le château solitaire dans le miroir: un animé beau et touchant

0
2771
le château solitaire dans le miroir. Allociné
le château solitaire dans le miroir. Allociné

L’adaptation du livre le château solitaire dans le miroir arrive dans les salles obscures ! Réalisé par Keiichi Hara, ce film raconte l’histoire d’une jeune fille transportée dans un château. Elle y fera la rencontre d’une jeune fille au masque de loup qui lui donnera un défi à relever pour avoir un vœu à exaucer. Accompagnée par d’autres adolescents, la jeune Kokoro, d’habitude seule s’ouvrira à une amitié unique. Cet animé traite avec douceur et sensibilité du harcèlement scolaire et réouvre d’une nouvelle manière le dialogue sur ce fléau subi par la jeunesse.

 

514

D’apparence simple et naïve, le nouvel animé du réalisateur d’Un été avec Coo ou encore Colorful, fait le choix d’aborder le sujet du harcèlement scolaire. Diffusé pour la première fois en France lors du Festival d’animation d’Annecy, Le château solitaire dans le miroir a particulièrement interpellé par son introduction. Le réalisateur Keiichi Hara a décidé de monter sur scène avec une pancarte où il était inscrit « 514 ». En mettant en lumière le nombre d’élèves japonais qui se sont suicidés en raison du harcèlement scolaire, Keiichi Hara a marqué le public par cette réalité.
En effet, le film traite avec sagesse et innocence de la douleur de certains adolescents qui subissent quotidiennement du harcèlement.

 

Une amitié pure

Reprenant les codes des films d’animation kawai, le château solitaire dans le miroir véhicule tout d’abord avec pureté la notion de l’amitié. Les dialogues simples et naïfs parviennent à toucher le spectateur et à créer une connexion avec la jeune Kokoro. À un âge où des liens forts avec d’autres jeunes adolescents vont se créer, le personnage principal s’ouvrira progressivement. Ce dévoilement et cette évolution de Kokoro sont particulièrement bien amenés lors de la dernière demi-heure où les twists se succèdent et éclaircissent des zones d’ombre de l’histoire.
Les autres personnages qui vont l’accompagner durant tout l’animé sont aussi particulièrement attachants. Chaque jeune adolescent se distingue par une personnalité différente. C’est cette altérité qui pourrait faire croire que les jeunes collégiens ne s’entendront pas qui va pourtant être l’une des causes de leur amitié. De plus, leur histoire commune qui les unit va rapidement prendre le dessus pour les pousser à discuter et à se découvrir.

 

Un film coloré pour un sujet sombre

L’animé le château solitaire dans le miroir joue sur deux thèmes. Le film est d’une part colorée. Il instaure une histoire fantastique via un décor magique de château au milieu de la mer avec pour entrée, un miroir scintillant dans la chambre des protagonistes. Si cette base parvient à faire rêver, la signification de ce lieu détachée de la réalité sera progressivement expliquée au cours du film. En effet, chaque personnage est une victime du harcèlement scolaire. Le château représente alors une échappatoire pour ses jeunes adolescents marginalisés qui ne peuvent plus retourner à l’école. L’univers fantastique avec les miroirs brillants, la musique douce ou encore les couleurs saturées dans ce château magique contrastent parfaitement avec l’horreur et l’angoisse que provoquent les scènes de harcèlement. Les mises en scène parviennent à capturer l’essence des sentiments des personnages dans toute leur vulnérabilité. L’animé arrive à trouver un équilibre parfait entre les moments d’innocence des jeunes personnages et leur retour vers la réalité avec la violence de leur entourage.

 

Des révélations trop précipitées

 La première heure du film prend considérablement son temps pour asseoir l’histoire du personnage de Kokoro. Trop espacées dans certains détails, les informations seront entrecoupées par des scènes intéressantes mais pas assez exploitées. L’histoire, qui se concentre sur un personnage, lèse cependant les autres malgré des dialogues ou des détails prometteurs. Des informations timides ou encore classées sans suites tenteront d’être expliquées lors de la très dense dernière demi-heure. En effet, cette ultime phase du film enchaînera trop rapidement les twists et les révélations créant par moments des frustrations. On obtient par exemple des twists venus de nulle part et expliqués en bloc à la fin du film.
Si le réalisateur avait fait le choix d’introduire certains détails plus tôt, la compréhension aurait été plus aisée et l’impression d’un trop-plein d’informations lors des dernières minutes du film ne se serait pas fait ressentir.

 

Malgré ses défauts, le nouveau film d’animation de Keiichi Hara reste touchant et aborde avec douceur, mais force un thème qui pourra résonner chez certains adolescents. À l’image du château solitaire, le film permet, le temps d’un moment de s’évader dans l’univers du réalisateur Keiichi Hara adapté du manga de Mizuki Tsujimura. « Le château solitaire dans le miroir » sortira dans les salles obscures le 13 septembre prochain.