More
    More

      Donjon Antipodes quelle vie de chien !

      Dans ces premiers temps de l’univers du Donjon, les guerres incessantes entre orques et elfes tuent les humains mais pas seulement… la guerre concerne aussi leurs animaux de compagnie dans la série Donjon Antipodes de Joann Sfar et Lewis Trondheim publiée par Delcourt.

      Un duo qui a du chien

      Cette série de l’univers Donjon se démarque nettement de la série principale car les héros sont des chiens. Une bataille vient de s’achever et, alors qu’un bouledogue appartenant à un combattant orque pleure son maître, il rencontre son pire cauchemar, un chien elfe. Ce gros dur reçoit un choc quand son maître meurt. Il réalise alors l’horreur de la guerre et se découvre des sentiments car il est le seul à être triste de la mort de son maître. Pire, ce chien de combat doit s’associer avec cette chienne de compagnie d’un elfe. En effet, pour le molosse, les elfes distingués sont des poupées ridicules. Il rêve d’égalité et de combat. Au contraire, le chien elfe ne rêve que de vivre dans le luxe et d’être servi. A la fin d’un road trip, le duo fonde l’armée du crâne… à deux et le petit chien arrive à se faire obéir par la grosse brute dans ce tome.

      Donjon Antipodes tome 2

      Des humains si bêtes

      Dans le premier tome de Donjon Antipodes -, ces deux héros à quatre pattes ont appris progressivement à s’allier. Orphelins, chacun tentera de se retrouver une place chez les Orques dans le premier tome puis les Elfes dans celui-ci. Cependant, ils sont toujours rejetés et incompris. Ces animaux apprennent à se débrouiller seuls pour échapper à la violence des autres peuples. En effet, dans ce récit écrit par Joann Sfar et Lewis Trondheim centré sur les animaux, ils ne cessent en vain de communiquer avec les humains. C’est en sniffant une poudre qu’ils y arriveront. Cependant, « les humains » sont tous méprisables. Dans le premier tome, ils rencontraient des cuisiniers orques, des hordes loqueteuses qui dépouillent des cadavres, une sirène. Dans ce nouveau volume, on découvre l’interrogateur qui n’hésite à aucune magie noire pour en savoir plus nos chiens meurtriers sans se rendre compte qu’ils viennent d’arriver chez lui. On suit donc en parallèle l’enquête de deux agents du questionneur (transformés d’ailleurs en scorpions volants géants par leur patron) et les rocambolesques aventures domestiques des chiens chez le questionneur.

      Dans ce tome, on retrouve le mage que tous prennent pour un illuminé… alors qu’il a compris la théorie de l’évolution et le pacifisme. Il prône une doctrine panspéciste. On en découvre un peu plus sur sa secte qui veut donner la parole aux animaux pour créer la paix entre les espèces car tout est foutu pour les « singes ». Pour mettre en place son plan, il se décide à commencer par des dragons.

      Du début à la fin

      Donjon Antipodes un gourou pas si fou

      Au fil des années et du succès de la série de départ, le Donjon a poussé les murs avec six séries et vingt dessinateurs. Dans Antipodes, l’objectif est de remonter au tout début de l’univers avec ces âges barbares mais aussi dans le présent. En effet, un autre volume, Antipodes +, illustré par Vince se passe dans un univers ressemblant au nôtre… mais avec un canard. Antipodes – se passe 10 000 tomes avant la série originelle dans un monde plus sauvage. Dans ce passé lointain, la vie est rude pour les humains comme les animaux comme des combats de chiens sans maître dans une arène.Cette nouvelle série marque l’arrivée du dessinateur Grégory Panaccione (Un océan d’amour, Chronosquad). Son style fait penser parfois à Joann Sfar. On y retrouve des formes enfantines, rondes mais un encrage épais et nombreux traits. Cet élément expressif est amplifié par des couleurs très contrastées et variées dans une ambiance sombre. Il réalise également de superbes pages avec des dragons.

      Avec ce deuxième volume, Antipodes – sort de la simple blague sur des animaux parlants pour progressivement raconter les origines de Donjon. Le lecteur sent progressivement qu’un plan se dessine mais cela risque de saigner…

      Vous pouvez également retrouver des chroniques sur le dernier tome de Donjon Monster sur ce lien et une autre série d’heroic fantaisy par Trondheim.

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité