More
    More

      Suivez Donald dans des vacances agitées

      Le froid est là et les premiers flocons tombent couvrant certaines régions d’un tapis blanc. Ne serait-ce pas le meilleur moment pour partir à la campagne en été ? Les vacances de Donald sont un volume qui tombe à pic.

      Disney made in France

      Les vacances de Donald longtemps attendues

      Toujours aussi stressé, Donald ne supporte plus la ville, son bruit et son agitation constante. Cherchant du repos, il part en campagne pour retrouver la beauté de la végétation et des animaux. La colère de Donald s’amenuise à mesure qu’il s’éloigne de la ville. Mais, entre ce rêve et la réalité, il reste un grand espace pour que le canard retrouve son caractère ombrageux.

      Depuis 2016, Glénat propose dans la collection Créations originales à des auteurs reconnus de la bande dessinée européenne de s’approprier les personnages classiques de Disney. Les volumes précédents ont déjà vu Loisel, Cosey ou Lewis Trondheim proposer avec succès des aventures inédites. Dans Les vacances de Donald, c’est au tour du scénariste Frédéric Brrémaud et du dessinateur et coloriste Federico Bertolucci de proposer leur regard. Le duo rend hommage au canard le plus célèbre de la culture pop. On le (re)découvre sous ses différentes facettes : de la colère à la tendresse. Son voyage en voiture est très heurté dès l’autoroute mais il oublie tout son stress en admirant la beauté des paysages. On suit le canard pendant sa randonnée en montagne. Cependant, cela ne dure pas car Donald subit les pires galères : la pluie, les éclairs, le froid mais aussi les fourmis… Il rencontre même d’autres personnages de Disney : les gourmands Tic et Tac, un ours… Les éléments naturels et les animaux sauvages semblent se coaliser pour lui gâcher son repos. Plutôt que d’apprécier la nature, Donald lutte contre et veut la dominer. On peut y voir un message écologique

      Des aventures sans paroles

      Les animaux perturbent les vacances de Donald

      Reprenant les principes des premiers dessins animés où Donald ne parlait pas mais émettait des bruits, Frédéric Brrémaud fait le choix d’un album entièrement muet. Le lecteur retrouve l’ambiance drôle et touchante des films d’animations Disney des années 1950. On reconnaît cette période par les voitures ou l’architecture en ville. C’est une lecture faite pour tous car l’adulte retombe en enfance mais l’enfant s’amuse aussi des maladresses de Donald et n’a pas besoin de savoir lire.

      Sans parole, le dessinateur Federico Bertolucci doit se surpasser pour raconter l’histoire. Son talent nous éblouit car ses images figées reconstruisent celles mouvantes des dessins animés. Il transmet les différents sentiments par des visages très expressifs. En effet, il est toujours surprenant de réaliser que moins il y a de texte dans une bande dessinée et plus l’esprit du lecteur travaille.  Dans Les vacances de Donald, notre esprit crée les dialogues et on croit entendre les bruitages ou la musique d’un dessin animé. On entend la benne à ordures et les cris des chiens. On sent l’odeur de la pollution urbaine et animale.

      Les vacances de Donald nous plongent dans une aventure du quotidien à la fois drôle et touchante. Le lecteur retrouvera un Donald colérique et extrêmement maladroit. Vous finirez la lecture de ce voyage dans les dessins animés de votre enfance avec le sourire. C’est garanti !

      Si vous souhaitez découvrir d’autres variations sur des séries connues, nous vous conseillons les chroniques sur les Tortues ninja et les Power Rangers.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité