Suicide d’une masculinité toxique par Marc Sinclair

0
544

« Suicide d’une masculinité toxique » de Marc Sinclair, c’est l’histoire d’un homme dont le rapport aux autres, et notamment aux femmes, a été modifié par des rencontres et des expériences de vie. C’est une réflexion profonde sur ce qu’est véritablement la masculinité toxique et sur ses conséquences.

Une plume de culture
Marc Sinclair a fait des études de science politique et d’histoire, et cela se ressent très vite à la lecture de son roman. Tout au long du récit, il décortique la société, fait des références à l’actualité, et son personnage, Daniel, ne cesse de faire des comparaisons entre le moment présent et ce qui serait arrivé à l’époque du marquis de Sade, son héros. Mais pas que, il part également dans de gros délires, en se demandant si le marquis de Sade aurait pu tomber dingue amoureux de Nelly Arcan, une autrice qu’il vient de découvrir grâce à son dernier roman intitulé « Putain » et qui le bouleverse. Que se serait-il passé si Nelly avait été téléportée dans le temps par la machine de H.G. Wells ?

« Plus Daniel lisait Putain de Nelly Arcan, plus il devenait admiratif de l’autrice idolâtrée dont il contemplait la géniale créativité, le talent pur, ce style qui coule de source, avec abondance, celui du premier jet, de l’émotion faite phrases, capable de déstabiliser n’importe quel lecteur. »

Une réflexion profonde
Mais derrière ces passages étonnants qui nous surprennent car on ne s’y attend pas, c’est une réflexion très profonde sur la masculinité toxique qui nous est proposée. Qu’est-ce que c’est ? Pour grossir le trait, c’est une certaine norme du comportement masculin qui a un impact sur la société et l’homme en lui-même. Ici, elle prend en exemple Daniel, un homme misogyne et très porté sur la chose qui explique son comportement en se basant sur un roman qu’il a lu de Nelly Arcan, qui s’intitule « Putain » et dans lequel elle raconte son histoire. Daniel va faire de ce livre sa bible, alors qu’il n’en comprend pas le sens véritable, et qu’il s’approprie les mots comme ça l’arrange. Ainsi il peut continuer ses exactions sans remords. De fait, « Suicide d’une masculinité toxique » comporte une bonne part de réflexion féministe sous-jacente.

Comprendre la psychologie du personnage

L’écriture est très crue, très poussée, pour bien comprendre les méandres de la pensée de Daniel. Il agit mal, il se comporte mal, il ne semble plus faire la part des choses entre le bien et mal, mais pourquoi ? Est-ce uniquement dû à cette masculinité toxique ou bien est-ce une accumulation de choses qui l’ont rendu ainsi ? Tout est décortiqué dans ce roman. Les personnages, la société, le contexte politique, tous les éléments nous sont donnés pour essayer de comprendre le comportement de Daniel et de son entourage : les âmes sont mises à nu, les travers de la société décriés. Les thèmes évoqués sont très nombreux comme l’obsession sexuelle, la dépendance à la drogue, le suicide, ou encore les abus sexuels.

Une chose m’a beaucoup surprise dans ma lecture, c’est à quel point l’auteur maîtrise son texte. Lorsqu’on le lit, on a l’impression que tout est lié, les comportements avec les contextes, tout semble millimétré, jusqu’à la conclusion totalement inattendue.
Ce livre n’est pas à mettre entre toutes les mains de par son contenu parfois difficile. Il marque les esprits. On n’en ressort pas indemne.

« Suicide d’une masculinité toxique » est à découvrir aux éditions Spinelle : https://www.editions-spinelle.com/index.php/boutique/suicide-d-une-masculinite-toxique