More
    More

      Deauville 2017 – « 47 Meters Down » de Johannes Roberts : vacances fatales

      Baignade dangereuse avec le sixième long métrage du britannique Johannes Roberts. Ce film de frisson sous-marin présenté en première à Deauville remplit tous les critères du genre. L’univers abyssal est merveilleusement mis en scène. On est pris dans l’histoire du début à la fin tant la tension est continuellement palpable.

      Un renouveau du genre

      Il serait long et fastidieux de lister tous les films qui mettent en scène des requins. Les squales ont toujours fasciné le cinéma depuis l’émergence de Bruce dans le Jaws de Steven Spielberg. Les années 2000 ont aussi vu des films à gros budgets comme Peur Bleue mais également Open Water dans une économie plus réduite. Nous sommes obligés d’évoquer également la saga des Sharknado produite par Asylum et ses films de série B qui travestissent la démesure hollywoodienne.

      Dans 47 Meters Down, les abysses s’offrent à nous avec une mise en scène ultra réaliste. La claustrophobie des deux sœurs se ressent avec une alternance de plans serrés et de plans plus larges. Handicapées par leur masque, les dialogues sont ponctués de respirations saccadées et d’une sensation d’étouffement. La cage dans laquelle elles sont prisonnières devient un personnage à part entière. Leur va et vient dans cet immensité hostile est terrifiant et la peur de voir surgir un requin est omniprésente.

       

      Une mise en scène oppressante

      Novices en plongée avant le tournage, les deux actrices ont découvert le monde sous-marin au fil du tournage. La caméra de Mark Silk nous immerge totalement dans ce huis-clos subaquatique. Du jamais vu jusqu’à présent. Johannes Roberts joue avec les nerfs du spectateur. La pression est constante et la manière de filmer laisse toujours la place à la venue soudaine d’un requin. Le compte à rebours est lancé dès que la cage choit au fond de l’eau. La chute progressive de l’air de leur bouteille vient rythmer le récit. Elles se retrouvent obligées de sortir de leur cage et de rejoindre la surface pour notre plus grand plaisir. Sauf qu’entre la cage et l’air libre se trouvent des bas-fonds obscurs et inconnus. Le spectateur participe à leur fuite en scrutant le moindre pixel de l’image qui verrait apparaître ces bébêtes de synthèse, diablement impressionnantes.

      Musicalement, on est clairement dans les jump scare propres au genre. Alternant entre violons ultra stressants et une musique plus électronique et grave, l’ambiance musicale contribue largement à la peur dans ce film. Le duo Newyorkais Tomandandy apporte une touche moderne, à contre courant de l’univers sonore original du décor. On pourra toutefois regretter que le réalisateur n’ait pas choisi de retranscrire le silence des profondeurs sous-marines. Cette musique extra diégétique est néanmoins efficace et immerge le spectateur dans cette situation très délicate.

       

      Une intrigue haletante et faussement fataliste

      Au vu de la situation, une issue favorable est difficilement envisageable pour ce duo féminin. Le scénario, avec ses hauts et ses bas émotionnels parvient à tenir le spectateur en haleine durant presque 90 minutes. Bien que la véracité des paramètres sous-marins puisse être remise en cause, on se laisse porter dans cet univers. L’alternance des moments de calme et de stress est équitable. On laisse souvent la place au questionnement interne des personnages. Tantôt optimistes, tantôt pessimistes, l’espoir est toujours présent, relayé par les conversations radio avec le capitaine du bateau. L’intrigue est prenante et les montagnes russes narratives rendent cohérente cette oeuvre d’horreur et de survival très teenager. A noter que le film a créé la sensation au box office américain, battant des records de rentabilité cet été.

      Ce film d’angoisse sous-marin mérite d’être vu (en salles !) pour l’audace technique et une photo à la fois belle et oppressante. Fidèles aux carcans du genre, 47 Meters Down est un de ces films d’horreur à petit budget qui cherchent à innover dans le genre. La sortie française n’est pas encore annoncée. 

       

      Bande Annonce 47 Meters Down : 

      https://www.youtube.com/watch?v=VZS4bT2d2Cw

      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.