More
    More

      Les films de super-héros, un genre en pleine expansion !

      Avengers : Infinity War est la quintessence du Marvel Cinematic Universe. Après 10 ans de films Marvel depuis Iron Man en 2008, la firme a su garder son cap pour atteindre les sommets du box office. Une ascension qui s’est faite progressivement. 

      Avengers : Infinity War est la quintessence du Marvel Cinematic Universe


      Après 10 ans de films Marvel depuis Iron Man en 2008, la firme a su garder son cap pour atteindre les sommets du box office. Une ascension qui s’est faite progressivement. Les films de super-héros existent depuis la nuit des temps. Les personnages de comics, pour les plus anciens, ont été imaginés dans les années 1940. Sur leurs petites bulles ils protégeaient la veuve et l’orphelin. Ils ont très vite envahi les écrans avec notamment pour citer le plus célèbre, la série centrée sur Batman avec Adam West, adaptée en film en 1966. Certains films centrés sur Captain America, Spider-Man et Les 4 Fantastiques sont également sortis mais sans plus d’impact. On peut également citer les séries centrées sur Wonder Woman et Hulk qui cartonnaient relativement à l’époque.
      Mais en ces temps lointains, les films de super-héros étaient des productions kitchs, dérisoires et ne touchaient qu’un public d’initiés. Des œuvres davantage destinées à un jeune public, de part leur approche enfantine. Les super-héros étaient vu comme une sous-culture populaire grasse et déconsidérée. 

      Un premier souffle salvateur 

      Il faudra attendre les années 1980 pour que le genre super-héroïque soit un peu plus pris au sérieux avec deux films. D’abord en 1978, le Superman de Richard Donner. Avec la figure charismatique de Christopher Reeve, Superman devient un véritable Homme d’acier, prêt à défendre le monde face à un terrible Lex Luthor incarné par le génial Gene Hackman, et aidé par une figure paternelle représentée par Marlon Brando. Le réalisateur de L’Arme Fatale s’entoure d’un casting imposant pour donner une certaine crédibilité à son Superman. Pari tenu, le film est un carton critique et au box office, ce qui entraînera 3 suites aux valeurs qualitatives régressives. 


      Le véritable retournement de situation aura lieu en 1989 grâce à Tim Burton. Le réalisateur gothique décide de s’atteler à l’univers sombre de Batman dans lequel il ne peut que s’épanouir. Il met Michael Keaton dans la peau du milliardaire, mais surtout choisit Jack Nicholson pour interpréter l’iconique Joker. L’acteur s’en donne à cœur joie dans une prestation hallucinée représentative de son talent. Ce Batman, aidé par la musique de Danny Elfman devient instantanément culte, et la prestation de Nicholson est encore gravée dans la mémoire des spectateurs. La suite permettra une lecture du pingouin intéressante. Tim Burton est parvenu à rendre l’univers des comics au cinéma plus sombre et beaucoup plus mature, permettant l’étude de thématiques adultes, pour marquer une frontière avec la précédente adaptation cartoonesque de Batman. 

      Les années 2000 : la naissance du genre 

      Il faudra attendre le début des années 2000 pour voir le genre super-héroïque s’imposer sur grand écran avec deux sagas. Les X-Men de Brian Singer et les Spider-Man de Sam Raimi. La première est devenue totalement culte et continue encore aujourd’hui avec le dernier film en date : Logan. Deadpool 2 sort dans quelques semaines pour continuer la saga. Une franchise vieille de 18 ans qui continue de divertir les fans de comics. Brian Singer a offert une vision très mature des comics, très sombre et très politique grâce aux personnages de Charles Xavier et Magnéto, représentations de Martin Luther King et Malcolm X. Ils défendent les droits de la minorité mutante avec des actions diamétralement opposées. Représentation également de l’holocauste, Brian Singer a su reprendre le traitement politique des X-Men, saga la plus passionnante dans les comics. 


      Sam Raimi, le réalisateur génial de Evil Dead, a imposé sa saga Spider-Man. Des œuvres d’art à part entière, des films puissants, aux personnages parfaitement développés, à commencer par les méchants. Encore aujourd’hui, les deux premiers Spider-Man sont les films de super-héros les plus rentables au box office français. 
      En parallèle, les films de super-héros se multiplient tels que Blade, The Punisher, Daredevil, Elektra, Les 4 Fantastiques, Hellboy, etc… Mais aucun ne parvient à atteindre une qualité renversante, se contentant d’être des blockbusters classiques au mieux, des navets au pire. 

      2008 : l’avènement du genre

      Depuis 10 ans les films de super-héros dominent le box office. Ils en sont les rois. Le Marvel Cinematic Universe explose tous les records depuis 10 ans pendant que les films plus indépendants sont également plus nombreux. En parallèle de cette grosse machine qui a su imposer son ton et ses codes avec 19 films, les autres ne sont pas en reste. En 2008 c’était également l’année de la sortie de The Dark Knight qui reste pour beaucoup le meilleur film de super-héros de tous les temps. Avec Heath Ledger en Joker et Christopher Nolan derrière la caméra, ce film est symptomatique de l’air du temps.

      Les films de super-héros attirent aujourd’hui les artistes. Rien que chez Marvel les castings sont hallucinants entre la vieille et la nouvelle génération d’acteurs. Tout le monde veut tourner dans un Marvel aujourd’hui. En vrac on peut citer pour les anciens Michael Douglas (Ant-Man), Robert Redford (Captain America : Le Soldat de l’Hiver), William Hurt (L’Incroyable Hulk), Anthony Hopkins (Thor), Benicio Del Toro (Les Gardiens de la Galaxie), Tommy Lee Jones (Captain America : The First Avenger) etc… Et pour une génération plus jeune : Samuel L Jackson, Scarlett Johansson, Robert Downey Jr, Chris Pratt… Ceci démontre bien l’intérêt que suscite aujourd’hui ce genre en pleine expansion.


      Certains films cherchent à casser les codes du genre pour offrir d’autres films à voir. Evidemment il y a Deadpool pour son côté totalement violent et décérébré. Un genre irrévérencieux qui commence tout juste à exploser et dont Deadpool est la quintessence actuelle mais pas le patient zéro. Déjà Iron Man se voulait gentiment irrévérencieux, puis surtout Kick-Ass en 2010. Il y a également des films beaucoup plus matures et froids dont le chef d’oeuvre du genre est Watchmen : Les Gardiens (2009). Une oeuvre politique sensationnelle et très mature. Logan est également un digne représentant de ce genre super-héroïque avec son approche très pessimiste, et sa capacité à briser les codes. Logan est un western post-apocalyptique centré sur une figure super-héroïque : du jamais vu. Enfin le récent Black Panther a prouvé que les films identitaires sur les super-héros peuvent cartonner. Centré sur la culture africaine, avec un casting composé à 100% d’afro-américain, Marvel a envoyé un fort message politique au reste du monde : le social et le super-héros peuvent cohabiter. 

      Enfin, le genre super-héroïque pullule à tel point que le monde entier commence à en produire dans des genres variés. De petits films d’auteurs, à la comédie, en passant par des budgets réduits le genre est aujourd’hui partout. American Hero et Chronicle aux Etats-Unis, On l’appelle Jeeg Robot et Invisible Boy en Italie, Rendel en Finlande, L’Effet Aquatique en France, Psychokinesis en Corée ou encore Guardians en Russie. Le genre est partout et n’a pas encore atteint son apogée. 

      Un genre qui n’a pas encore atteint son apogée financière et artistique. Rien que cette année, 6 films Marvel sont prévus : 3 de chez Marvel Studios (Black Panther, Avengers : Infinity War, Ant-Man et la Guêpe), 1 chez la Fox (Deadpool 2) et 2 chez Sony (Venom, Spider-Man : New Generation). Surtout que le genre commence tout juste à prendre des risques et à changer de ton d’un studio à l’autre. L’avenir cinématographique du genre devrait nous apporter quelques œuvres renversantes. 

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.