[Report] Clara Luciani séduit la Gaîté Lyrique au complet

[Report] Clara Luciani séduit la Gaîté Lyrique au complet

Après avoir écumé les festivals de l’été, Clara Luciani est de retour en intérieur cette fois pour des concerts long format. Nous étions à l’inauguration parisienne à la Gaîté Lyrique le 11 octobre.

Avant la Cigale et l’Olympia, la Gaîté Lyrique. Il y a un an, bien avant la sortie de son excellent album Sainte Victoire, Clara Luciani avait annoncé une petite date à la Gaîté Lyrique. Mais le succès de l’album a très vite rendu le concert complet, entraînant deux nouvelles dates à la Cigale et à l’Olympia en 2019. En ce 11 octobre, nous étions donc bien présents pour inaugurer la première de ces trois dates parisiennes, de plus en plus grandioses. En voyant le magnifique cadre de la Gaîté Lyrique, il n’y a rien à redire. Et ce sera la même chose pour le concert de Clara Luciani.

Dans la grâce qu’on lui connaît, la chanteuse a délivré un show impeccable et maîtrisé de A à Z, sans effets superflus. A 21h tapantes, un enregistrement démarre et nous n’aurions pas pu rêver mieux : il s’agit de Sainte Victoire, le titre éponyme parlé, rendant l’ambiance de la salle de plus en plus intense. S’en suivront une collection de 17 chansons, effectuées en 1h05, montre en main. Rapide. Parmi elles, la Française aura le temps de jouer l’entièreté de son album (de l’émouvante « Drôle d’époque » à la magnifique et imagée « Les Fleurs » avant un final grandiose et dansant sur « La Baie » et « La Grenade »), quelques raretés plus anciennes mais également quatre nouveaux titres inédits, dans la même ferveur poétique et dansante à la fois.

En se qualifiant de « femme la plus heureuse du monde » devant une Gaîté Lyrique complète depuis désormais six mois, Clara Luciani a même l’honneur de s’offrir deux rappels. Le premier pour interpréter un nouveau titre et un « La dernière fois » de circonstance. Enfin, la chanteuse revient seule avec sa guitare. « C’est une chanson que j’aurais aimé écrire, je me suis contentée de la traduire » scande-t-elle dans une obscurité totale. Tout le monde l’a presque deviné : il s’agit de sa magnifique traduction française de « Blue Jeans » de Lana Del Rey, celle qui avait contribué à son succès au moment de la sortie de Sainte Victoire. Un moment sublime, suspendu dans le temps, porté par la voix unique de la chanteuse. 

Il ne reste plus qu’à attendre les deux prochains concerts à la Cigale – déjà complet – le 29 janvier 2019 et à l’Olympia le 12 avril 2019.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.