More
    More

      Les trésors de Marvel 1982 le retour en kiosque

      Absent des kiosques depuis l’abandon des revues, Marvel y revient à travers ce best of de l’année 1982 publié par Panini. Que diriez-vous de découvrir une année majeure des comics ?

      Un trésor à petit prix

      Tu es un jeune lecteur avide de découvrir Marvel ? Ce titre te permet également de lire non seulement une des plus grandes années des comics. « Les trésors de Marvel » est une porte d’entrée idéale pour découvrir un vaste univers partagé car cette revue trimestrielle est certes à petit prix mais le choix des artistes inclus est luxueux avec entre autres Frank Miller, John Byrne, Chris Claremont, John Romita Junior et Bill Sienkiewicz. De plus, les sept épisodes rassemblent des héros très populaires et on y trouve également un épisode inédit. Ici, il s’agit d’une courte mais belle histoire de noël de quelques pages sur Daredevil dessinée par Paul Smith.

      Des récits majeurs

      Wolverine dans Les trésors de Marvel 1982

      C’est le cas de l’épisode 181 de Daredevil écrit et dessiné par Frank Miller. Le génial auteur nous raconte tout un roman en vingt-et-une pages en nous décrivant froidement une menace qui ne cesse de se rapprocher. Le criminel Bullseye n’a qu’un objectif : se venger du super-héros aveugle. La lecture devient haletante face à cette menace qui ne cesse de s’approcher à chaque case. La splendeur visuelle de Miller est au service d’un drame à venir. Le final est tout aussi paradoxal et inquiétant que dans Psychose d’Alfred Hitchcock. Un des éléments les plus géniaux – oui, ce mot est totalement adapté – est l’économie des dialogues.

      On retrouve ce dessinateur au sommet mais dans un genre totalement différent dans le premier épisode de la mini-série Wolverine. Ce chapitre marque aussi sa collaboration avec le gourou des X-Men Chris Claremont, tous les deux chez Marvel. Les deux auteurs dans cet épisode transforment l’animal sauvage en un samouraï. Le récit crée une problématique propre à ces récits : l’opposition entre le sentiment individuel et l’honneur du clan. En relisant ce récit, on se rend compte combien le film Wolverine : Le combat de l’immortel a pillé ce récit.

      De bons récits

      Deux épisodes d’Amazing Spider-Man #229-230 par le scénariste Roger Stern et le dessinateur John Romita Jr démontrent la qualité de cette série. Tout commence par un cauchemar. La médium Madame Web y voit la défaite de Spider-Man mais aussi sa mort. La suite tentera de répondre à cette question : peut-on échapper à son destin ? Le lecteur comprend très vite qu’elle perçoit la première confrontation entre le Fléau et le tisseur. Alors que le texte de Roger Stern très dense est bien écrit, le dessin de Romita Jr rend très bien le Fléau, cette force inarrêtable qui avance tout droit quels que soient les obstacles dressés par Spidey. Pourtant habitué aux combats des héros Marvel, New-York sera marquée par ce passage avec la multitude de voitures écrasées et des immeubles entiers effondrés.

      Spider-Man dans Les trésors de Marvel 1982

      Uncanny X-Men 159 est également une bonne lecture chez Marvel en illustrant un moment de la très grande période des X-Men par Claremont. L’éditeur a la bonne idée de choisir un épisode à part (un one-shot) avec le tout jeune dessinateur Bill Sienkiewicz qui est assez méconnaissable. Kitty Pryde, jeune membre des X-Men, va passer la nuit chez une amie. Ororo, sa coéquipière plus âgée, l’accompagne mais elle se fait agresser en rentrant. Elle s’en sort mais, revenue dans leur logement temporaire à Greenwich Village, elle agit de plus en plus bizarrement surtout la nuit… Comme avec Daredevil, l’ambiance est sombre mais plus gothique avec un récit de vampire proche des films de la Hammer. On n’a pas peur mais on prend plaisir à la lecture de cet exercice de style en retrouvant tous les éléments que l’on aime : un comte assoiffé de sang féminin, des animaux envoûtés, un crucifix… mais cette fois-ci, l’explorateur est une femme.

      Le dernier épisode complet est issu du passage marquant de John Byrne sur les Fantastic Four. Du point de vue des dessins, c’est une splendeur car John Byrne est à l’époque un sommet de précision dans les détails de chaque case. Plus classique, le scénario est un à hommage au début de la série par Lee et Kirby en reprenant les Inhumains, le foisonnement des intrigues et les coups de théâtre.

      Les trésors de Marvel offrent la chance de (re)lire des épisodes mythiques comme ceux de Daredevil et de Wolverine avec des artistes à leur sommet mais aussi d’excellentes surprises. On peut saluer une excellente sélection d’épisodes. On ne trouve aucun second choix. Vivement la suite en mai qui plongera encore plus dans le passé vers l’année 1973 avec entre autres l’apparition du Ghost Rider.

      Si vous souhaitez en lire plus sur Marvel, vous pouvez retrouver ici notre guide sur Wanda et La Vision ou un récit dramatique sur Magnéto.

      +1

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.