Passez dans le camps adverse avec le tome 4 de Moriarty

0
1154
moriarty tome 4
couverture de moriarty tome 4

Comme le titre de la série l’indique, nous sommes dans l’univers de Sherlock Holmes, Moriarty étant l’ennemi juré de Sherlock. Pourtant, il est mort dans un aventure précédente. Mais, alors qui vole des paquebots en pleine mer ?

Une enquête inédite du plus grand détective

La ville dans Moriarty

Fidèle à l’univers policier, ce nouveau volume de Moriarty offre deux enquêtes parallèles. Sherlock et Watson recherchent le responsable de vols perpétrés lors d’un tour du monde en ballon. Hélas, l’épreuve est repoussée à cause de la météo. Pour tuer l’attente (et éviter de sombrer dans l’ennui), le détective anglais reçoit des assureurs de la Lloyd’s venus l’engager. En effet, sept de leurs navires ont été attaqués. Le commerce maritime britannique est donc menacé. Les armateurs ont écouté le témoignage du seul rescapé mais le pauvre délire à propos d’un monstre géant, le Kraken. Malgré sa curiosité et des pistes déjà précises, Holmes refuse. À la surprise de tous, le détective préfère, à  cette affaire d’état, se consacrer à celle de simples vols.

Le fan des romans de Conan Doyle retrouve avec plaisir de nouvelles aventures de Sherlock Holmes et les codes des romans. Le détective impressionne tout le monde par son sens de la déduction et des choix déroutants que l’on ne comprend que lors de la résolution. Il joue – très mal – du violon pour l’aider à réfléchir. D’autres personnages sont bien connus comme l’acolyte Watson. Le duo rencontre Mycroft Holmes au club Diogène. Il est ici plus massif et fort que dans le roman. Le titre montre que c’est l’ennemi de toujours de Holmes qui est au centre. On pourrait croire à une classique reprise de Conan Doyle. Mais, depuis les débuts de Moriarty éditée par Delcourt, les scénaristes Fred Duval et Jean-Pierre Pécau brouillent les pistes. La série complète le récit canon par de nouvelles pistes comme le passé de Holmes. De plus, les deux scénaristes s’amusent des codes. Les deux détectives célibataires cohabitent avec Sigmund Freud. Cette vie commune donne lieu à d’hilarantes répliques. Le père de psychanalyse ne peut s’empêcher de repérer des troubles chez toutes les personnes qu’il rencontre. Il se penche en particulier sur les problèmes de Watson avec les femmes.

Quand le grand détective disparaît, Watson et Freud doivent poursuivre, seuls, l’enquête. La suite de Moriarty offre alors de très nombreux rebondissements à un récit aussi échevelé qu’un train lancé à pleine vapeur.

Sherlock en cosplay steampunk

L'action dans Moriarty

Le spécialiste de Holmes sera cependant perdu. Moriarty montre des dirigeables en métal, des armes nouvelles et même des monstres. En effet, cette série imagine que le célèbre détective vit dans une vision futuriste du passé, un monde où la vapeur a supplanté l’électricité et le pétrole. Comme avec le roman d’enquête, Duval et Pécau reprennent les règles du steampunk. Des calèches fonctionnent avec un moteur au charbon mais ce n’est pas le plus important. Repartir dans le passé est un moyen de proposer des rencontres impossibles en mêlant la littérature et la vérité historique. Les scénaristes montrent la noirceur de cette époque : Freud subit une insulte antisémite. Moriarty propose également un autre passé. Le paysage urbain est celui du Paris d’Haussmann mais avec des antennes pour accueillir les dirigeables. Il ne s’agit pas seulement d’un changement de décor car ce passé recomposé fait partie de l’enquête. Une machine à calculer, imaginée dans le monde réelle mais jamais fabriquée devient dans Moriarty une première étape pour créer les premiers calculateurs et de nouvelles armes.

Gess marie les univers de l’enquête et du steampunk dans ses cases. Il retranscrit très bien l’architecture les tenues de l’époque et invente des véhicules crédibles. Très expressif, Gess a un côté vif comme le prouve l’attaque d’un navire. Son côté sale est parfait pour un monde pollué et pour une série sur le mal. Il réussit même à garder sa personnalité graphique dans ce style supposant un grand réalisme. De plus, le dessinateur avec la coloriste Scarlett joue avec la couleur de la gouttière même si la mise en page est classique. Des blagues visuelles participent au ton parfois comique. Watson, encore en sous-vêtements, se réveille en sursaut. On peut cependant trouver le dessin plus relâché en fin de volume.

Dans ce nouvel épisode de Moriarty, nous retrouvons tous les ingrédients d’une BD d’action. Une enquête prenante donne lieu à la recherche d’indices mais aussi à des course-poursuites et des échanges de coups de feu. Le final apporte une sombre révélation sur le passé de Holmes expliquant son obsession sur le crime.

Retrouvez le dessinateur dans un univers proche avec le Cœur de Vendrezanne et Zombie World.