Gagarine : Une plongée onirique en pleine banlieue

0
515

Cette fin d’année est propice aux pépites. La situation actuelle entraîne l’absence de grosses productions étrangères. C’est une chance pour de plus humbles réalisations de percer. On peut découvrir plus de jeunes talents. Gagarine, qui sera dans les salles le 25 novembre, fait partie de ces trouvailles.

Le binôme Fanny Liatard et Jérémy Trouilh livre leur premier long-métrage. Et cette réalisation est labellisée Cannes 2020. Une preuve du talent de ces nouveaux réalisateurs.

Le postulat de départ de Gagarine va à contre-courant de films comme les misérables ou Bac Nord. L’action se déroule dans les cités mais s’attaque à un genre différent, le drame métaphysique.

Synopsis:

L’histoire se concentre sur Youri, un jeune homme de 16 ans qui rêve de devenir cosmonaute. Il part en « guerre » à partir du moment où il apprend que sa cité va être détruite. Soutenu par ses proches, il va tout faire pour préserver son « vaisseau spatial ». 

https://www.youtube.com/watch?v=TIJ6n6q9Cp8&feature=youtu.be&ab_channel=HautetCourt

Le trailer est des plus efficaces et nous transporte sur les notes du Beau Danube Bleu de Johann Strauss II. 

La mise en scène n’est pas classique, plusieurs moments créatifs se distinguent dans ces images. Il semble difficile par moments de savoir ce qui est réel et ce qui ne l’est pas.

Le casting est prometteur. Outre le protagoniste principal, Alséni Bathily (un nouveau venu), on retrouve deux figures de proue de la relève française. La talentueuse Lyna Khoudri (troublante dans Papicha) et celui qui excelle dans de nombreux films depuis plusieurs années déjà, Finnegan Oldfield.

On se laisse facilement happer par l’atmosphère particulière de la bande-annonce. Gagarine (en référence comme vous le supposez au célèbre cosmonaute russe) a tout du film qui risque de marquer nos esprits. Le film est distribué en France par Haut et court.