Critiques de deux BD autobiographiques ayant pour toile de fond la Seconde Guerre mondiale

0
159

La Rose dégoupillée – Madeleine, résistante, tome 1 – « Vous êtes un peuple de vaincus. Soyez courtois avec l’occupant »

Évocation de la jeunesse de Madeleine Riffaud dans la Résistance.

Je suis paré à recevoir les mercuriales de tout un chacun, car je n’ai pas franchement apprécié ce récit d’une résistante. Mais, on en apprend davantage sur des fariboles romantiques au sanatorium que sur le mouvement malgré les cent vingt-quatre pages, une rareté pour une bande dessinée. Néanmoins, j’ai été réellement captivé par les nuances bleutées des dessins qui procurent un sentiment de froideur.
IMG 0215 Critiques de deux BD autobiographiques ayant pour toile de fond la Seconde Guerre mondiale
Adieu Birkenau – « Tout ce qu’on peut lire, c’est rien, à côté de la réalité »

Les réminiscences de Ginette qu’elle transmet à des élèves en tant que survivante de l’Holocauste.

C’est un support ludique et récréatif qui est utilisé, tellement moins prosaïque qu’un simple livre-témoignage. Il est fort émouvant de feuilleter la narration de cette passeuse de mémoire, sans aucun pathos ni aucune doléance et surtout une abondance de commisérations. Cette bande dessinée foisonne d’apophtegmes mémorables, si bien qu’il fut ardu de n’en sélectionner qu’un seul. À mettre urgemment dans toutes les mains enfantines pour parfaire leur éducation et que l’indicible ne se reproduise jamais plus.