More
    More

      Critique « Les potes » (Netflix) : Un teen movie des plus classiques

      A mi-chemin entre la comédie et le drame, Les potes est un long-métrage estampillé Netflix dont le propos s’articule autour des années lycées et des angoisses qui peuvent surgir lorsqu’il s’agit de penser à l’après. Un film aux dialogues assez crus qui ne renouvelle pas beaucoup le genre du teen movie.

      L’amitié et ses obstacles

      Qui ne se souvient pas de ses années lycées ? Pour beaucoup, le lycée est l’étape qui permet à un ado de faire sa mutation et de se transformer en adulte. Premiers baisers, premières amours et premier grand diplôme ! Mais quand l’université pointe le bout de son nez, c’est aussi les premières dissensions et les premières interrogations sur la solidité des amitiés nouées pendant cette période. Et c’est cette problématique qui est au centre de ce long-métrage. Les Potes raconte l’histoire d’un groupe de filles, Lily, Chloé, Amelia et Rebecca, qui s’apprêtent à vivre leur dernière année de lycée. Souvent promptes à tout faire ensemble, le groupe semble légèrement se fissurer la fin du lycée approchant. Est-ce que leur amitié va survivre à cette épreuve ?les potes Lucy Hale Kathryn Prescott Alexandra Shipp Awkwafina

      Très connu des sériephiles, Lucy Hale se retrouve à nouveau parmi une bande de filles comme l’était son personnage d’Aria dans Pretty Little Liars. Mais là, il n’est nullement question pour elle d’être inquiétée par des messages menaçants. Ici, la menace qu’elle doit affronter est beaucoup plus subtile puisqu’elle est invisible et la touche au plus profond de son âme. Sa peur de perdre ses amis va la pousser à prendre du recul sur elle-même et à s’auto-analyser. Elle va aussi devoir faire face dans un premier temps à la mort de son petit ami Thomas, qui est également le frère de son amie Chloé (Kathryn Prescott). Lily et Chloé sont d’ailleurs les deux personnages les plus développés du récit, laissant les 2 autres jeunes femmes constituant le quatuor un peu sur le carreau. 

      Un abandon à tous les niveaux

      La réalisatrice Olivia Milch semble avoir oublié de développer ces deux personnages. Amelia (Alexandra Shipp) est le personnage avec le caractère le plus affirmé, mais malgré cela, sa présence dans le film ne se justifie jamais réellement. Même chose pour Rebecca (Awkwafina) qui n’est là que pour apporter des moments de comédie. Cet abandon dans le développement des personnages est plutôt raccord avec ce que raconte le film. La thématique de l’abandon est effectivement le principal propos du long-métrage. Il se matérialise par le deuil dans un premier temps, qui peut-être vécu comme une sorte d’abandon. Et bien évidemment par la peur de devoir abandonner ses copines une fois le lycée terminé. 

      les potes Lucy Hale Kathryn Prescott Alexandra Shipp Awkwafina

      La plateforme américaine souhaitait certainement sortir des carcans des teen movies classiques avec Les potes et ainsi se démarquer. Mais force est de constater que le défi n’a pas été relevé. Pour cause, l’écriture du film ne révolutionne en rien le genre et se montre plutôt paresseuse. Les différents enjeux qui parcourent le film sont résolus de manière peu originale. Par moments, Les potes se rapproche même plus d’un téléfilm dans son approche que d’un vrai film de cinéma. Néanmoins, le film n’est pas forcément pénible à suivre mais il n’aura pas un impact immense sur les consciences.

      Les potes ne provoque ni l’ennui ni la passion chez le spectateur. Un film plutôt anecdotique qui ne marquera pas les esprits et qui se rangera dans la liste des teen movies sans plus-value. Disponible depuis le 20 avril sur Netflix.

      Bande-annonce de Les Potes 

       

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité