More
    More

      Critique « Joueurs » de Marie Monge : saisissant et immersif

      Mercredi prochain sort en salle Joueurs, le premier long-métrage de Marie Monge. Présenté au cours du 71ème Festival de Cannes, le film est sélectionné à la Quinzaine des réalisateurs. En tête d’affiche : Stacy Martin (Nymphomaniac, Le Redoutable) et Tahar Rahim (Un Prophète, Samba).

      Un soir, Abel déboule dans le restaurant d’Ella. Abel et son sourire avenant, Abel et son charme malicieux, Abel et son addiction au cercle de jeux. Ella est, dès lors, propulsée dans un monde de défi et d’amour qu’elle n’envisageait pas. 

      L’univers des cercles de jeux

      Le film plonge dans les années sacrées des cercles de jeux parisiens. Un monde souterrain mais pas clandestin, fait de méandres financiers et de paris, où l’adrénaline et la violence sont les maitres mots. Marie Monge reconstitue intégralement cet univers et y intègre le spectateur par un jeu de caméra embarquée qui relève presque du documentaire. Le fonctionnement de ces lieux, aujourd’hui quasi disparus, y est expliqué au service de l’intrigue. La réalisatrice réussit même à provoquer ce sentiment d’expérience inédite et de danger caractéristique du milieu. Un frisson d’excitation nous parcourt lorsque Ella mise ses jetons pour la première fois et découvre le monde dans lequel Abel vit. Un univers sombre qui contraste avec les scènes de vie et d’amour que les deux personnages partagent en parallèle.

      Joueurs-Tahar Rahim et Stacy Martin

      Tahar Rahim ou la Femme Fatale

      L’inspiration des films noirs est notable dans l’œuvre de Marie Monge. Mais la réalisatrice décide d’en inverser les codes. Ella est peu à peu emprisonnée dans ce royaume du jeu par Abel et est obligée de prendre des décisions désespérées. Ici, c’est Tahar Rahim qui incarne le rôle de la Femme Fatale. L’acteur de 37 ans est plus que crédible en séducteur malicieux accro aux jeux. Il séduit Ella et la convainc, pas à pas, de franchir toutes les barrières avec lui. Emplit de sourire charmeur, de défis et de promesse il la pousse à renier tout ce qu’elle connait pour servir sa propre cause. La caméra filme d’ailleurs Tahar Rahim comme une femme fatale. Avec de nombreux plans de profil et de trois quarts, de gros plans sur ses jeux de regards, tout est fait pour que Abel nous séduise. Il représente la tentation, l’envoûtement et, tout comme Ella, on le suit dans les dédales sombres de l’addiction.  

      Miroir de l’addiction

      Si Joueurs semble aborder les problèmes de jeux, il se révèle être axé sur l’addiction en général. C’est une double descente aux enfers à laquelle on assiste. Celle d’Abel qui ne peut s’arrêter de fréquenter les cercles, mais aussi celle d’Ella. Elle assiste à la chute d’Abel, tout en essayant de le rattraper. L’amour est aussi puissant que le jeu et c’est de cet amour qu’Ella est maintenant dépendante. Elle ne se rend pas compte qu’en vérité elle sombre avec Abel et devient le miroir de son addiction. Stacy Martin livre une performance bluffante, toute en subtilité et en non-dits. La réussite réside aussi dans le maniement de la caméra qui joue sur les gros plan pour saisir et faire vivre chaque trouble et état d’âme de la jeune femme.

      Un premier long-métrage réussi pour Marie Monge, qui recrée tout un univers de façon très réaliste et aborde avec brio la thématique de l’addiction sous toutes ses formes. Joueurs met en scène un Paris sombre et peu connu qui laisse un goût de voyage interdit. Après la séance, reste cette impression d’un shoot d’adrénaline. Rendez-vous le 4 juillet 2018 pour découvrir le périple addictif d’Abel et Ella. Une date, significative pour Tahar Rahim puisque c’est aussi la date de son anniversaire. 

       

      Bande annonce Joueurs :

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.