Les Trois Mousquetaires : D’Artagnan – un film parfois dépassé par son ambition

0
221

A l’occasion de la sortie de Les Trois Mousquetaires : Milady ce mercredi 13 décembre 2023, on a eu envie de revenir sur le précédent volet de la saga, sorti en avril dernier, Les Trois Mousquetaires : D’Artagnan. Un premier volet déjà mis en scène par Martin Bourboulon, dont l’objectif est de dépoussiérer le mythe d’Alexandre Dumas pour en proposer une relecture moderne, musclée et dans l’air du temps. Un pari relativement réussi.

Les Trois Mousquetaires : d’Artagnan – une relecture moderne divertissante

Emmené par François Civil, Pio Marmaï, Vincent Cassel, Lyna Khoudri, Romain Duris, Eva Green ou encore Louis Garrel, Les Trois Mousquetaires : d’Artagnan est une nouvelle adaptation du roman culte d’Alexandre Dumas. Réalisé par Martin Bourboulon (Papa ou Maman, Eiffel), le long-métrage a l’ambition claire de proposer un divertissement musclé du matériau original. Un peu à la manière de Pirates des Caraïbes, le long-métrage veut rajeunir le roman d’Alexandre Dumas pour proposer un divertissement dans l’air du temps, musclé, rythmé, chorégraphié, et surtout plus mature que certaines des précédentes adaptations du mythe.

1680598908689 0620x0413 760x0x2576x1716 1680599027240 Les Trois Mousquetaires : D'Artagnan - un film parfois dépassé par son ambition

Le pari n’est qu’à moitié respecté. Certes, Martin Bourboulon propose une mise en scène dynamique, emmenée par un casting dantesque. Difficile de bouder son plaisir devant cette distribution quatre étoiles qui joue à la cape et l’épée. Le cinéaste parvient alors à remettre au goût du jour ce genre un peu vieillot, notamment grâce à une mise en scène ambitieuse et des acteurs qui s’amusent comme des fous dans leurs rôles respectifs.

Martin Bourboulon signe alors une proposition épique, grandiose, crasseuse, une comédie d’aventure réaliste, mais aussi romantique, qui n’a pas grand-chose à envier aux productions américaines à gros budget. Les reconstitutions sont sublimes, les costumes convaincants, et les situations souvent passionnantes. Rien à dire, Martin Bourboulon avait l’ambition de produire un divertissement grand public d’après l’œuvre d’Alexandre Dumas, la promesse est tenue. Les Trois Mousquetaires : D’Artagnan est un divertissement haut de gamme, souvent flamboyant. Le cinéaste parvient à insérer un souffle âpre et fougueux à son film, à l’image du personnage de D’Artagnan, héros au grand cœur un peu benêt qui n’a peur de rien.

Des séquences d’action parfois illisibles

Dommage que Martin Bourboulon en fasse parfois un peu trop. En effet, dans sa recherche d’épique permanente, dans son désir d’offrir un divertissement ambitieux, Martin Bourboulon en fait parfois trop avec sa mise en scène. Le cinéaste ne peut pas s’empêcher d’en faire des caisses, parfois à mauvais escient. Par exemple, il opte souvent pour le plan séquence. Un procédé très à la mode ces dernières années, souvent techniquement impressionnant et cinématographiquement magnifique. Mais n’est pas Inarritu qui veut. Et Martin Bourboulon s’enferme parfois dans des plans séquences illisibles. Faire des plans séquences c’est bien, faire de beaux plans séquences c’est mieux…

Parce que souvent, Martin Bourboulon s’enferme dans des séquences d’action illisibles, caméra embarquée, où la fluidité des chorégraphies n’est jamais mise en avant. C’est souvent ostentatoire, confus, brouillon, où le spectateur à des difficultés à se retrouver dans l’espace. Comme si le cadreur avait la maladie de Parkinson, l’audience assiste alors à des scènes d’action qui ne sont plus à la hauteur des promesses. La preuve avec cette séquence nocturne entre d’Artagnan et Milady totalement indéchiffrable tant cette fausse nuit est obscure…

O7LBGH747JERTDHFOJPXC66ERY Les Trois Mousquetaires : D'Artagnan - un film parfois dépassé par son ambition

On peut également regretter que D’Artagnan prenne trop de place dans cette intrigue. Même si François Civil tient relativement bien le rôle, il prend trop de place par rapport à ses collègues, dont les personnages sont souvent relégués au titre de figurants. Atos, Portos et Aramis ne sont que des décors dans le fond, et n’ont jamais la place de réellement exister. Dommage, parce que le casting est quand même impeccable.

Heureusement, Martin Bourboulon a corrigé ses petites erreurs dans Les Trois Mousquetaires : Milady, dont on vous partage notre avis ici !