Seule la mort attend la vilaine, tomes 3 et 4 : briser les chaînes du destin

0
128

Seule la mort attend la vilaine poursuit son chemin dans le monde des webtoon. Parmi les nombreux titres déjà disponibles en ligne et qui commencent à déferler en librairie, l’œuvre de Suol et Gwon Gyeoeul propose une intrigue efficace, montant en tension au fil des chapitres. Et ce, sans pour autant laisser de côté la psychologie des personnages, déjà bien travaillée dans les deux premiers tomes. Loin d’un simple jeu de harem inversé, on assiste ici à la mise en place d’une intrigue politico-psychologique qui n’hésite pas à malmener son personnage principal !

Résumé

La famille Eckhart est invitée par le prince héritier Callisto à participer au prochain tournoi de chasse impérial. Compétition autant sportive que diplomatique, voire politique, qui regroupera au même endroit les dirigeants des pays annexés à l’Empire. Voyant ses restrictions levées, Pénélope sera de la partie, bon gré mal gré. Mais rien ne va se passer comme la princesse postiche l’avait prévu !

Seule la mort attend la vilaine : place à l’action !

Alors que les tomes précédents avaient permis la mise en place d’un univers bien structuré, les auteurs de Seule la mort attend la vilaine misent cette fois-ci tout sur l’action. En effet, les chapitres regroupés dans ces troisième et quatrième volumes vont se centrer sur le tournoi de chasse. C’est l’occasion pour les lecteurs et l’héroïne d’avoir un net aperçu de la bataille diplomatique, encore à l’œuvre au sein de l’Empire. Car si la guerre est finie, les ambitions et les rancunes restent tenaces.

Occupée jusque là à assurer ses chances de survie en améliorant ses pourcentages d’affinité avec Eckles, meilleur parti selon elle, Pénélope va pour autant être plongée au coeur d’intrigues dont elle n’avait pas pris la mesure. Pour autant, s’attacher les faveurs de l’ancien esclave n’est pas sans risque et l’éclatement de la bulle au sein de laquelle la jeune femme paraissait enfermée, dédiée à sa propre survie, ramène sur le devant de la scène une réalité fracassante. Qu’elle le veuille ou non, notre héroïne fait, pour l’instant, bien partie de ce monde, et elle va devoir y prendre une part active si elle ne veut pas y laisser la vie !

Trouver sa place

Dans le même temps, la position tenue par Pénélope, « princesse de remplacement » au sein de la famille Eckhart, se modifie peu à peu. Prendre le contrôle du jeu a en effet permis à notre héroïne de redorer son blason, même si tout ne tient qu’à un fil…

Par ailleurs, et bien qu’elle s’en défende, la frontière se fait de plus en plus floue entre la jeune femme et l’héroïne de jeu qu’elle incarne – comme le montre son discours face à Reynold. Ce « nouveau départ » pourrait-il être l’occasion de prendre sa revanche sur sa vie d’antan ?

Ainsi, les auteurs manient à merveille les ressorts psychologiques d’une héroïne torturée, pour laquelle cette seconde vie se présente comme un acte de rébellion face à une existence jusque là subie.

L’heure de la confrontation

Mais l’heure tourne pour Pénélope, car chaque jour passé dans ce « jeu » la rapproche du retour d’Yvonne, la fille légitime du duc Eckhart, ce qui, dans le mode normal, conduit inévitablement à la mort de la « vilaine ».

Pourtant, un danger immédiat et bien plus grand l’attend au tournant : le prince héritier, Callisto Regulus ! Impulsif, violent, retors, le jeune souverain semble bien avoir jeté son dévolu sur Pénélope. Mais cette relation-là apparaît comme un jeu très dangereux, qui pourrait plonger nos deux protagonistes au coeur d’affres bien cruelles.

Seule la mort attend la vilaine
L’heure de la confrontation a sonné entre Callisto et Pénélope. © by SUOL / Kakao

Parallèlement, leurs mésaventures seront l’occasion pour Pénélope (et nous, lecteurs) d’en apprendre plus sur Callisto. Les auteurs réalisent ici un magnifique développement autour de ce personnage, brisant le manichéisme dans lequel il semblait enfermé depuis le début de l’œuvre.

Seule la mort attend la vilaine : la qualité au rendez-vous

Il est particulièrement difficile de retranscrire un webtoon en format papier. Agencement des cases, enchaînement des scènes, perte de l’effet « surprise » du défilement des pages… C’est un défi technique que certains lecteurs observaient d’un œil méfiant.

Heureusement, force est de constater que les éditeurs ont eu le nez creux sur ce coup-là, et qu’ils mettent un soin particulier à fournir des éditions papier qui s’améliorent en qualité. Sur ce point, les éditions Kotoon font partie des exemples à suivre. Les volumes sont particulièrement beaux et agréables à lire, avec un papier solide et brillant. L’action est fluide et dynamique, ce qui rend la lecture d’autant plus immersive.

En conclusion, ces derniers volumes de Seule la mort attend la vilaine poursuivent d’une excellente manière une saga étonnante et de plus en plus étoffée. Rendez-vous le 11 juillet prochain pour la suite !