La beauté sauvera le monde : Touchante Cassandre

0
143
Affiche la beauté sauvera le monde
Affiche la beauté sauvera le monde

Avec la beauté sauvera le monde, Barbara Castin nous plonge dans un univers post apocalyptique, entre « La route » et « Dont’ look up ». 

« La beauté et la poésie qui font du monde une merveille »

La beauté sauvera le monde
Photo de la pièce « La beauté sauvera le monde ».
Le vent souffle. On entend un bébé pleure. Une femme, Meth, entre, et essaye de le calmer. Elle semble effrayée. Elle erre dans des ruines. Peu à peu, l’on comprend que le monde a changé. Une guerre ? Une apocalypse ? Par des retours dans le passé, Meth raconte.

Elle était scientifique et a alerté sur la disparition des pollinisateurs. Ces insectes qui sont vecteurs de la pollinisation et donc de la survie des plantes, des arbres, des végétaux. Mais sa colère, sa « colère saine », se heurte aux grands intérêts financiers et politiques. Comment ne pas se mettre en colère quand la survie de l’espèce humaine passe après l’argent ? Comme si l’on voyait des personnes courir vers un précipice et, lorsqu’on vous leur dites de stopper car ils vont s’y engouffrer, ils vous rétorquent que vous êtes des « écolos extrémistes ».

Sauf qu’ils ne sont pas seuls dans cette chute. Ils vous y entrainent, inexorablement.

L’interprétation de Barbara Castin est juste, touchante. Barbara Castin joue dans « Danton, les derniers jours du lion » et dans « Les nuits de la colère ». La colère… Nous vibrons avec sa colère et son désespoir face à un monde qu’il parait impossible de sauver. Alors, pour ceux qui ne savent pas, ceux qui oublient : que reste-il ?

La beauté surgie des mots et de la lumière.

Dans l’écriture de Barbara Castin, qui puise également dans des textes de Giono, Charles Péguy, Ronsard ou encore Karen Blixen, il y a de la poésie, bien sûr. Une simplicité des propos qui font comprendre les enjeux de ces combats. Et en dessous, tout en dessous, sous les vers qui parlent des arbres, du bruit du vent dans les feuilles, de cette vie si fragile et si belle, il y a cette autre vie. Une main posée sur un ventre qui surgit d’une ombre. Et tout ce questionnement sur la transmission, sur le sens de l’origine du monde.

Nous n’héritons pas de la terre de nos ancêtres, nous l’empruntons à nos enfants. Antoine de Saint-Exupéry.
la beauté sauvera le monde
Barbara Castin dans la beauté sauvera le monde

La mise en scène de Pierre BOUCARD, qui signe toutes les mises en scène de la compagnie The Big Cat Company, dont le très beau « Paquebot Tenacity » se met au service du texte et du jeu de la comédienne: sobriété, efficacité de ces ruines d’immeubles très réalistes, lumières et tableaux successifs : tout est précis, pensé, justifié. Une réussite.

Si eux disparaissent, nous disparaitrons aussi.

Dans « La beauté sauvera le monde », Barbara Castin nous parle de l’importance des insectes pollinisateurs et du désastre écologique causé par les pesticides et l’usage des néonicotinoïdes qui tuent ces insectes. Ils sont pourtant essentiels à la vie, aux plantes, à l’humanité. Dans la salle du théâtre de l’Essaïon, l’association POLLINIS était présente, invitée par Barbara pour assister au spectacle. Cette association est une ONG 100% indépendante luttant contre l’extinction des pollinisateurs dont dépend le vivant. Vous pouvez d’ailleurs signer une pétition en ligne pour lutter contre les pesticides tueurs d’abeilles.

Je ne sais pas si, au final, la beauté sauvera le monde. Si toutes ces actions des personnes profondément engagées permettront de protéger ce monde, face à des géants si puissants. Alors, que nous restera t-il ?

Oui, assurément, il restera la poésie.

« Le monde est une merveille,
il y a le jour et la nuit
Y’a la lune et le soleil
Les étoiles et les bruits
Et des moulins à vent, il y en a aussi
Le monde est une merveille
Il y a le jour et la nuit
Y’a la mer qui est profonde
Y’a la Terre qui est toute ronde ! »*

*Chanson des oisillons dans « Le roi et l’oiseau ».

Informations pratiques :

C’est l’histoire d’une femme, Meth, qui porte sur son dos des livres et dans ses bras, un enfant. Elle le berce doucement, tendrement, mais rien à faire : il ne veut pas dormir. Alors, elle lui raconte une histoire, celle de la Terre d’«avant». Avant quoi ? On ne le sait pas exactement mais une chose est sûre : le visage de notre planète n’est plus celui que Meth a connu.

Comment faire ? Elle puise dans ses livres et avec eux, ses souvenirs reviennent. Elle se rappelle quand, pas encore mère, mais scientifique engagée, elle se confrontait à l’incompréhension de certains politiques, de sa famille, à la solitude et à la rage. La Terre « d’avant », elle la connaissait bien. Elle a tout fait pour la préserver.

À partir de 15 ans. 

Pour réserver : c’est par ici.
Dernier article de Laëtitia : Le loup en slip : un spectacle pour enfant drôle et divertissant.