La Main : le petit film d’horreur malin de A24

0
397

A l’occasion de la sortie en DVD et VOD de La Main, on a eu envie de revenir sur ce petit film d’horreur australien produit par A24 (Midsommar, The Lighthouse, Beau is afraid). Réalisé par les frères Philippou, le long-métrage part d’un postulat assez classique de teen movie horrifique. Mais l’écriture est beaucoup plus maligne qu’il n’y paraît.

La Main : la vision d’une jeunesse addicte

La Main raconte comment un groupe d’adolescents va être aux prises avec des esprits à cause d’un mystérieux artefact : l’étrange main embaumée d’un ancien sorcier vaudou. Lorsque les cobayes serrent cette main, des esprits se manifestent et peuvent prendre possession du corps de la victime, seulement avec son accord. Evidemment, ce qui est un jeu fun, un shoot d’adrénaline sans équivalent, va se transformer en véritable cauchemar.

La main La Main : le petit film d'horreur malin de A24

Avec La Main les frères Philippou veulent dépeindre le visage d’une jeunesse torturée par ses addictions. La Main, plus qu’un simple film d’horreur estival (le film est sorti le 26 juillet 2023 en France), raconte la dépendance des adolescents à différents types d’addictions toxiques, avec en tête, la drogue et les réseaux sociaux. Thématiques centrales du métrage, les ressorts horrifiques servent à exprimer une critique constructive et pertinente à l’encontre de la toxicité des réseaux sociaux modernes. Leur voyeurisme, leur étalage ostentatoire et également la notion de fake news sont au centre du propos. La drogue, également, est représentée de manière plus frontale. Ce n’est pas pour rien que Mia (Sophie Wilde) est une ancienne consommatrice de cannabis, et que les différentes possessions sont comparées à des trips sous une quelconque drogue dure comme le LSD.

Un film parfois trop sage

Evidemment, La Main n’oublie pas d’aborder des thématiques plus classiques dans le paysage du cinéma horrifique. Ainsi, on retrouve le traditionnel ressort dramatique du deuil. Notre héroïne a perdu sa mère et cherche encore à faire le deuil de cette disparition douloureuse, embrumée dans le brouillard des véritables circonstances de sa mort. Une approche beaucoup plus classique qui sert à apporter davantage de dramaturgie au récit. C’est plus classique, mais non dénué d’efficacité.

Malheureusement, La Main aurait encore gagné en impact grâce à une mise en scène plus appliquée. Le film est une proposition trop sage. Peu d’effets horrifiques vraiment impactant et peu de créativité technique viennent rythmés le long-métrage. Film d’horreur soft, La Main méritait de s’engouffrer dans des affres plus profonds et dérangeants. Surtout avec un concept comme celui-ci.

la main critique film la main 1484269 La Main : le petit film d'horreur malin de A24

Parce que, parfois, on a l’impression que ce fameux concept n’est pas entièrement développé selon son plein potentiel. La première partie par exemple, où les adolescents s’amusent à se droguer aux esprits était une idée absolument géniale et assez rafraîchissante par rapport aux carcans habituels du genre. Surtout que contrairement à des bouses comme Action ou Vérité, le jeu ici n’est pas gratuit. Ce n’est pas une volonté d’impressionner, de prendre des risques bêtement, ou de simple curiosité. Comme on l’a expliqué dans la première partie, c’est vraiment la manifestation d’une addiction. Un premier acte qui méritait davantage de place, tant la rythmique est vraiment séduisante, et le rendu assez original.

Bref, La Main est un concept absolument génial, pas toujours totalement développé. Film d’horreur solide, l’œuvre vient questionner l’addiction d’une jeunesse à la drogue, à l’alcool et aux réseaux sociaux, d’une façon maligne mais malheureusement trop sage. Le film est disponible en DVD, VOD et Blu-ray à partir de ce 23 novembre 2023.