More
    More

      [Report] Des Etoiles dans les yeux de Yoke Lore pour son premier concert à Paris

      Le groupe de Brooklyn Yoke Lore  était pour la première fois en concert à Paris dans la salle des Etoiles jeudi 1 juin. Justfocus est allé à la rencontre de ce duo étonnant et touchant.

      « Nous sommes Yoke Lore. Merci de nous accueillir ici à Paris, c’est un honneur pour nous, surtout qu’il ne fait pas bon d’être américain en ce moment. » Voilà comment Adrian Galvin se présente en début de concert. Un peu honteux, avec beaucoup d’humilité et un vrai talent sur scène.

      Adrian Galvin02

      Yoke Lore en première partie de Tom Walker

      Adrian et Angelo assurait la première partie de Tom Walker aux Etoiles jeudi dernier. Nous avions été séduit par leur musique récemment dont nous avions proposé un titre, World Wings, dans une de nos playlist. Curieux, nous avons absolument voulu les découvrir sur scène. Dans l’intimité de ce petit concert parisien, nous n’avons pas été déçu du détour.

      Si la musique de Yoke Lore s’affiche clairement dans la tendance électro pop du moment, sur scène, la dimension est complètement surprenante. Alors oui, on retrouve des machines et Adrian a ce timbre de voix qu’on adore, planant et avec des envolée libératrice… Mais ce qui le différencie considérablement des autres, c’est qu’il s’accompagne d’un banjo, instrument qu’on ne s’attendait pas du tout à trouver dans une composition comme Yoke Lore et qui crée vraiment la surprise.

      On reconnait de multiples influences dans sa musique : Il y a du M83, du folk, de l’électro et de la pop bien entendu, mais il y a indéniablement ce petit truc en plus qui fait que sa musique voyage et ne se cantonne pas à un registre. Entre le Banjo et les percussions il y a une sorte d’authenticité et de fraîcheur qui ne laisse pas indifférent.

      Qui est Adrian Galvin ?

      Adrian Galvin01

      Ancien membre de Yellerkin et Walk The Moon, Adrian Galvin a grandi entre une mère réalisatrice et un père acteur sculpteur. Imprégné de culture artistique c’est vers la musique qu’il va se tourner, notamment la batterie, même s’il continue de s’intéresser à la danse avec la troupe de danse contemporaine Boomerang qu’il a créé et au dessin. Il dessine d’ailleurs lui-même ses pochettes, celle de son premier EP Far Shore par exemple.
      Celui-ci lui a permit de faire une longue tournée aux Etats-Unis avec Elliott Moss et Handsome Ghost. C’est son second EP, Good Pain, qui l’emmène à traverser l’Atlantique pour une tournée européenne. Après un passage aux Royaume Unis, le voici enfin à Paris.

      Sur scène…

      Dès le premier titre, Beige, on est surpris par la façon dont Adrian utilise le banjo. Loin de la musique country, on retrouve une sonorité improbable qui évolue de la pop, au rock, à la puissance du hard rock même. Qui eut cru que cette musique si éthérée en version studio produise une telle vibration en live ? Un régal !

      La setlist va nous entraîner entre des titres puissants, des titres impliqués le tout délivré avec beaucoup d’énergie et d’enthousiasme. On sent Adrian vraiment investi dans sa musique, présent. Il danse presque sur le petit espace de la scène des Etoiles.  

      Parmi les morceaux choisit pour ce concert, on va retrouver Hold Me Down, de son premier EP, mais surtout des titres de son second EP Goodpain, qui sortira le 16 juin et dont le titre éponyme parle de passer à travers les difficultés. On vibre sur World Wings, on frissonne sur Only You

      Setlist :

      Beige
      World Wings
      Only You
      Hold Me Down
      Goodpain
      Tom Robbins
       

      La dernière chanson du set est nouvelle et n’a pas encore été enregistrée. On est gâté ! On regrette néanmoins que le concert n’ait pas duré un peu plus longtemps pour pouvoir écouter Heavy Love par exemple ou Snowday.

       
      Sa joie d’être là est communicative et le public timide, puis un peu plus nombreux se laisse complètement attirer et convaincre. Son humilité et sa sincérité en fait rapidement un chanteur qu’on a envie de connaître.Il échange beaucoup avec le public. Lorsqu’il se présente il propose à tout le monde de crier son nom en même temps pour se présenter en retour.
       
      Ce jeune homme sincère nous a profondément touché. Ce fut aussi un plaisir d’échanger avec lui en toute simplicité après le concert. Ouvert, souriant, charmant… Un artiste comme on les aime !
       
      Après Paris, Yoke Lore s’envolera vers le Canada pour rejoindre la route des festivals. Mais on espère bientôt le revoir avec un album complet en France. En attendant, ne manquez pas la sorti de Goodpain le 16 juin ! 
      0

      LAISSER UN COMMENTAIRE

      S'il vous plaît entrez votre commentaire!
      S'il vous plaît entrez votre nom ici

      Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.