More
    More

      Joffrey Lebourg ou l’heroic-fantasy à la française

      Les livres « Les Sept Reliques » de Joffrey Lebourg, forment une saga de littérature d’heroic-fantasy, dans un style très apprécié chez toutes les générations. Autrefois associé au cliché du « nerd » ou au « geek à lunettes » comme les héros de « Big Bang Theory », le genre de l’heroic fantasy brise aujourd’hui les frontières entre les gens et les communautés.

      L’heroic-fantasy et ses succès

      En effet, le succès est souvent au rendez-vous. Par exemple, on peut penser à l’adaptation de « The Witcher » ou bien « L’Ensorceleur » — le roman de Andrzej Sapkowski, transformé en jeu vidéo puis en production Netflix… Ou bien à la suite du « Trône de Fer » de George R. R. Martin, propulsé par la chaîne HBO « Game of Thrones ». Le show « House of the Dragon » est prévu pour août 2022, tout comme la série Amazon consacrée à Tolkien et son travail colossal : « Rings of Power ».

      Joffrey Lebourg, auteur de la saga « Les sept reliques »

      Tant d’évènements attendus, qui connaissent un écart abyssal avec le monde de la littérature en France. Heureusement, l’artiste Joffrey Lebourg affiche sa seconde publication de son œuvre très documentée et volumineuse. La maison d’édition « Des Auteurs Des Livres » présente « Le Réveil d’Entropia », un premier tome de 372 pages. Le jeune écrivain avait rêvé cet univers, il a donc décidé de le mettre sur papier. Dans la digne lignée de ses prédécesseurs et de ses contemporains fans du genre, Joffrey Lebourg a glissé une carte, afin de mieux guider son lecteur pour cette expérience légendaire.

      lebourgpohoto
      Joffrey Lebourg

      L’imaginaire est au rendez-vous

      Afin de ne pas déboussoler sa cible, Joffrey Lebourg a fait le choix de puiser dans le bestiaire des créatures mythologiques connues de tous comme les dragons. Pour cette histoire fantasque, l’artiste décide de mettre sur le devant de la scène une femme : l’héroïne Cordélia n’a pas eu la vie facile. Abandonnée, seule, elle se bat pour survivre dans un univers complexe, l’Alkymia. Car dans l’ombre sommeille une force, qui n’attend que son retour… Un messager quasi divin vient lui annoncer la prophétie : Entropia désire ardemment renaître de ses cendres et dominer le monde, afin de le plonger dans un chaos absolu. Comme d’autres archétypes élus, Cordélia peine à comprendre pourquoi elle a été choisie par ces forces transcendantes. Elle ne semble pas détenir de pouvoir particulier, mais peut compter sur ses amis. Dans la digne lancée des jeux de rôle, ou du jeu vidéo RPG — les personnages remplissent un poste bien défini, tel celui du mage. Cette version de « Roi Arthur » au féminin a donc pour but de retrouver les reliques, qui permettront de créer une arme unique. Certes, cette narration est classique et ne cherche pas à révolutionner ou bousculer le genre, mais elle a le mérite d’être facilement compréhensible et de ce fait prévisible. En réalité l’ « heroic fantasy » est très codifié. Même s’il laisse une vaste place à l’imagination, les amateurs et amatrices de ce type de lecture désirent avant tout un cadre défini et des critères dont ils raffolent.

      De la modernité

      Cependant, l’originalité des « Sept Reliques » repose aussi sur les éléments modernes, mêlés à un contexte globalement inspiré du médiéval. En réalité, la plupart des personnages présentés sont de genre féminin, permettant ainsi d’accorder un rôle plus appuyé aux femmes, souvent relayées comme personnages secondaires face à un protagoniste masculin.

      Révéler le meilleur de soi-même

      De plus, Cordélia n’est pas la princesse à secourir, c’est elle qui se voit confier la délicate mission de sauver le monde entier. Pour cela, elle s’entoure d’autres compagnons qui lui donnent l’occasion de révéler le meilleur d’elle-même. Premièrement effacée, l’auteur a voulu lui conférer une certaine crédibilité. Il n’est pas rare de croiser des personnages progresser de manière anormalement brute. Ces espèces de supersoldats connaissent une évolution bâclée, souvent méprisée des lecteurs ou spectateurs. Ici, l’écrivain accorde le temps à cette protagoniste pour grandir, mûrir et prendre exemple sur des figures plus fortes qu’elle. Par ailleurs, rien ne semble arrêter cette équipe, cette troupe de choc qui avance rapidement vers l’objectif ultime… Serait-ce là une stratégie de Joffrey Lebourg pour semer le trouble ? Une technique pour laisser entendre que tout se déroulera aussi bien dans le second tome ?

      Un nouveau Tolkien…

      Par-delà l’aspect divertissant strict de l’ouvrage, l’artiste glisse quelques messages importants, servant un propos engagé. Celui-ci s’oppose à l’aristocratie qui règne sans vergogne sur d’autres classes jugées inférieures. Même si le contexte imaginaire ne ressemble aucunement à la vie moderne des individus dans le monde réel, cette question s’y transpose toujours. « Le réveil d’Entropia » est une initiation en douceur à la créativité d’un jeune auteur déjà prolifique, qui mérite la reconnaissance.

      On a hâte de découvrir la suite…

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité