More
    More

      Le Punisher : un justicier forgé par la guerre

      Le Punisher, un nom qui résonne comme le marteau froid et métallique de la justice. Aujourd’hui bien connu grâce à ses adaptation au cinéma et à la télévision, le justicier de chez Marvel n’est pourtant pas tout jeune et cache au fond de lui une partie de l’histoire américaine. Entre trouble de stress post-traumatique et quête de vengeance, il n’y a qu’un pas. Voici l’histoire de Frank Castle, alias le Punisher. 

      Le trouble de stress post-traumatique

      Afin de mieux comprendre le circonstances entourant la création du Punisher, nous devons faire un peu d’histoire. En effet, l’histoire de ce personnage emblématique de chez Marvel est intimement liée à une période charnière de l’histoire américaine: la guerre froide.

      L’influence de la guerre du Vietnam

      Dans ce conflit qui opposa les bloc de l’Est(URSS) et de l’Ouest(USA) le monde connut deux types de combats. D’une part, des conflits via des opposition dites « périphériques », et de l’autre, une guerre de l’information. Parmi les différents conflits périphériques connues par les États-Unis, il y en a un qui marqua la conscience collective à jamais, la guerre du Vietnam (1955-1975).

      D’ailleurs, de nombreux héros de comics abordent les ravages de cette guerre, notamment les Watchmen et Iron Man !

      A la suite de ce conflit meurtrier qui vit la défaite des américains, l’opinion publique fut profondément marquée par la violence des combats. De plus, certains soldats revenus du front souffraient de PTSD(trouble de stress post traumatique).

      Le trouble de stress post-traumatique désigne un type de trouble de l’anxiété sévère résultant de l’exposition à une expérience traumatisante. Cette réaction psychologique peut se produire à la suite de diverses expériences telles que des expériences de torture, ou le fait d’assister à certains actes violents sur-le-champ de bataille. De nos jours, ce genre de trouble psychologique se soigne plutôt bien, notamment par le biais de groupes de parole et grâce à un suivi psychologique, mais ce ne fut pas toujours le cas.

      Une maladie dont on parle

      Pendant de nombreuses années, des milliers de vétérans traumatisés par leur expérience militaire furent ignorés par la société qu’ils avaient contribué à sauvegarder. Grâce au cinéma, ces troubles sont désormais mis en valeur afin d’éduquer la population, l’exemple le plus connu étant sans nul doute le personnage de John Rambo.

      Rien n’est terminé ! Rien ! Tout continue à cause de vous […] J’ai fait ce qu’il fallait pour gagner, mais on n’a pas voulu nous laisser gagner. Et suis revenu dans l’monde et j’ai vu ces larves m’attendre à l’aéroport, me conspuer comme un criminel, […], ils m’ont appelé “boucher“. […] Ils nous jugent, ils ne savent pas d’quoi ils parlent !

       Bien que le film Rambo first blood soit conçu comme un divertissement, il témoigne du rejet qu’ont connu certains soldats une fois revenus du Vietnam. D’ailleurs, pendant de nombreuses années, la guerre du Vietnam fut un véritable tabou pour de nombreux Américains.

      Grâce au cinéma et aux séries télévisées, le stress post-traumatique chez les soldats est aujourd’hui bien connu, d’American Sniper à Band of brothers, de nombreux film et séries en parlent.

      Suivant cette exemple, les comics, un des médias les plus lus au monde, se devait d’aborder la chose. Ainsi, les artistes de la « maison des idées » ont créé le Punisher !

      Un héros, un justicier, un soldat

      Un héros de guerre

      Frank Castle, alias le Punisher, apparait pour la première fois en 1974, dans l’Amazing Spider-Man n°129. De nos jours, le héros porteur de mort est devenu une véritable icône et le crâne qu’il arbore sur sa poitrine est devenu un symbole universel de justice à travers le monde.

      Enfant issu d’un milieu modeste, Frank Castle s’est très vite engagé dans l’armée, où il deviendra finalement un SEAL, à l’instar de Chris Kyle, un héros de guerre américain reconnu !

      Rapidement déployé au Vietnam, Castle se bâtit une renommée en punissant divers officiers coupables de corruptions. Plusieurs fois décorés, le personnage incarne le héros patriote par excellence et devient un modèle pour de nombreux soldats en devenir.

      Un retour à la maison sanglant

      Après la guerre, Castle retrouve sa femme et ses deux enfants. Cependant, lors d’une sortie à Central Park, ils assistent à un règlement de comptes entre gangs et sa famille périt sous les balles des criminels. Survivant miraculeusement à l’attaque, le soldat réclame justice. La police étant à la merci des gangs de la ville, il décide alors de devenir le Punisher, un justicier aux méthodes radicales.

      Pour le Punisher, la guerre ne se terminera jamais. En effet, le justicier au crâne est conscient qu’en dépit de ses efforts pour exercer une justice expéditive, le mal ne meurt jamais. C’est la raison pour laquelle il lutte continuellement contre les tueurs, les violeurs et les dealers.

      Ayant perdu toute attache, le Punisher cherche désespérément un sens à sa vie, comme de nombreux vétérans qui reviennent à la vie civile. C’est ce qui le pousse à se battre pour une cause qu’il sait perdue d’avance.

      Un héros ou un meurtrier ?

      Avec un tel personnage, les auteurs de chez Marvel interrogent la notion même de héros, car après tout, le Punisher ne tue que ceux « qui le méritent », mais un homme a-t-il le droit d’être à la fois juge et bourreau ? Ce questionnement trouve un écho certain, lorsque l’antihéros se retrouve face à Daredevil.

      Ainsi, l’avocat Matt Murdock – Daredevil – représente la loi, une justice encadrée par la constitution des États-Unis, tandis que le Punisher fait écho aux violences commises pendant la guerre. Frank Castle est un soldat qui n’est jamais vraiment rentré du champ de bataille et qui voit le monde comme une immense zone de guerre.

      Cet antihéros aux allures tragiques apparaît à une époque où une vague de crimes touche les grandes villes américaines. Dans ce contexte, le Punisher devient rapidement très populaire auprès des lecteurs, ayant droit à sa propre adaptation cinématographique, dès 1989. Depuis, la popularité du personnage n’a cessé de grandir jusqu’à ce qu’en 2017, il a droit à sa propre série Netflix !

      Des héros meurtris

      Un soldat peut être marqué à jamais par ce qu’il peut voir au front, pourquoi cela serait-il différent pour un super-héros ? Grâce à la série Netflix, dédiée au Punisher, le syndrome de stress post-traumatique a pris une place plus importante dans l’histoire du justicier. On y voit notamment plusieurs fois des groupes de paroles ou des vétérans du conflit irakien échangent leur expérience.

      Ce trouble psychologique est en réalité bien plus présent dans le monde des super-héros qu’il n’y paraît et le Punisher n’est qu’un exemple parmi d’autres. Le super-vilain Magneto a subi des tortures alors qu’il était prisonnier d’un camp de la mort durant la Seconde Guerre mondiale. Batman, lui, a assisté à la mort de ses parents alors qu’il était enfant, tandis que le Docteur Strange s’est brisé les mains dans un accident de voiture.

      L’évènement traumatisant est en fait à l’origine de la naissance de nombreux héros et super-vilains. Dans un sens, le trouble de stress post-traumatique est un des fondements du héros de comics. Il contraint l’individu à une remise en question et à un changement de point de vue sur le monde, certains choisissant d’œuvrer pour le bien, et d’autres pour le mal.

      De nos jours, ce trouble psychologique a pris une place grandissante dans la société américaine, d’autant plus, depuis les évènements du 11 septembre 2001 qui ont traumatisé toute une partie de la population et qui continuent d’influencer la vie de nombreux Américains.

      La guerre froide fut une période de doute pour les Américains, marquée par la peur d’un nouveau conflit mondial. Dans ce contexte, les auteurs de comics ont aussi voulu témoigner de cette période de tension avec des héros plus matures évoquant des phénomènes de société. Le Punisher est l’un de ces témoignages. Héros, justicier, c’est un homme brisé par les horreur de la guerre, un témoin des ravages des combats sur le mental des soldats. Plus qu’un héros, c’est devenu un symbole !

      Goblinleader96
      Collectionneur de comics depuis l'enfance, je suis également l'auteur d'un mémoire sur la représentation historiques dans les comic books américain. L'univers geek c'est mon rayon, les super-héros c'est mon truc, mais pas que !

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité