Partez découvrir le Japon avec Hanami

0
444

Le Japon est principalement connu à l’étranger par sa culture mais quelle y est la vie quotidienne ? A travers l’expérience d’un couple, Hanami vous apporte une partie de la réponse.

Un récit de voyage au loin…Hanami1 Partez découvrir le Japon avec Hanami
Édité par La Boîte à Bulles, Hanami est l’œuvre d’une seule personne. Julia Cejas est à la fois scénariste, dessinatrice et coloriste. Elle est même la narratrice puisque le livre est le récit autobiographique de son séjour au Japon. Passionnée par l’archipel, elle réalise enfin son rêve : passer plusieurs mois à Tokyo avec son compagnon Marc. Le couple connaît mal ce pays mais ils se préparent avant. Cela commence par la prise d’information de base : comment faire une demande de visa… Pour financer le voyage, le couple a fait deux ans d’économie. De plus, elle profite d’une bourse d’étude et de la prime de licenciement de son compagnon. Ces deux artistes peuvent également télé-travailler.

Hanami devient alors un véritable guide pour organiser un long séjour. Cette préparation est représentée par des croquis en une seule couleur. En effet, la colorisation d’Hanani est radicale avec seulement une poignée de couleurs. Cependant, ce choix est peu avenant sur certaines pages. Le dessin d’Hanani reproduit le style du guide de voyage. Les traits sont vifs comme un croquis pris en chemin. Ailleurs une histoire d’amour entre un Européen et une Japonaise reproduit le style des mangas. On partage, dans le un premier temps, la joie du dépaysement des premiers jours. Ce voyage est surtout urbain. Il faut attendre la toute fin du veut pour qu’ils sortent de Tokyo lors d’un road trip. Au fil des pages, le scénario oscille entre des anecdotes farfelues et le quotidien d’une expatriée. Le couple découvre la cuisine locale et les tradition comme ces volontaires faisant des rondes le soir pour rappeler les dangers du feu. On retrouve des lieux communs sur l’archipel : les toilettes uniques au monde, la difficulté de ne pas parler le japonais, un musée sur les séismes…

… qui se passe mal
hanami
Le titre est aussi symbolique de cette différence culturelle. Hanami signifie les cerisiers en fleur en japonais et rappelle la fête qui marque le début du printemps. L’autrice voit dans ce titre une invitation à sortir et le symbole de son séjour au pays du Soleil-Levant. Cependant, elle est totalement déstabilisée par son arrivée au Japon car elle sort de sa routine. Tout démarre par la difficulté du couple à se nourrir. Elle est végan et lui ne mange pas de gluten. Elle accepte de manger des œufs et des produits laitiers. Hélas, lui ne peut pas et blé entrant dans la composition de tous les plats préparés, ils cuisinent tout.

Cependant, la nourriture non transformée coûte deux fois plus chère et le couple a rapidement de difficultés financières. De nombreuses pages concernent les cours de japonais car elle éprouve de grandes difficultés à progresser. Il est parfois difficile de cohabiter quand les deux sont en télétravail. Elle ne peut créer quand il est dans la même pièce. Le couple résiste cependant à cette épreuve. Cette difficulté d’intégration révèle également des troubles plus intimes. Julia est perdue car elle ne sait que faire de sa vie.

Hanami se révèle une lecture distrayant conjuguant des sentiments contrastés. D’un côté, le lecteur peut y lire la joie de la découverte d’un pays longtemps fantasmé mais d’un autre côté il découvre la difficulté pour le couple de s’intégrer. Malgré cela, le livre reste très léger et reste parfois sur l’anecdotique.
Si les récits de voyage vous intriguent, retrouvez d’autres chroniques avec La France de madame Hibou et Les voyages d’Ibn Battûta.