Des valeurs familiales très sombres dans Sin City

0
133

Dans sa vague de réédition de Sin City, l’éditeur Huginn & Muninn arrive au cinquième tome. Titrée Valeurs familiales, cette nouvelle plongée dans le classique du polar en bd est pourtant loin d’être promue par l’Église…

Petit guide de Sin City

Chaque volume étant un récit complet, un nouveau lecteur peut rentrer dans les sombres ruelles de Sin City par ce cinquième tome. L’éditeur Huginn & Muninn aide également par la préface éclairante de Yann Graf et Jean-Marc Lainé. Un lecteur sera d’autant moins perdu que la série écrite et dessinée par Frank Miller est un hommage au polar. On retrouve des personnages perdus qui ont oublié leur moralité chrétienne à la maison mais vivent au jour le jour de petites magouilles. En revanche, ces hommes et ces femmes restent attachés à leur honneur et sont fidèles en amour et en amitié. Ces individus sont dépassés par le système. La police est au service de la mafia ou de l’élite, ce qui revient souvent au même. Les fils de la bourgeoisie se croient tout permis face à des prolétaires écrasés qui se noient dans l’alcool. Frank Miller leur laisse cependant un espace de liberté : la vieille ville, ruelle de la perdition de Sin City. Cet espace est celui où travaillent les prostituées. Elles ne dépendent d’aucun hommes et assurent leur propre sécurité par un milice discrète mais mortelle.

Valeurs familiales est en effet une enquête hors des procédures policières. Un privé Dwight commence par venir observer les lieux du crime : un restaurant traditionnel a été visé par une attaque. Il part ensuite à la recherche de témoins et d’information. Enfin, il remonte le fil jusqu’aux tueurs et au commanditaire. Le polar est également visuel : le noir domine la page et les formes sont réalisées en blanc. La scène de coups de feu évoque une série d’images arrêtées dans un film. Les pleines pages avec des angles originaux conduisent le regard vers des scènes clés tout en offrant une perspective sur les menaces autour.

N’imaginez pas que Sin City est une lecture dépressive. Frank Miller ajoute aussi un humour (noir) très réussi. Alors que la scène précédente était dramatique, le personnage principal peine à faire démarrer une Coccinelle capricieuse. Sans être féministe, Miller joue avec les codes de genre. Dwight est un homme objet dragué par une policière. Les grosses brutes sont persuadées de pouvoir écraser une frêle jeune femme. Cependant, quand elle sort son katana, Miho se révèle une adversaire redoutable.

L'amour dans Sin City
L’amour dans Sin City

Le retour d’un duo

Le fan de Sin City prolongera dans ce cinquième tome son exploration de la noirceur humaine. En effet, Valeurs familiales, propose une troisième aventure de Dwight et Miho. Faisant désormais partie de la communauté des bas-fonds de Sin City, Dwight nous montre ici ses talents d’enquêteur. Cependant, pendant une bonne partie du récit, on ne comprend pas pourquoi il s’intéresse à ce massacre situé loin de la vieille ville.

Cependant, ce volume se démarques des précédents. Cette quête de justice se lit d’un souffle sans la moindre pause. Frank Miller ne l’a pas publié par chapitre mais dans un seul recueil. Porté par le contexte politique de l’époque, il propose une féroce critique des politiciens. Ces derniers affichent en public des valeurs qu’ils respectent peu en privé. Au contraire, les marginaux sont une famille dans le sens d’un groupe solidaire. Le dessin se modifie également. Les formes épurées des cases sont ici perturbées par des traits plus nombreux laissant apparaître les souffrances des personnages. Miller a également abandonné (pour un temps) le jeu avec la couleur.

Si vous arpentez Sin City pour la première fois, vous serez charmez pas ces vénéneuses Valeurs familiales qui se révèlent une des plus sombres histoires de la série. Il est alors plus que probable que vous cherchiez à complétez la série pour en apprendre davantage sur les personnages croisés dans ce livre.

Vous serez alors ravi de retrouver nos article sur le premier volume de Sin City ou le troisième.