Critique du tome 18 d’Atom The Beginning : en attendant Astro

0
52
atom the beginning

Avec leur série Atom the beginning, Tetsuro Kasahara, Masami Yûki ont entrepris un projet risqué. Écrire la jeunesse des créateurs d’Astro et imaginer la genèse de celui qui doit devenir le robot le plus fort du monde. Les dix-sept premiers tomes (publiés par les éditions Kana) ont brillamment mis en scène les débuts de la robotique, les avancées des I.A et les nouvelles menaces crées par ses avancées. Ce dernier volume entame un nouvel arc (le dernier peut être) qui nous conduire jusqu’à la naissance d’Astro.

20 ans après

Dans le précédent arc, les auteurs se concentraient sur les début de deux étudiants de génie, Umatarō Tenma et Hiroshi Ochanomizu, concepteur du robot A106 dit « six » et inventeur de la technologie « bewusstein ». Celle-ci a la capacité de donner une conscience à leur robot. Dans un Japon ravagé par la guerre, les robots sont partout et la compétition pour les rendre performant féroce. Jusqu’au moment où Blue, un robot doté également du bewusstein tente de soulever les robots contre les humains.

Vingt ans après la défaite de Blue, le monde a bien changé. Les étudiants d’autrefois, Tenma et Ochanomizu ont vieilli et sont devenus des savants reconnus. Six et U-Ran, ces robots qui ont aidé les humains ont été désactivés et entreposés dans un lieu sécurisé. Les I.A ont été depuis interdites et toutes les applications robotiques sont étroitement surveillés. C’est dans ce nouveau monde qu’apparaît le jeune Tobio.

atom the beginning

Atom The Beginning : immersion réussie

Ce volume s’appuie sur une excellent réalisation graphique. Celle-ci rend d’abord hommage au style de Tezuka si reconnaissable. Les visages, les nez, le design des robots respecte l’œuvre originale en lui apportant une jolie touche de modernité. La ligne est toujours claire, les décors précis, parfois dépouillés, parfois extrêmement riches. Il serve un récit qui met en avant, comme dans l’œuvre originale l’expression des sentiments, des humains mais aussi des machines.

Ce trait alterne également les moments presque contemplatifs et les moments plus nerveux. Car Atom demeure un conte philosophique mâtiné d’action explosive où l’humanité et le robot vivent une relation complexe. De même, le manga construit une vision futuriste et réaliste de notre monde où les métropoles présentent un futur possible très crédible.

atom the beginning

Traits de caractère

Ce 18è opus d’Atom the beginning pose les bases d’une nouvelle intrigue. Celle-ci s’appuie d’abord sur un nouveau monde. En effet, les auteurs ont eu la bonne idée de placer leur intrigue 20 ans après les événements du volume 17. Or l’environnement a changé, il semble plus froid, plus pragmatique. La révolte de Blue est encore présente dans bien des esprits et derrière les murs, les cicatrices sont encore visibles à l’image de la mise au rebus de Six et d’Uran.

Ce nouvel arc s’appuie ensuite sur la figure de Tobio, le fils du Docteur Tenma dans le manga original. Il est naïf, croit en la bonté de l’être humain. Dès son arrivée dans sa nouvelle classe, son caractère tranche. Il est optimiste, miséricordieux et pense que tous et toutes pensent d’amender. Son attitude en décalage contamine son entourage, marqué par la noblesse de ses sentiments. Les pires brutes s’adoucissent, les plus cyniques tombent les masques.

atom the beginning

Atom the Beginning : drame à venir ?

Ce volume, tout en posant les bases de la suite de la série, nous fait lentement remonter la dimension tragique de cette histoire. En effet, l’ambiance autour des Six et d’Uran nous fait penser à Akira et au sarcophage qui l’entoure. Les robots font encore peur. Les I.A ont-elles totalement été bannies ? Des questions que la fin du récit font resurgir. Le temps de la paix et de l’innocence semble ne tenir qu’à un fil.

L’arrivée de Tobio est aussi l’annonce d’une funeste destin. En effet, dans le manga originel, Tobio Tenma meurt d’un accident de voiture. Fou de chagrin, le scientifique construit Tobio à l’image de son fils, lui insuffle le même caractère et l’élève comme son véritable enfant. Mais conscient que cette machine ne remplacera jamais son garçon, Tenma finit par le rejeter et le vend à un directeur de cirque. Les lecteurs savent que cet arc ne peut s’achever tragiquement, qu’ils vont s’attacher à un héros magnifique condamné à disparaître. Toute la question réside dans la manière où les auteurs vont mettre en scène cette disparition.

Le dernier volume d’Atom the Beginning lance brillamment ce nouveau chapitre de la genèse d’Astro. Par son ton, sa narration, il nous a captivé et nous rend impatients de lire la suite.

Pour les amoureux et curieux du personnage d’Astro et de l’oeuvre de Tezuka, nous vous invitons à découvrir la série Team Phoenix.