Flashpoint Beyond : un éclair d’espoir

0
556
flashpoint

Quand Geoff Johns  scénarise l’événement Flashpoint en 2011 (publié en France chez Urban Comics), il ignore l’impact qu’aura sa série sur l’univers D.C. Utilisant avec brio la notion de terres parallèles, son œuvre, déclinée ensuite en séries annexes  intitulées Le monde de Flaspoint, a bouleversé  en profondeur le lore de D.C. Elle a inspiré de nombreuses œuvres telles Multiversity ou Doomsday Clock qui s’inscrivent dans cette réécriture permanente de cette mythologie. Et ce n’est pas un hasard si les studios Warner DC ont choisi de reprendre en partie l’intrigue du comics pour le futur film Flash destiné à reconstruire leur univers ciné. Alors quand Geoff Johns décide de prolonger l’histoire originale, notre attente est immense. Une fois le comics lu, le bilan est clair : Flashpoint Beyond est une merveilleuse suite.

L’effet papillon

Dans l’événement Flashpoint, le Flash décide de remonter le temps pour empêcher la mort de sa mère. Son voyage dans le temps provoque, malheureusement, une altération de la continuité temporelle. Le futur est devenu cauchemardesque. Une guerre entre Atlantes et Amazones a éclaté, Superman n’existe pas , Barry Allen n’a pas acquis les pouvoirs de Flash. Batman lui-même a été modifié. Il se nomme Thomas Wayne, il est ivre de colère depuis l’assassinat de son fils et voue une haine farouche aux criminels dont son ex-épouse que la mort de son fils a fait sombrer dans la folie.

Pour rétablir la continuité et renvoyer le flash dans son monde, l’autre Batman doit se sacrifier. Mais au lieu de disparaître, Thomas Wayne se réveille en vie dans son monde qui ne s’est pas effacé. Voici un mystère que doit résoudre le détective de Gotham. Et ce n’est pas le seul car une série de meurtres élimine des personnes apparemment sans histoire. Batman se demande si une force ne ferait pas tout pour empêcher le temps de retrouver son état normal.

flashpoint

 

Flashpoint beyond : comment étendre  son univers et son public

On pourrait penser que ce volume chercher à surfer sur la vague d’attente suscitée par l’arrivée en salle du film The Flash. Or, s’il y a évidemment une concordance entre cette publication et cette future sortie, cela ne gâche en rien la qualité de l’histoire. Celle-ci est en effet passionnante, extrêmement bien construite utilisant intelligemment les ressorts de ces terres parallèles. Geoff Johns donne une réponse claire à son énigme et prolonge la fascination exercée par son œuvre originelle tout en closant plusieurs histoires.

Ce récit est, en outre, parfaitement connecté aux œuvres de la chronologie notamment Doomsday Clock. Tout est clair, la continuité est parfaitement respectée ce qui n’est pas une mince affaire quand on se lance dans les voyages dans le temps. Les fins connaisseurs de l’univers D.C seront ravis. Les néophytes, cependant, ne seront pas perdus car un préambule et de courtes biographies rappellent les points importants à connaître avant de se lancer dans cette lecture. Inutile d’avoir à relire les histoires précédentes. Ce tome réussit ainsi un joli numéro d’équilibriste en étant accessible à un lectorat élargi.

flashpoint

Une histoire de famille

Si Flashpoint a autant marqué le public, c’est à la fois par la dimension épique de son récit et à la fois par l’importance des histoires individuelles.  En effet, si le monde est au bord du chaos, ce n’est pas à cause d’une force extra-terrestre impérialiste mais à cause des  passions humaines notamment le deuil. Le Flash, Thomas Wayne, Aquaman échouent à le gérer. Cette suite reprend cette idée en se focalisant sur la famille Wayne : celle du monde de Flashpoint et celle du monde normal.

Ce Flashpoint Beyond se construit’ dès lors, comme une double quête. D’un côté, nous retrouvons un Thomas Wayne qui tente d’accepter de vivre sans son fils et de se trouver une nouvelle raison de vivre. De l’autre côté, nous suivons Bruce Wayne qui tente de trouver un moyen de laisser son autre père vivre, au risque de provoquer un nouveau chaos temporel. Entre les deux, Geoff Johns construit une histoire en miroir où chacun réagit différemment à des situations similaires. Avec en exergue un pari sur l’avenir : apprendre à vivre, non pour ceux qu’on a perdu,  mais pour ceux qui nous restent.

flashpoint

Flashpoint beyond : une ambiance captivante

Pas moins de quatre dessinateurs  – Eduardo Risso, Xermanico, Mikel Janin, Gary Frank – ont collaboré sur cet album. Ce choix s’explique sur la variété de ton et d’ambiance de cette histoire. Celle-ci  alterne entre un récit de polar, une dimension cosmique et un aspect « horrifique ». Le lecteur sera à la fois plongé dans la folie d’Arkham, la crasse de Gotham ou le monde dévasté du Royaume Uni. Chaque dessinateur parvient à faire saisir la richesse et la diversité de ce récit global qui dresse le tableau d’un monde en pleine crise.

Ces superbes dessins viennent appuyer une intrigue magnifiquement construite. Outre la résolution du mystère autour de la survie de Thomas Wayne, cet album vient  compléter des ellipses présentes dans l’histoire de Flashpoint notamment autour du personnage du Joker. Nul besoin donc de lire l’immense saga le monde flashpoint, le lecteur trouvera ici tout ce qu’il a besoin de savoir pour comprendre le dilemme de Thomas Wayne. Notons enfin que la scène finale ouvre sur de nouvelles perspectives riches en potentialité.

Flashpoint Beyond étend brillamment l’intrigue initiée dans Flashpoint.  Geoff Johns joue à merveille avec  les possibilités des mondes alternatifs pour nous raconter une histoire de famille confrontée à la plus terrible des douleurs : le deuil.