Une équipe de rêve : un feel good movie agréable mais ultra classique

0
259

Après être passé par la case Marvel Studios en réalisant les deux derniers opus de la saga Thor, Taika Waititi est de retour avec un film plus personnel : Une équipe de rêve. Emmené par Michael Fassbender, le long-métrage raconte l’histoire vraie de Thomas Rongen, un entraîneur de foot muté dans les îles des Samoa Américaines. Il est chargé d’entraîner l’équipe de foot locale, considérée comme la pire équipe de foot internationale, qui a enregistré la pire défaite de toute l’histoire de la Coupe du Monde en perdant 31 à 0 contre l’Australie en 2001.

Une équipe de rêve : un feel good movie classique

Avec Une équipe de rêve, Taika Waititi revient à quelque chose de plus personnel. Il s’éloigne des blockbusters à gros budget pour revenir à quelque chose de plus humble, de plus abordable, de plus intimiste. Après tout, Taika Waititi est né en Nouvelle-Zélande d’un père Maori et d’une mère juive. Il connaît donc bien la région, et par extension, les îles Samoa. Avec Une équipe de rêve, plus que de raconter l’histoire de cet entraîneur colérique, il veut mettre en exergue la culture de son père et de sa région natale. Il propose alors un superbe voyage, dépaysant à souhait, dans des décors naturels magnifiques. Clairement, Une équipe de rêve nous donne envie de prendre notre baluchon et de visiter cette contrée splendide.

Une equipe de reve 01 Une équipe de rêve : un feel good movie agréable mais ultra classique

Une équipe de rêve est donc un feel good movie plutôt classique, mais à l’énergie communicative. Difficile de bouder son plaisir devant tant de bonne humeur, tant de gentillesse et de spontanéité. C’est aussi un film sur la tolérance, sur l’acceptation des autres et des différences. Michael Fassbender est impeccable dans le rôle de ce coach à la trajectoire passionnante. Cet individu brisé par la vie, fatigué, fracassé, qui va rencontrer un nouveau souffle auprès des habitants des îles Samoa. A la fois antipathique et attachant, Taika Waititi lui réserve un twist final extrêmement touchant, qui permet de comprendre totalement la dimension de ce personnage. Et c’est plutôt malin de conserver cette information jusqu’à la toute fin du film. Révélation émouvante qui apporte de la profondeur à ce protagoniste.

Trop cliché

Malheureusement, malgré son sujet passionnant, le foot n’est que trop peu mis en avant. Les fans de football vont sans doute être déçus face au traitement réservé au sport du ballon rond dans le film. Le foot n’est que secondaire, un prétexte pour raconter une histoire humaine. Une équipe de rêve est aussi un film parfois trop enfantin, qui renvoie une image étonnement limite des Samoans. Même s’ils sont extrêmement attachants, ils sont aussi dépeints parfois comme des abrutis finis.

une equipe de reve 1 Une équipe de rêve : un feel good movie agréable mais ultra classique

Taika Waititi tombe dans un cliché étrange pour épaissir ses ressorts comiques. Parfois à la limite du racisme, il présente les Samoans comme des incapables, des galériens, des idiots du village, sans filtre ni ambivalence. Une approche assez étrange, qui donne l’impression que Taika Waititi se moque parfois de sa propre culture. Le policier est un idiot, le cameraman est aussi le président du club de foot et il a des seins dessinés sur le visage, le gardien met des buts contre son camp, aucun personnage n’est un minimum crédible. Bref, à part le personnage de Jaiyah, bouffée de fraîcheur dans le long-métrage, tous les personnages sont dépeints comme des incompétents et/ou des imbéciles. Un paradoxe perturbant qui atteint son paroxysme lors de la scène d’ouverture, où Taika Waititi se met lui-même en scène, en tant que narrateur, affublé d’un accent terriblement forcé. Une séquence malaisante où le cinéaste en fait des caisses pour tenter d’être drôle (on suppose), mais où il ne fait qu’alimenter un cliché terrible sur les accents. Il n’empêche que Une équipe de rêve est un divertissement agréable, parfois touchant, et inspiré d’une histoire vraie totalement dingue. Pour les fans de foot et pour les autres, c’est une petite bouffée de chaleur agréable au milieu de ce mois de décembre glaciale.