More
    More

      Maelström, le nouvel album de Fiona Monbet

      Si on en croit la définition, le mot Maelström signifie :  courant marin formant des tourbillons, des Maelströms. C’est peut-être ça qui anime Fiona Monbet pour sa création. Des courants qui se mélangent et se rejoignent afin d’en faire des tourbillons. C’est ce que l’on retient de cet album aux courants divers pour un résultat tellement personnel. On a eu la chance de découvrir son nouvel album au Café de la Danse. On vous en fait un petit rapport.

      Fiona Monbet est une superstar du violon autant que l’on peut être une superstar du violon à notre époque. Cheffe d’orchestre issue du Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris elle est surtout connue pour son style en tant que violoniste. Une violoniste experte, qui mélange les styles. Tantôt Jazz, tantôt classique, un peu celtique aussi, ces trois styles forment sa patte, son style à elle. Ainsi, dans sa création, Fiona Monbet change souvent de style au cours d’un même morceau.

      Confiante sur scène, sûre d’elle, souvent drôle, avec beaucoup d’autodérision, la violoniste nous a expliqué sa création, sa démarche. Elle dit écrire et non pas composer. Écrire, comme si elle faisait de la chanson. D’ailleurs elle a comparé sa création à des chansons sans paroles. Il est vrai que, surtout sur la partie Jazz, on a l’impression que son violon est une voix. Une voix qui chante du gospel, qui chante la joie, la tristesse, une sorte de blues un peu aussi. L’artiste explique avoir écrit cet album comme une recherche. Une recherche d’espaces entre la réalité et ses rêves. Cette recherche d’espaces, une notion devenue si importante aujourd’hui.

      Dans ses créations on retrouve des mélanges qui parfois sont un peu redondants. Ce qui est dommage car sur plusieurs titres, surtout ceux aux accents Jazz très marqués, on ne s’ennuie pas, on ne se lasse pas non plus de l’émotion qu’elle arrive à nous faire ressentir. Ce mélange qui repose sur des styles différents mais toutefois complémentaires. Entre l’exigence de connaissances du classique et celle du jazz qui demande une parfaite connaissance de son instrument aussi Fiona Monbet est une violoniste qui avec ses musiciens sur scène maîtrise à la perfection ses partitions. Il y a du talent sur scène. Il y en a aussi sur les pistes de l’album car le groupe de onze musiciens est le même que celui de l’album. Cela explique leur connaissance et leur complicité. Fiona Monbet est une excellente violoniste et aussi une cheffe d’orchestre et cela se sent dans sa gestuelle et sa façon de se déplacer sur scène.

      Ce mélange des styles est souvent surprenant et demande à celui qui écoute d’apprécier tous les styles mélangés et dans le rendu cela se marie bien, même pour un néophyte. Cet album est sans doute une très bonne porte d’entrée vers d’autres univers musicaux. On y retrouve un tourbillon d’idées et d’émotions. C’est de là que vient le nom de cet album à paraître en Janvier 2022 : Maelström.

       

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

      Publicité