Sortez de la case, pour découvrir Comic Box la revue de la bd américaine

0
209

Fan de bd venues d’outre-Atlantique, Comic Box revient pour le numéro 2 autour de la fin du monde. Voici un sujet osé pour cette revue qui vient juste de ressusciter.

Une dernière lecture avant la fin de l’humanité

Une tortue ninja dans Comic Box
Une tortue ninja dans Comic Box

Comic Box, premier magazine professionnel français consacré aux comics, est de retour chez les éditions Huginn & Muninn. Créé en 1998, il a été publié jusqu’en 2017 dans les kiosques ou en librairie. Il revient désormais sous forme d’un mook, un dense magazine de plus de 200 pages. L’équipe d’origine a adapté le format en consacrant chaque numéro de Comic Box à un thème central. Ce deuxième numéro s’intéresse à la fin du monde comme le premier article très complet retraçant l’histoire de cette thématique.

Après cette présentation, l’apocalypse se montre dans différents textes. En vous souvenant de Terminator, vous ne pourrez que craindre l’avenir après la lecture de la vision des comics sur l’intelligence artificielle. Vous frémirez en découvrant le personnage d’Apocalypse des X-Men. Ce ne sont pas les séries sur l’effondrement comme Low de Rick Remender qui vont vous rassurer sur l’état du monde. Les Tortues ninja ont aussi un sombre futur dans la mini-série Last Ronin. Bien entendu, les zombies ne sont pas oubliés par une analyse très fouillée du comics Walking Dead. Les grands éditeurs adorent également les sombres univers parallèles. Les épisodes de Futur antérieur ou d’Old Man Logan des X-Men marquent encore aujourd’hui la série (et le cinéma). Dans DCeased, le scénariste Tom Taylor a propulsé avec succès les zombies dans l’univers des super-héros. Un personnage majeur de ce genre n’est pas oublié : Kamandi.

Le scénariste Geoff Johns met également en place un univers partagé se déroulant après la fin du monde. Comic Box apporte un complément lors de l’interview de Gary Frank, dessinateur ayant travaillé dans ce monde. Si le scénariste Jason Aaron s’est fait connaître par des séries positives chez les grands éditeurs, Comic Box apporte un autre regard sur sa carrière par un focus sur la série Once Upon the Time at the End of the World.

Comic Box, le comic au pluriel

Frank Miller dans Comic Box
Frank Miller dans Comic Box

Au-delà de l’apocalypse, Comic Box s’intéresse à la bd américaine dans sa diversité. Un lexique sur le côté du sommaire permet aux plus jeunes lecteurs de se repérer. Des artistes sont mis à l’honneur dans des galeries. Marco Santucci et Mark Brooks commentent plusieurs de leurs couvertures. Le magazine rend hommage à Carlos Pacheco et à John Romita Senior. Dans l’Imaginarium, un journaliste analyse l’univers visuel d’Andrea Sorrentino.

Comic Box a réussi à rencontrer des auteurs majeurs. L’interview de Frank Miller permet à la fois au néophyte de découvrir l’artiste mais également au spécialiste d’en apprendre davantage sur ses récents projets. La discussion avec Joe Quesada, éditeur majeur chez Marvel nous émeut par sa prise de liberté. Des scénaristes encore trop peu méconnus trouvent une juste place comme Kieron Gillen ou Matthew Rosenberg. La scénariste Devin Grayson participe à cette diversité car elle montre la difficulté de faire carrière dans les comics quand on est une femme. Comic Box surprend même les fans en mettant en avant des personnages méconnus : Deathlok chez Marvel et Jinal Ne’Comarr chez DC Comics

On pourrait croire que la revue frôle le hors-sujet en présentant La Clinique des jouets mais il est passionnant de voir un fan, Kelp, chercher toutes les solutions pour réparer un objet. Épuisé, par toutes ces rencontres, il est nécessaire de faire le point sur soi-même : le Dr Psycho saura mettre en lumière les ressorts psychanalytiques de la multiplication des variations de personnages. La revue n’oublie pas que le but est surtout de nous ruiner en proposant en fin de volume des lectures liées aux différents articles.

Revue ayant trop longtemps quitté les rayons des libraires, Comic Box revient pour notre plus grand plaisir. Moins collée à l’actualité, l’équipe d’origine se permet de proposer une première partie thématique qui est pourtant pleinement contemporaine. Dans les autres articles, les journalistes réussissent à montrer la diversité de la culture comics. Un beau retour !

Retrouvez sur le site les chroniques sur Sin City et Walking Dead.