Tu avais joué avec les Vitality black. 

Oui, j’avais fait un qualifier avec eux, une excellente expérience ! J’ai pris beaucoup de plaisir, on s’était bien débrouillé. Enfin, personnellement, j’étais relativement content de ma performance pour l’entraînement dont je disposais. C’était un plaisir comme ça, un service rendu parce qu’ils avaient besoin de quelqu’un. Je les remercie d’ailleurs énormément de m’avoir demandé.

Tu serais intéressé pour coacher des joueurs professionnels ?

Non, parce que je n’ai pas la vision de jeu et l’expérience professionnelle en jeu suffisante pour apporter ce genre de choses.  Il m’arrive parfois de donner des conseils à des amis que j’ai dans les équipes pros par rapport à ce que j’ai vu, mais je ne me permets pas de leur dire quoi faire ou comment faire. 

PUBG

Tu joues également de temps en temps à PUBG, qu’est-ce qui te plaît dans ce jeu ?

J’avais beaucoup joué à arma III, c’est un jeu qui y ressemble un petit peu (notamment le côté réaliste sans que ça soit trop gênant pour le gameplay) et puis le principe d’arène, de Battle Royale, est très excitant. C’est un jeu qui me plaît beaucoup, qui est très très plaisant à jouer et sur lequel j’aime bien faire, à mon petit niveau, de la compétition quand je le peux.

Quelles sont les choses que tu n’aimes pas ou que tu aimerais améliorer dans PUBG ?

Je ne le suis pas assez pour pouvoir répondre à cette question. Je n’ai pas de critique particulière à faire à l’heure actuelle.

PUBG était à la gamescom avec un gros tournoi (et de gros cash prize), surprenant ?

Ça ne me choque pas. H1Z1 a fait pareil, c’est très bien, ils sont à fond derrière leur jeu. Maintenant la grande question qui se pose sur PUBG c’est sa réussite en eSport et sa réussite à long terme. J’ai des doutes là-dessus, j’ai peur que ça soit un effet de mode concernant l’eSport. Je ne sais pas s’il va vraiment attirer des foules à long terme parce que 100 joueurs sur une map, tu as quand même sur 40 min de jeu, 25 minutes où ce n’est pas très intéressant. Je ne sais pas, je ne juge pas les jeux qui se lancent avec des gros cash prize sur les premières compétitions. Gears of War l’a fait avec une compétition à un million, on n’entend plus parler d’eux.  Halo l’a fait, on n’entend plus trop parler d’eux. Je préfère un format plus modeste comme Rainbow où ils y vont petit à petit et le cash prize grimpe grimpe grimpe plutôt que tout balancer d’un coup, ça fait du bruit mais au final ça touche pas vraiment les joueurs.

Tu as fait des tournois sur PUBG, où tu as été invité dans une team. Tu expliquais ne pas vouloir lead une team où tu ne connais pas les joueurs. Ta vision du jeu est bonne, est-ce que tu ne serais pas tenté de créer ta propre team où tu serais le leader ?

Ça me plairait beaucoup. Sur PUBG je ressens des sensations sensibles à celles d’Arma à l’époque et sur un Arma j’ai très souvent entendu dire que j’étais un « bon lead », j’arrivais bien à déplacer des gens pour prendre l’avantage par rapport aux adversaires. Donc je ressens un peu ces choses-là sur PUBG et je prendrai un énorme plaisir à lead, le problème c’est que moi j’ai besoin d’avoir de l’affectif avec les gens pour leur dire quoi faire. Je ne peux pas dire à quelqu’un que je ne connais pas fais ci, fais ça, non. Je préfère être leadé quand je ne connais pas les gens que de dire on fait ça, par contre, après, ça m’amène de la frustration et de l’énervement parce que je ne suis pas d’accord avec les décisions prises. Mais ça me plairait beaucoup, maintenant on en revient R6S, je n’ai pas le temps. Je m’intéresse un peu aux casts sur PUBG, ça pourrait être intéressant. Je vais voir si je peux essayer, je connais bien le casteur Français (Pacifae) qui m’a demandé si ça me tentait, on va voir ce que ça donne. Caster du PUBG, ça me tenterait bien un de ces jours.

Scok
Scok et Elemzje – Crédits @CaroPhotography

Te concernant, comment imagines-tu ton avenir ?

Question intéressante. À moyen terme R6S à 100% ou à 99% si un autre jeu arrive. Rainbow six, jeu auquel je crois beaucoup, notamment sur l’année qui va arriver. Si jamais ce projet ne marche pas ou si le jeu s’essouffle et bien qu’est ce qui m’empêche de me lancer sur un autre jeu qui me plaît ? L’avenir est vraiment de continuer ce projet de casteur/streameur jusqu’au jour où, soit ça  va parfaitement et ça sera mon job,  soit ça ne fonctionnera plus et  puis je pourrais retourner postuler dans des boîtes dans lesquelles je sais faire des trucs. C’est aussi simple que ça, ça va m’attrister parce que j’aime énormément ce que je fais mais s’il faut manger, il faut manger.

Actuellement, ta passion, c’est ce qui te fait manger. 

Exactement.

Financièrement parlant, tu arrives à t’en sortir ?

Financièrement, aujourd’hui je suis un niveau moyen/acceptable. C’est-à-dire que je mange, je sors, je pars en vacances un peu,  je vis normalement. Je ne vis pas mal,  je ne vis pas dans le luxe. Je vivais un peu mieux avec mon ancien boulot, mais en termes de confort de vie, aujourd’hui, c’est tellement supérieur que gagner moins m’importe peu. Se lever pour un truc que tu as envie de faire, ça compense largement.

Merci Scok, as-tu un dernier mot  à ajouter ?

Go baguette !

Nous remercions grandement Scok pour sa gentillesse et sa disponibilité. N’hésitez pas à aller faire un tour sur son site , où vous retrouverez, entre autres, sa chaîne Twitch, sa chaîne YouTube,  mais aussi sa boutique et  son Twitter, vous ne le regretterez pas !

Laissez votre commentaire