« Touken Ranbu – Atsukashiyama Ibun 2018 Paris » : les six lames de l’Histoire

« Touken Ranbu – Atsukashiyama Ibun 2018 Paris » : les six lames de l’Histoire

Après une conférence de presse et une mini exposition lors de la Japan Expo 2018, c’est le dimanche 15 juillet, dans le cadre des manifestations Japonismes 2018, que le Palais des Congrès de Paris a accueilli deux représentations exceptionnelles de la comédie musicale Touken Ranbu qui remporte un grand succès au Japon depuis sa création en 2015. Le présent spectacle est la première des cinq comédies musicales inspirées par la licence.

Une adaptation haute en couleurs

L’histoire transporte les spectateurs en 1189 au tout début de l’époque de Kamakura (1185-1333). Suite à un dérèglement de l’Histoire par les réformistes, les Touken Denshi, c’est-à-dire, les six lames les plus réputées du Japon, sont envoyées restaurer le cours normal des événements. Pour ce faire, ils sont incarnés dans les corps robustes de cinq beaux jeunes hommes.
Les noms des armes légendaires côtoient ainsi celui de grands seigneurs tels Minamoto no Yoshitsune, Minamoto no Yoritomo ou encore Musashibou Benkei. 

Cette intrigue est tirée d’un jeu vidéo en ligne, très populaire dans l’archipel nippon. Outre les six héros aux costumes chamarrés mêlant tradition et modernité et reprenant une bonne partie du code couleur du sentai rouge, bleu, vert, jaune, blanc et rose, le déroulé des combats et la trame scénaristique font clairement référence à l’univers du jeu vidéo.

Un spectacle typiquement japonais

Que ce soit sur le fond ou la forme, Touken Ranbu est un spectacle typiquement japonais. Sur scène déjà, les scènes de combats au sabre alternent avec des dialogues surtitrés dignes de l’époque du Bakufu (bien que celui-ci ne commence en réalité qu’en 1192) à base d’honneur et de devoir envers son maître, jusqu’à la mort. Le style des costumes très pop des héros intègre des éléments anciens. De leur côté, les seigneurs portent des armures de samouraï des plus classiques. L’ensemble mêle dans un kitch assumé et maîtrisé pop culture et culture traditionnelle.

Le spectacle prend place dans un espace scénographique mobile, en bois, très bien pensé, dont certaines parties s’ouvrent, se déplacent ou reçoivent une projection en vidéo mapping. On passe ainsi facilement de la forêt mystérieuse au château en flammes. Les combats comme les chorégraphies tirent parti de ce dispositif et n’en sont que plus dynamiques avec des acrobaties etc.

Le spectacle de plus de 2h30, avec 20 minutes d’entracte, se compose en première partie de la représentation puis, en seconde partie, de plus de 30 minutes de concert et de dialogues des personnages principaux avec le public enthousiaste. Chanteurs, danseurs et cascadeurs ont pu montrer l’ensemble de leurs talents. Cette énergique seconde partie s’est terminée en apothéose avec des taiko puissants mêlés à de la pop acidulée et des projections synchronisées.

Dans la salle aussi, le spectacle valait le coup d’œil. Avec un public presque exclusivement féminin et principalement japonais, nous avons pu assister à des chorégraphies de bâtons lumineux parfaitement synchronisés à la musique.

Pour conclure, Touken Ranbu – Atsukashiyama Ibun 2018 Paris s’est avéré être un spectacle aussi original que dépaysant, loin des représentations plus classiques et solennelles qui nous parviennent habituellement. C’est une facette rafraîchissante de la création japonaise actuelle.

Laissez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.